“Grands Reportages” : 4 saisons sur l'île de Ré, samedi 13 avril sur TF1

Mis en ligne par vendredi 12 avril 2019 2313
“Grands Reportages” : 4 saisons sur l'île de Ré, samedi 13 avril sur TF1

On la surnomme la « Perle de l’Atlantique »… ses plages qui s’étendent à perte de vue, ses maisons blanches, et ses roses trémières ont fait d’elle une des îles les plus prisées de France. Mais l’île de Ré est bien plus qu’une carte postale…pendant un an, pour “Grands reportages , ceux qui y vivent au quotidien nous ont ouvert leurs portes…et leurs réalités parfois surprenantes.

Benoît Congar, le gendarme. « Le premier PV de l’année, c’est une double évasion ! L’année commence fort ! J’espère que ce sera pas comme ça tout le temps ». Benoît, adjudant à la gendarmerie de Saint-Martin-de-Ré, n’en revient toujours pas. Seule solution : fermer le pont à la circulation et passer toute l’île au peigne fin... Car malgré ce que l’on pourrait penser, l’ile de Ré n’est pas un sanctuaire. Pendant l’hiver, les cambrioleurs guettent les maisons secondaires esseulées, et en été, 100.000 vacanciers viennent faire la fête, parfois plus que de raison... Toute l’année, les journées comme les nuits de Benoît sont bien remplies.

Jean-François Beynaud, ostréiculteur et passionné. Au printemps, les pêcheurs à pied attendent avec impatience la marée du siècle pour ramasser des tonnes de coquillages et de crustacés. Mais il y en a un qui redoute cet évènement, c’est Jean-François, ostréiculteur : les pêcheurs indélicats se servent parfois dans ses parcs à huîtres. Il va monter la garde. « Les touristes pêcheurs doivent rester à 25 m des parcs, pourtant chaque année, on en coince en train de voler... ». Jef est aussi intarissable sur la faune qui peuple cette île magique. Des milliers d’oiseaux migrateurs y font escale chaque année.

Sophie et Caroline Cochard, les restauratrices. Les huîtres, Sophie et Caroline en mettent à leur carte.... Mais ce que viennent surtout chercher leurs clients, c’est la chaleur de l’accueil des deux sœurs. Elles sont patronnes du plus vieil hôtel-restaurant de l’île de Ré. « Les colonnes ». « On m’a fait plusieurs propositions pour reprendre Les Colonnes, mais j’ai toujours dit qu’ils n’auraient jamais assez d’argent, parce que le sentiment, ça ne se paye pas .» Les deux sœurs profitent de l’hiver pour refaire les chambres de leur hôtel, et attendent avec impatience le retour des beaux jours !

Mickaël Morin, le pompier loueur de vélo. Quelle que soit la saison, Mickaël lui travaille 15 heures par jour. Il est chef d’entreprise, pompier volontaire, pilote d’ULM, moniteur de kite-surf, moniteur de paddle, et aussi… pilote d’hélicoptère. Ce Rétais d’adoption est tombé amoureux de l’île il y a 30 ans. Même s’il a surfé sur les plages du monde entier, il est toujours revenu sur l’île de Ré. Sa femme, Christelle, est directrice de l’école du village. Et elle a bien du mal à passer un peu de temps avec son mari, qui a toujours 10.000 idées en tête.
D’ailleurs cette année, Mickaël veut profiter de l’hiver pour mettre au point un projet fou : construire son propre engin volant…pour pouvoir enfin admirer du ciel tous les jours son île aux mille couleurs. En été, avec plus de 2000 vélos en location, il doit aussi partir en intervention comme pompier volontaire. Noyades, chute de vélo mais aussi incendie... Mickaël aime l’action, et cette année, il sera servi !

« 4 saisons » pour découvrir l’âme et les secrets de l’île de Ré.

Dernière modification le vendredi, 12 avril 2019 19:56