“Reportages découverte” : ouvrir son commerce, la parcours du combattant samedi 13 avril sur TF1

Mis en ligne par jeudi 11 avril 2019 997
“Reportages découverte” : ouvrir son commerce, la parcours du combattant samedi 13 avril sur TF1

Ouvrir un commerce pour changer de vie et devenir son propre patron ! Chaque année, des milliers de français décident de tout quitter pour réaliser ce rêve. Mais il faut être intrépide voire téméraire pour devenir commerçant aujourd’hui : trouver la bonne idée de business, le local, la marchandise, recruter de bons vendeurs, installer son magasin, le décorer puis espérer les premiers clients… Concurrencées par le e-commerce et les hypermarchés, plus de 10000 boutiques ferment chaque année. Entre rêve et désillusion, les équipes de “Reportages découverte” ont suivi, pendant plusieurs mois, l'aventure de français, seuls ou en couple, qui ont décidé d’ouvrir leur commerce dans une grande ville, une zone commerciale ou un bourg en voie de désertification...un combat, jamais gagné d’avance !

Delphine, 36 ans, va ouvrir son épicerie fine à Montélimar. Il y a un an et demi, les mots de son conjoint ont été un détonateur : « Il m’a dit "si tu ne quittes pas ton boulot, c’est moi qui te quitte », parce que ça n'allait vraiment plus et que j’étais lassée de ce que je faisais ! Ça a été le coup de pied pour que je réagisse ! » Cette épicurienne de nature démissionne alors pour lancer une épicerie fine. Pour retrouver sa liberté, elle investit 27000 euros dans ce projet. Avant de devenir commerçante, elle a dû aménager sa boutique et dénicher des produits d’exception, comme une huile d’olive plusieurs fois médaille d’or. Mais va-t-elle gagner son pari dans un centre-ville sinistré, où les magasins ferment les uns après les autres.

Christophe, 54 ans, se lance dans une sacrée aventure : ouvrir une grande surface dédiée à la fête à Soissons. Après avoir dirigé 80 salariés dans une entreprise de chauffage, il est licencié en avril dernier. Avec Véronique, sa femme, il a l’idée de ce business inattendu et audacieux. Ils mettent sur la table toutes leurs économies personnelles : 170 000 euros. « C’est notre dernière chance parce qu’à 54 ans pour rebondir, aussi bien moralement que financièrement, ça va être très compliqué, on a mis énormément d’argent dans ce projet, tout notre cœur, notre envie. Alors ça ne peut pas rater, ça ne doit pas rater, il en est hors de question ! » L’ancien chômeur part à Milan pour sélectionner choisir des déguisements et autres accessoires délirants chez le numéro 1 mondial. Il recrute 2 personnes, devient patron, sa métamorphose est impressionnante. Mais son projet sera-t-il vraiment rentable ? Pour arriver à se verser un salaire, Christophe et sa femme vont devoir vendre pour plus de 1500 euros d’articles de fêtes et déguisements chaque jour.

Pascaline et Emilie, 34 et 38 ans, créent une boulangerie bio dans les monts du Lyonnais. Pour ces deux sœurs, l’idée de faire du pain s’impose comme une évidence. « J’avais envie de faire autre chose, de travailler de mes mains, de trouver un sens à ce que je faisais. J’avais besoin d’avoir du concret dans mon travail, de pouvoir faire mes propres choix ». Alors elles quittent leur emploi salarié et Lyon, leur ville de cœur pour s’installer dans un village de 5500 habitants où il y a déjà deux autres boulangeries, Vaugneray. Pour s’en sortir, Pascaline et Emilie vont devoir travailler dur…parfois enchainer des jours et des nuits…mais vont-elles tenir le rythme ? Et les habitants seront-ils séduits par leur pain ?

Enfin Dominique, 48 ans, va réaliser son rêve d’enfant : ouvrir sa concession automobile à La Rochelle. Autodidacte, ce vendeur automobile a 30 ans d’expérience au compteur. Le bagout est sa deuxième langue, l’enthousiasme son carburant. Son rêve depuis toujours : être à son compte. Cette aventure est pour lui une renaissance. « J’avais envie de tout lâcher, d'arrêter l’automobile ! J’en avais marre, j’étais à 2 doigts du burn-out alors j’ai fait le vide autour de moi, je me suis reconstruit de zéro ! Je me suis dit : je fonce, plus rien ne m’arrêtera ! » Dominique va devoir trouver les voitures, convaincre des clients exigeants, mais il est impatient de pouvoir lâcher les chevaux ! Pour s’en sortir, il va devra vendre des dizaines de voitures chaque mois...