header-coulisses-tv          
Menu
header-koh-lanta-2016

“Koh-Lanta” : Denis Brogniart nous parle de la saison 15 qui débute le 12 février sur TF1

“Koh-Lanta” : Denis Brogniart nous parle de la saison 15 qui débute le 12 février sur TF1

Sur les traces de la première édition quinze ans plus tôt, Denis Brogniart a retrouvé avec enthousiasme son rôle dans “Koh-Lanta Thaïlande”. Tour d’horizon de cette nouvelle saison très attendue...

Pour « Koh-Lanta », c’est un retour aux sources en Thaïlande !

Effectivement. La première saison, en 2001, avait eu lieu là-bas, avec Hubert Auriol à la présentation. Pour moi, c’était donc un moment très particulier, d’autant plus que nous avons tourné à environ 3h de bateau de l’île de Koh-Lanta ! J’en ai profité pour y aller, partant à la découverte des origines de cette aventure qui me tient tant à cœur. Cela reste un moment très émouvant.

La grande nouveauté de cette saison est l’île aux colliers. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Cette année, nous avons décidé de créer un troisième lieu de vie : l’île aux colliers. Il y a toujours un camp pour les rouges et un pour les jaunes, mais aussi un autre où se retrouveront le temps d’une émission deux aventuriers, un de chaque équipe. Ils seront tous les deux livrés à eux-mêmes, ne participeront pas aux épreuves et ne pourront pas être éliminés sur cette période. Leur mission sera d’essayer de trouver un ou plusieurs colliers d’immunité cachés en pleine nature. A chaque émission, deux nouveaux aventuriers partiront sur l’île aux colliers. L’équipe rouge choisira l’aventurier jaune et vice versa. Quel style d’épreuves allons-nous retrouver ou découvrir ? Nous tenions à garder les classiques qui ont fait le succès de l’émission, même s’il était primordial d’intégrer de nouveaux jeux. Vous pourrez ainsi découvrir de nouvelles épreuves très sportives, mais pas seulement ! Certains jeux auront la particularité de stimuler l’intelligence. Le plus important est d’être en mesure de proposer une diversité de jeux nécessitant autant d’efforts physiques que de réflexion. Le puzzle est l’un d’entre eux : une vingtaine de pièces de puzzle géantes seront dispersées dans l’eau. Il faudra les récupérer afin de reconstituer le plus vite possible une scène de la mythologie thaïlandaise. Certains aventuriers sauront prendre du recul et garder un certain sang-froid, d’autres seront totalement bloqués par le stress...

Après tant d’années aux commandes de «Koh- Lanta», votre enthousiasme reste-t-il intact ?

A chaque saison, un nouveau challenge s’offre à moi ! Le sport, l’aventure, le voyage : c’est tout ce que j’aime ! De plus, j’ai une certaine admiration pour les concurrents et ce qu’ils font dans Koh-Lanta. Durant ces quinze années, j’ai pu observer la difficulté de l’aventure pour ces femmes et ces hommes et prendre conscience de leurs motivations. Koh-Lanta est une aventure particulièrement difficile sur le plan physique et moral, alors le simple fait de présenter l’émission est, pour moi, une réelle fierté.

Comment décririez-vous votre rôle d’arbitre ?

Dans Koh-Lanta , les émotions sont décuplées et tout se passe très rapidement pendant les épreuves. Je fais vraiment la séparation entre ma fonction d’arbitre et mes sentiments personnels. Concentration et impartialité sont mes mots d’ordre ! Mon objectif est de pouvoir rendre un jugement neutre en gardant une certaine distance avec les aventuriers. Après ces nombreuses années aux commandes de l’émission, j’ai acquis une certaine expérience qui me facilite la tâche. Mais pour y arriver, je tiens à connaître les épreuves sur le bout des doigts car les concurrents me jugent sur mon aptitude à les renseigner instantanément. J’essaye simplement d’être le témoin de leur aventure et je m’interdis tout rapprochement avec eux. Je tente d’être constamment opérationnel sur le terrain. Un état d’esprit qui me pousse à vivre l’aventure au jour le jour et à en profiter au maximum.

Dans quel état physique et psychologique les aventuriers arrivent-ils ?

Toujours plus déterminés et préparés ! Ils ont pour la plupart anticipé en prenant du poids avant le début de l’aventure, et ont travaillé leur endurance en multipliant les séances de footing. Ce qui est d’ailleurs assez paradoxal, puisque je découvre des aventuriers connaissant très bien l’émission, parfois même mieux que moi ! En réalité, il est très rare qu’ils arrivent les mains dans les poches, en se disant qu’ils se débrouilleront sur place. Tous débarquent sur l’île avec un petit atout dans leur manche...

Un sportif a-t-il plus de chance de gagner la compétition ?

Être sportif est un avantage considérable mais pas indispensable. Il arrive souvent que des aventuriers amateurs créent la surprise ! Ceux que l’on croit faibles et timides au premier abord peuvent se révéler être de grands compétiteurs. A l’inverse, des concurrents impressionnants physiquement peuvent décevoir sur certaines épreuves... En réalité, tout est question de dosage et d’alchimie dans la compétition. Pour arriver au bout de l’aventure, il faut à la fois avoir des compétences physiques, être un bon camarade mais aussi savoir être stratège au moment opportun.

Retour en haut

Également dans l'actu de l'émission

L'actu TV

Vidéos

En coulisses...

Les dossiers