“Reportages découverte” : les sérials récupérateurs, samedi 12 janvier sur TF1

Mis en ligne par vendredi 11 janvier 2019 912
“Reportages découverte” : les sérials récupérateurs, samedi 12 janvier sur TF1

Redonner une seconde vie à des objets destinés à la poubelle, faire du vieux avec du neuf, de plus en plus de Français se lancent dans l’art de la « récup ». Certains en font même leur métier. Pendant plusieurs mois, une équipe de “Reportages découverte” a suivi quatre passionnés de récup, qui font des miracles avec nos déchets. Un document diffusé ce samedi 12 janvier sur TF1 dans la continuité du JT de 13 Heures d'Anne-Claire Coudray.

Hélène récupère et recycle des bâches publicitaires pour en faire des sacs et des accessoires. Pour faire vivre sa petite entreprise, elle est toujours en quête de matières à recycler. Pour la première fois, elle va récupérer une toile géante : une enveloppe de Montgolfière « On ne va pas que s’amuser avec cette taille » explique-t-elle et elle va devoir trouver une idée très originale pour la transformer.

Antinéa fait partie de l’association « Récup & Gamelles ». Elle traque les restes des marchés pour trouver son bonheur. « Il faut faire un peu le tri, il ne faut pas avoir peur de se salir les mains. » explique-t-elle alors qu’elle ramasse des barquettes de fraises à même le sol. Elle a lancé une gamme de confitures, avec ces fruits destinés à être jetés. Dans quelques semaines, elle va proposer avec un grand chef un buffet gastronomique pour 70 personnes à base d’invendus alimentaires. « Le vrai challenge c’est de faire à manger pour autant de personnes avec des produits récupérés et que ce soit bon ! ».

Dans le Périgord, Cédric, lui, récupère les épaves de voitures, pour en faire des meubles et des objets originaux. Cédric va transformer une vieille DAF de 1966 en meuble de salon. Mais avec ces carcasses, il a toujours des surprises. « On sait quand on commence, on sait jamais quand on finit.» explique-t-il. Cette année, il veut aller encore plus loin : transformer un vieux tube Citroën délabré qui servait de poulailler, en meuble bar et le vendre à Périgueux lors de la plus grande foire Vintage du Sud-Ouest de la France.

Enfin, Anaïs veut lancer une marque de vêtements avec des rideaux mis au rebut et de vieux tissus ! Car « Porter un rideau, ça passe incognito ! » nous explique-t-elle. Elle s’est donnée trois mois pour créer une collection inédite, produire 400 pièces, organiser un défilé devant 300 personnes, puis vendre sa production. « J’ai chaud, j’ai froid, mais je suis animée d’une passion, d’un petit feu ardent qui me tient !» témoigne-t-elle à quelques heures du défilé. La tâche est colossale.