“Reportages découverte” dans les coulisses du Bon Marché, dimanche 17 mars sur TF1

Mis en ligne par vendredi 15 mars 2019 1821
“Reportages découverte” dans les coulisses du Bon Marché, dimanche 17 mars sur TF1

C’est l’un des plus anciens « grands magasins » du monde. Celui qui a servi de modèle à bien d’autres. Ses fondateurs, Marguerite et Aristide Boucicaut, en firent en 1852 un laboratoire qui pose alors les bases d’une révolution commerciale. Précurseur à sa création, le grand magasin entend bien le rester aujourd’hui à l’ère des achats sur internet. Ici, rien n’est trop audacieux pour attirer le chaland. Expositions, animations, invitations de stars de l’art ou de la musique, le Bon Marché crée l’événement. Sa Grande Epicerie, quant à elle, est devenue un temple de la gastronomie internationale. Pendant près d’un an, nous avons suivi le quotidien de ceux qui font le succès du Bon Marché…ils ont ouvert pour “Reportage découverte” les coulisses de ce grand magasin pas comme les autres.

Laurent vient d’être recruté au service clientèle. Il est encore un peu timide. Pour être confirmé à son poste, il doit faire ses preuves “Dans ce lieu, on connaît la gamme de la clientèle, donc il faut savoir gérer le stress, c’est la priorité du boulot. Je viens de l’hôtellerie de luxe, et j’ai toujours rêvé de venir ici …” Laurent va aussi devoir apprendre à gérer une clientèle parfois difficile, une clientèle majoritairement parisienne à l’inverse des autres grands magasins de la capitale.

Angela, elle, travaille à la Grande Epicerie, l’enseigne gastronomique du Bon Marché. Elle est chargée de dénicher les nouveaux produits qui font la renommée du magasin. Ses origines italiennes constituent un atout non négligeable. « L’Italie à la Grande Epicerie a une place toute particulière en ce moment, c’est une mode qui dure ! Moi j’ai toujours baigné dans la cuisine italienne depuis toute jeune, on a toujours cuisiné dans la famille, et les repas ont toujours été l’occasion de discuter bons produits et bonnes recettes … » Angela va devoir redoubler d’efforts pour trouver de nouveaux producteurs. Car après un siècle et demi d’existence le Bon Marché ouvre une deuxième épicerie de l’autre côté de la Seine, dans le XVIème arrondissement, un projet gigantesque pour elle.

Jennifer est un peu l’alter ego d’Angela mais pour la mode, elle est responsable du style. Elle est en recherche permanente de nouvelles tendances qui permettront au grand magasin de se démarquer de la concurrence. « Non seulement il faut que ce qu’on cherche colle avec l’esprit du magasin, mais il faut aussi qu’on soit les seuls à vendre le produit, cette idée d’exclusivité est primordiale pour nous, nous voulons vendre « différent » de nos concurrents, l’enjeu est de trouver de l’inédit et de l’exclusif ». Cette année, elle s’est lancée un autre défi, elle veut être la première à faire rentrer le « sur mesure » dans le grand magasin…

Enfin Frédéric, le directeur artistique du magasin est à l’origine de toutes les expositions et grands événements. Il y en a une dizaine par an. Et cette année s’annonce pour lui particulièrement stressante. Un artiste argentin va venir transformer les escalators et surtout Frédéric aussi organise un défilé de la marque crée par le chanteur Stromae dans les rayons du Bon Marché. « Si on arrive à faire tout ça, ce sera vraiment top ! Mais l’œuvre d’art sur l’escalator c’est pas évident, ça pose des problèmes de sécurité dans un lieu ouvert au public, et Stromae et son défilé c’est un défi un peu fou, le magasin va être plein ! »

Dans les pas de ces quatre personnages, nous allons vivre une saison riche en évènements dans un des plus vieux « grand magasin » du monde.