Le Palmashow arrive sur TF1 en prime time vendredi 15 février

Mis en ligne par mardi 22 janvier 2019 1267
Le Palmashow arrive sur TF1 en prime time vendredi 15 février

Parodies, clips, sketchs et fausses pubs, “Ce soir, c'est Palmashow” propose une soirée inédite portée par des invités prestigieux. Les humoristes, David Marsais et Grégoire Ludig, se confient sur cette émission dont ils sont à la fois les créateurs et les protagonistes.

Comment est né ce projet ?
David Marsais : On a vu Ara Aprikian, DGA contenus du groupe TF1, et Xavier Gandon, directeur des antennes TV et digitales, on a bu un coup. Ils nous ont dit : «Venez». On a répondu : «Ok !»

Grégoire Ludig : C’est bien résumé ! Après notre film La folle histoire de Max et Léon, nous avions envie de réécrire des sketchs depuis un moment avec David. Nous avons laissé passer un peu de temps pour avoir des choses à raconter. Nous avons commencé à écrire sans nous demander pour quelle émission ou sur quelle chaîne. On le faisait avant tout pour nous, pour nous remettre dedans et nous marrer. Comme nous avions tissé de très bons liens avec Ara Aprikian et Xavier Gandon, le projet a vu le jour assez rapidement. On sortait de trois folles soirées sur C8, on se voyait aller ailleurs, riches de nos expériences précédentes.

Comment s’articule l’émission ?
G.L. : C’est une soirée de sketchs, de parodies, de fausses pubs, de clips, à la manière de ce que l’on sait faire. Nous sommes entourés d’invités de marque. Il y a quasiment un changement de décor toutes les vingt secondes. On passe d’une parodie de l’émission Patron Incognito, à une fausse pub de La Laitière. Il y a en tout 150 décors différents pour quatre-vingt-dix minutes d’émission.

D.M. : Nous n’avions pas envie de nous retrouver sur un plateau devant un public, face caméra. Nous ne sommes pas présentateurs et ne sommes pas à l’aise dans cet exercice. Pour articuler les différents formats humoristiques que nous proposons, nous avons donc imaginé une petite fiction avec un scénario dans lequel nous jouons nos propres rôles : nous venons de terminer une émission de télé et, au lieu d’aller voir les diffuseurs, nous décidons de créer notre propre chaîne de télévision. Et évidemment, tout ne se passe pas comme prévu…

Tout est-il écrit à l’avance ou laissez-vous une part à l’improvisation ?
D.M. : Tout est écrit mais on n’a pas une écriture figée. Si l’on voit qu’un sketch, un mot, une blague ne fonctionne pas, on ne s’interdit pas de recommencer, de changer ou même de rajouter des choses. Mais pour se laisser cette liberté, il faut absolument disposer d’une base solide.

Parmi les invités, y a-t-il des nouveaux venus ?
G.L. : Nous avons le plaisir d’accueillir Alain Chabat que nous avions rencontré sur le tournage de Santa & Cie. Benoît Poelvoorde aussi, nous a rejoints, ainsi que Jérôme Commandeur avec qui l’on n’avait pas encore tourné. Anaïs Demoustier, à qui j’avais donné la réplique dans Au poste !, fait également partie de l’aventure.

D.M. : Nous avons réuni beaucoup de gens d’horizons différents. On n’avait pas envie de faire une soirée avec des personnes déjà vues plusieurs fois ailleurs. Nous avons essayé d’être un peu novateurs et originaux et nous sommes très contents du résultat. C’est une grande chance d’avoir pu tourner avec eux.

Franchir une nouvelle étape

Vous arrivez en prime sur TF1. Est-ce une pression supplémentaire ?
D.M. : C’est l’occasion de franchir une nouvelle étape. Nos précédentes émissions ont rencontré du succès mais nous avions besoin de nous challenger et de montrer notre travail à un public plus large.

G.L.: Nous nous sommes mis une vraie pression à l’écriture pour faire au mieux. Nous n’avons pas voulu changer notre façon de travailler. Nous sommes ravis de montrer au plus grand nombre un prime dont nous sommes fiers.

Avez-vous d’autres projets ?
G.L. : Nous avons tout juste entamé l’écriture de notre prochain film pour lequel on retrouvera à la réalisation Jonathan Barré, réalisateur de tous nos sketchs et de notre précédent film. Et l’on peut me voir en salles dans le premier long métrage réalisé par Joséphine de Meaux, Les petits flocons.

Les invités de ce premier numéro : Alain Chabat, Florence Foresti, Kad Mérad, Benoît Poelvoorde, Anaïs Démoustier, Jérôme Commandeur, Thomas Ngijol, Elie Semoun et Fred Testot.

Propos recueillis par Karelle Bourgueil, TF1.