Reportages découverte : A la recherche de l’âme sœur, samedi 8 juin sur TF1

Mis en ligne par jeudi 6 juin 2019 1552
Reportages découverte : A la recherche de l’âme sœur, samedi 8 juin sur TF1

Il y a en France 18 millions de célibataires. Un nombre qui ne cesse d’augmenter. Rencontrer l’âme sœur est un rêve qui parait parfois inaccessible malgré tous les moyens modernes mis à la disposition des cœurs solitaires. Les sites et les applications de rencontres se multiplient : un Français sur cinq avoue avoir tenté de faire des rencontres en ligne. Pour les inconditionnels de la relation « réelle », toutes sortes d’évènements sont organisés : randonnées, soirées dansantes ou même voyages. S’il est facile aujourd’hui de faire des rencontres d’un soir, il est toujours difficile de croiser le grand amour. Les équipes de “Reportages découverte” sont parties à la rencontre de ces célibataires qui font tout pour sortir de leur isolement et enfin trouver l’âme sœur.

A 38 ans, Anne-Laure veut fonder une famille. « J’ai eu des relations longues, mais ma dernière relation longue ça remonte à 10 ans… C’est fou ! C’est déjà trop longtemps. C’est pas normal que ça m’arrive… » Cette parisienne est bien décidée à mettre toutes les chances de son côté pour faire enfin la rencontre de sa vie, quitte à passer par une agence matrimoniale. « Les agences de rencontres ça peut sembler ringard mais c’est faux. Il y a une nouvelle ère qui se crée. Moi j’ai toujours été pionnière ! ». Anne-Laure a un cahier des charges très précis. Elle cherche : un homme sans enfant, grand et athlétique, brun, avec un certain sens de l’humour et une bonne qui situation professionnelle ! Surtout, il faut qu’il ait envie de s’investir durablement avec elle. Elles s’est donnée six mois pour trouver l’âme sœur et elle va tout essayer, des rencontres arrangées par Gerda, sa coach, aux séances collectives sur le lâcher-prise, en passant par un week-end pour célibataires dans le bordelais…
Malgré sa beauté et son charme, parviendra-t-elle à trouver son homme idéal ?

Eric, c’est un peu la mémoire vivante de la quête amoureuse. A 53 ans, cet informaticien qui vit en Seine-et-Marne, est revenu de toutes sortes d’expérience en la matière : les journaux gratuits, le minitel, internet... « Ma vie amoureuse a toujours été très compliquée.
J’étais hyper timide lorsque j’étais adolescent. J’étais tétanisé. Je voyais toutes ces jeunes filles… Et si j’allais sur la piste, je ne sais pas pourquoi, tout le monde s’écartait. ».
Autant d’années d’errance amoureuse. Il est désormais décidé à faire des rencontres dans la vie réelle et il sait ce qu’il recherche : « moi je ne recherche pas juste la petite étincelle, mais l’alchimie ! Qu’il n’y ait pas de blanc et qu’on ne s’ennuie pas. ». Karaokés, speed-dating… Eric tente tout pour briser sa solitude. Mais son parcours est semé d’embûches..

A 50 ans, Laurence a été mariée pendant 20 ans, elle a eu 3 enfants, devenus grands. Après son divorce, il y a 5 ans, elle teste tout pour retrouver l'amour : les sites, les applications... Autant de déceptions ! « C’est un autre univers en fait : faux profil, hommes mariés, psychopathes… La première rencontre que j’ai faite c’était un faux profil. C’était quelqu’un qui essayait de me soutirer de l’argent… ». Surtout, elle mesure la souffrance des gens autour d'elle. Elle se dit qu'il y a « quelque chose à faire » et commence à organiser des soirées dansantes pour les célibataires de sa région : « mon objectif depuis le départ c’est les évènements, c’est de sortir les gens du virtuel et les faire se rencontrer dans la vraie vie. » Avec toujours un espoir, elle aussi, d’y trouver l’âme sœur…mais pour Laurence, l’amour ne viendra pas de là où elle l’attend !

Enfin, à 23 ans, Samuel habite en Normandie. Il est éleveur de bovins dans l’exploitation familiale, fondée par son grand-père. Célibataire depuis deux ans, il est revenu vivre chez ses parents et commence à trouver le temps long… D’autant qu’autour de lui, ses amis se marient et commencent à avoir des enfants : « J’ai un couple d’amis qu’on a marié et qui ont eu leur premier enfant ! C’est vrai qu’ils se sont connus jeunes, mais ça fait des déclics. Et puis je suis assez sentimental. Donc, ce serait bien sympa que je rencontre quelqu’un ! ». Mais ce n’est pas si facile de trouver l’amour à la campagne : «c’est vrai que nous les agriculteurs, on a vraiment deux tristes records : le taux de suicide et le taux de célibat. Il faut que ça change !» Ses amis, justement, on décidé de lui organiser une soirée, avec une jeune fille qui pourrait le séduire…