“Le moine noir” en différé du Festival d'Avignon 2022 samedi 9 juillet sur ARTE

Mis en ligne par samedi 9 juillet 2022 1842
“Le moine noir” en différé du Festival d'Avignon 2022 samedi 9 juillet sur ARTE

Diffusée en léger différé samedi 9 juillet à partir de 22:40, dans une adaptation inédite depuis la Cour d’honneur du Palais des papes, la dernière création de Kirill Serebrennikov ouvre la 76ème édition du Festival d’Avignon. S’inspirant de Tchekhov, le metteur en scène russe interroge notre conception de la liberté.

Intellectuel surmené, emporté par ses espoirs de liberté et de grandeur, Andreï Kovrine décide de prendre du repos à la campagne chez son vieil ami Péssôtski et sa fille Tania.

Dans l’immense jardin de la propriété, dédié à la production de fruits, de blé et d’orge pour lesquels son hôte se dévoue sans compter, il voit apparaître le fantôme d'un moine noir, qui hantera son séjour jusqu'à le faire basculer dans la folie…

Tiraillements

Assigné à résidence, puis interdit de quitter Moscou pour une durée de quatre ans en raison d’une condamnation controversée pour corruption, Kirill Serebrennikov (La fièvre de Petrov et Leto au cinéma, Così fan tutte et Parsifal à l’opéra, Idiots et Outside à Avignon, Madame Tchaïkovski, en compétition au Festival de Cannes 2022) a obtenu au début de l’année une autorisation de sortie provisoire du territoire.

Réunissant dans la Cour d’honneur du Palais des papes des comédiens, des chanteurs lyriques et des danseurs de différentes nationalités (russes, allemands, américains, arméniens, lettons, géorgiens, lituaniens et philippins), sa nouvelle production, créée à Hambourg en janvier 2022, constitue l’événement de la 76e édition du Festival d’Avignon.

S’emparant d’une nouvelle fantastique d’Anton Tchekhov, écrite en 1893, le metteur en scène russe convoque une large palette d'arts (dramaturgie, chants, chorégraphies et vidéos) pour interroger notre conception de la liberté, tiraillée ici entre l’aspiration à la normalité au sein du "troupeau" et la quête solitaire d’épanouissement personnel. Comme l’illustrent les interactions complexes entre les personnages tchékhoviens, nul ne saurait s’enorgueillir de détenir la vérité.

Un enjeu que l’artiste traduit en racontant la même histoire du point de vue des différents protagonistes, afin d’ouvrir les perspectives.

Dernière modification le samedi, 09 juillet 2022 20:22
vignette primes a venir
vignette week end tv
© 2004-2022 Les coulisses de la télévision - Jean-Marc VERDREL