“The Voice” : Nikos et les coachs parlent de la saison 9 qui débute ce soir sur TF1

Mis en ligne par samedi 18 janvier 2020 901
“The Voice” : Nikos et les coachs parlent de la saison 9 qui débute ce soir sur TF1

Retour aux fondamentaux pour “The Voice 2020” qui démarre ce samedi 18 janvier à 21:05 sur TF1 : honneur aux grandes voix, aux prestations de haut vol, aux talents hors normes âgés de 16 à 76 ans.

Cette saison, place à une émotion encore plus intense pour les familles des talents, installées juste à côté de la scène durant les auditions à l’aveugle. Les lives seront quant à eux diffusés depuis une grande salle de spectacle parisienne. Enfin, les quatre finalistes seront choisis exclusivement par le public.

Orchestrée par Amel Bent, Lara Fabian, Marc Lavoine et Pascal Obispo, quatre coachs aussi différents que complémentaires, l’émission référence de la musique en France s’offre une nouvelle équipe de rêve et la magie opère…

Nikos : Nous sommes revenus aux basiques de The Voice

« Nous avons eu le sentiment de recommencer cette aventure avec des yeux neufs. Accueillir de nouveaux coachs est toujours très intéressant. Ils sont arrivés très enthousiastes, avec chacun un style et une patte différents. C’est à travers leurs yeux que nous redécouvrons notre programme. Nous sommes revenus à la source d’inspiration première de cette émission : offrir la chance à un talent de vivre sa passion, de monter sur scène et de devenir peut-être l’artiste que vous suivrez et irez voir en concert. Notre maître-mot avec les coachs est de vous divertir, de vous émouvoir et de vous rendre heureux à travers des interprétations uniques d’artistes qui ont rendez-vous avec leur destin. Combien sont arrivés sur la scène de The Voice sans rien connaître ? Combien ont découvert Paris, un studio de télévision et les lumières des projecteurs pour la première fois ? C’était entre autres le cas de Kendji Girac, qui vend aujourd’hui des millions d’albums, vit de son art et trace brillamment son chemin. Le cru de cette année s’annonce excellent. Nous avons autant pleuré que ri. Les tournages ont été longs et nous avons parfois fini au petit matin. The Voice n’est pas seulement une émission de télévision : c’est un rendez-vous plein de surprises. L’émotion ne se commande pas : elle se vit ».

Amel Bent : Je me suis sentie à la maison

« Je suis très heureuse car cette saison est explosive ! Je suis arrivée dans ce fauteuil avec tous mes souvenirs de The Voice Kids aux côtés de Jenifer, Soprano et Patrick, qui sont tous des copains à la ville. Cette fois, je redoutais un peu de ne pas me sentir à ma place, aux côtés d’artistes qui sont, à mes yeux, des monstres sacrés de la chanson française, que j’écoute depuis ma plus tendre enfance. Je me suis demandé si j’allais réussir à m’éclater, à être moi-même. En réalité, cela a duré l’espace d’une prestation. Dès qu’il a fallu se battre pour un talent, j’ai tout oublié ! Je me suis sentie très vite à l’aise et dès le premier fou rire, nous sommes partis sur de très bonnes bases. Marc est l’un des artistes les plus drôles que je connaisse et Lara a aussi beaucoup d’humour. Nous avons passé des soirées inoubliables et je nous ai tout de suite trouvés complémentaires. Nous nous posions souvent les mêmes questions, partagions les mêmes craintes… Lara et moi avons eu cette solidarité féminine qui nous a liées jusqu’ici. Avec elle, je me suis sentie à la maison. Je suis entrée dans cette aventure à 200% ! Attirée par les voix dans lesquelles il y a beaucoup de soul, une musicalité afro-américaine et gospel, j’ai eu un plaisir fou à me laisser enchanter par les talents. Je vis cette expérience de toute mon âme ».

