« Devenir grand » : document “Infrarouge” de Judith Grumbach mardi 31 mars sur France 2

Mis en ligne par lundi 30 mars 2020 2293
« Devenir grand » : document “Infrarouge” de Judith Grumbach mardi 31 mars sur France 2

Ce mardi 31 mars à 23:00, dans la case documentaire “Infrarouge”, en lieu et place de « Le défi des transclasses » , France 2 diffusera le documentaire inédit « Devenir Grand » réalisé par Judith Grumbach.

Comment relever, jour après jour, le défi de grandir, ensemble ? « Devenir Grand » nous emmène dans trois classes, aussi ordinaires qu’extraordinaires, et dévoile ce qui se joue entre enseignants et élèves, le temps d’une année scolaire, pour permettre à chacun de s’épanouir, individuellement et collectivement.

Comment l’école peut-elle accompagner les élèves et les aider à grandir, jour après jour?

Dans une époque de crises politiques, sociales, environnementales ou sanitaires, comment l’école peut-elle contribuer à former une nouvelle génération de citoyens responsables, capables de changer positivement le monde ?

Comment une école qui invite les élèves à s’interroger et n’hésite pas à s’interroger elle-même, peut-elle aider chacun à se connaître, à trouver sa place dans la société et à mieux vivre avec les autres ?

Du primaire au lycée, des enseignants s’engagent pour que l’école soit bien plus qu’un lieu d’apprentissage.

De Perpignan au Bourget en passant par Langon, « Devenir Grand » nous emmène dans trois classes, le temps d’une année scolaire.

Note d'intention de la réalisatrice

Sortir du temps court. S’interroger sur le rôle et le sens de l’école. Penser à demain.
C’était déjà l’objet de « Devenir Grand » avant que l’actualité ne nous y contraigne, qu’elle exige de tous les parents de recourir à des trésors d’inventivité pour occuper les enfants et leur permettre d’apprendre, qu’elle oblige les enseignants à se battre pour pouvoir continuer à faire cours dans des conditions si difficiles.
Parler de ce qui fonctionne aussi. Pas tous les jours, pas à tous les coups. Mais montrer ce qui se passe derrière la porte de si nombreuses salles de classes dans lesquelles, malgré toutes les difficultés, que l’on soit prof ou élève, on cherche, on trouve, on essaye, on se trompe…. et on recommence.
Une école dans laquelle on s’autorise des pas de côté, dans laquelle la relation à soi-même et aux autres est aussi fondamentale qu’apprendre à lire, à écrire et à compter. Une école que ses acteurs jugent imparfaite. Mais à laquelle ils contribuent tous à donner du sens.
Mettre en valeur les enseignant·es, bien sûr. Leur engagement, leur créativité, leur courage. Quand un si grand nombre d’entre eux se sentent seuls, démunis, et parfois même méprisés. Aussi bien par l’institution que par la société.
Contribuer au débat enfin. Un débat sans invectives, sans certitudes. Un débat dans lequel on poserait les questions de fond sans nécessairement avoir immédiatement toutes les réponses. Un vrai débat collectif. Avec les enseignant·es, les parents, les enfants, les autres acteurs et actrices du monde éducatif. C’est à ce prix qu’il sera possible d’inventer l’école dont nous avons tous envie… et besoin.