Lara Fabian : L’alchimie a tout de suite opéré

« C’est une joie absolue de vivre une expérience de transmission aussi bienveillante. J’ai déjà eu la chance de participer à The Voice au Québec et j’ai à cœur de transmettre. Les codes sont naturellement différents au Canada sur de nombreux points, mais l’esprit de famille est en revanche le même partout. Lorsque j’ai été appelée, la première chose que je souhaitais savoir est si nous allions nous retourner en cas de refus. Cela me paraissait crucial car je trouve très dur de laisser un talent partir sans explication, ni marque d’empathie. Heureusement, la production a changé cela et j’en suis ravie. Entre coachs, il y a beaucoup de bienveillance, aucun n’a envie de briller plus qu’un autre. Tout est simple et naturel. L’alchimie a tout de suite opéré alors que nous sommes très différents. Je connaissais Marc et Pascal et je les ai redécouverts à travers The Voice. J’avais hâte de chanter avec Amel et de mieux connaître qui se cachait derrière cette voix envoutante. Néanmoins, je me suis battue comme une lionne pour faire venir les talents dans mon équipe. Il y a eu une douce guerre entre nous et de chouettes «punchlines». Marc est particulièrement redoutable en la matière ! Pour ma part, je privilégie toujours l’unicité, ce petit supplément d’âme qui identifie instantanément une voix. 90% des talents sont là pour développer leur art, les autres pour connaître la notoriété. Notre rôle est de laisser les talents être dans leur vérité. Pouvoir rester soi-même dans un tel show est fantastique. Nous sommes face à des êtres qui viennent jouer leur vie et c’est un privilège dont nous avons pleinement conscience. The Voice, c’est vrai. Voilà pourquoi c’est magique ! »

Marc Lavoine : Cette émission montre le meilleur de ce que nous sommes

« Le plateau de The Voice est un lieu hors du temps, très particulier. Je n’avais jamais vécu une telle expérience et j’ai été émerveillé. Par ailleurs, j’apprécie beaucoup les artistes avec lesquels j’ai pu partager ces moments. Ce concept nous oblige à être nous-mêmes car nous rencontrons des artistes qui ont fait un long chemin pour venir se produire sur cette scène. Nous devons être dans l’honnêteté, dans la rigueur car nous sommes à la recherche de l’excellence. C’est une compétition forte, à élimination directe et nous n’avons pas le droit de dire à un artiste des bêtises. Si c’est formidable, il faut le dire. Sinon, il faut expliquer pourquoi. C’est donc une compétition que nous prenons très au sérieux même si on s’amuse beaucoup. Je trouve mes amis coachs supers, très drôles et je les remercie de m’avoir si bien accueilli. Comme nous ne voyons pas les caméras, nous assistons à chaque interprétation à un spectacle sur scène. De la production à la direction artistique, le courant passe. Il y a une ligne éditoriale et une envie commune de créer ensemble. Nous faisons partie d’une équipe où l’intelligence collective est au service des artistes. Nous les prenons au sérieux et c’est essentiel. On vient partager un moment important, une histoire personnelle. Cette émission montre le meilleur de ce que nous sommes et rassemble des valeurs et des principes qui sont les miens. Je suis fier d’y être associé car elle respire l’espérance. Je ne m’attendais pas à vivre de telles émotions. Les artistes qui sont venus à nous représentent bien le pays dans lequel nous vivons avec ses diversités, ses cultures et son brassage intellectuel. Ils sont le reflet de notre société. Une société qui tient debout, qui veut trouver du travail et des solutions. Il y a un message artistique très fort : ces talents veulent tracer leur chemin dans ce métier avec nous ».

Pascal Obispo : Il y a beaucoup d’humanité entre nous

« Entre coachs, nous sommes dans la découverte des uns et des autres et cela fait du bien. Je connais Marc depuis longtemps et je l’ai redécouvert grâce à The Voice. Il est très spirituel et je suis émerveillé par ses discours. Lara est très douce, elle touche les talents au cœur. C’est une femme épanouie, guidée par la bienveillance, la sensibilité et le professionnalisme. Elle fait même du coaching en direct ! J’échange avec Amel, elle me fait découvrir de nouveaux artistes et j’apprécie ses avis tranchés. Il y a beaucoup d’humanité entre nous, un peu comme si nous étions quatre frères et sœurs. Il est très important que nous nous entendions tous bien, que nous fassions un beau show. Nous ne sommes pas dans la complaisance, encore moins dans la posture. The Voice est avant tout un show imaginé pour que les téléspectateurs passent un bon moment devant leur écran. Il nous suffit simplement d’être naturels, de nous amuser des appétences ou des défauts des autres, et d’ajouter une bonne dose d’autodérision car faire le show, c’est aussi cela. Je suis vraiment heureux de faire partie de cette aventure atypique. Je m’amuse bien. Cette saison, ça chante encore très bien avec de belles mises en scène. Pour moi, le talent n’existe pas. Je crois uniquement au travail et à la chance. Je me sens d’égal à égal avec l’artiste qui se produit face à moi. Si je suis assis dans ce fauteuil, c’est qu’à un moment donné, j’ai eu de la chance. Voilà tout ».

Propos recueillis par Vanessa Vincent, TF1.