Menu

Frédéric Lopez nous présente sa nouvelle émission “Nos terres inconnues”, le 10 avril sur France 2

Frédéric Lopez nous présente sa nouvelle émission “Nos terres inconnues”, le 10 avril sur France 2

Après avoir exploré le monde, l’animateur-voyageur arpente les terroirs de France, au cœur des paysages les plus spectaculaires de notre pays. À chaque destination, il emmène avec lui un invité qui ne sait rien de ce qui l’attend.

Pour ce premier rendez-vous, diffusé mardi 10 avril à 21:00 sur France 2, il prend la direction du parc national des Cévennes, avec le comédien et humoriste Malik Bentalha. Un écrin de biodiversité qui s’étend entre la Lozère, le Gard et L’Ardèche. Des paysages à couper le souffle, dont une large part est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. 67 000 personnes vivent ici en permanence. Pour nombre d’entre eux, habiter ce territoire enclavé est un vrai choix marqué, avec ses joies et ses épreuves.

Pourquoi avez-vous choisi de partir au bout du monde… en France ?

J’ai pris l’avion pour la première fois à 20 ans et depuis je n’ai cessé de parcourir le monde, à titre personnel ou pour Rendez-vous en terre inconnue. Je me disais toujours : « Plus tard, je découvrirai la France… ». Le public de Rendez-vous… m’a souvent fait part de la charge émotionnelle ressentie en découvrant les valeurs des gens du bout du monde et ces paysages à couper le souffle. D’autre fois, je rencontrais des personnes qui me demandaient « On n’est pas bien ici ? », presque comme un reproche.
Alors, petit à petit, « plus tard » est devenu « maintenant » !

En quoi la France peut-elle être aussi intéressante que le bout du monde ?
Évidemment, je me suis posé la question… Existe-t-il des régions françaises où la nature reste préservée et qui apportent un vrai dépaysement ? Y a-t-il des gens pour y vivre ? De quoi vivent-ils ? Mon rédacteur en chef, Ismaël Khelifa, m’a fait remarquer que d’après Michel Serres, il y a un siècle, 70 % de la population travaillait la terre. Aujourd’hui, on est à 1 % ! J’ai été effrayé par ce chiffre. Cette terre que nous allons laisser aux plus jeunes, ils ne la connaissent pas. 

Qu’avez-vous découvert ?
Je me suis rendu compte que je pouvais répondre positivement à toutes mes interrogations : sur place, j’ai rencontré des gens amoureux. Amoureux de leur terre, de leur rivière, de leur forêt, respectueux de leurs voisins, de leurs anciens et très souvent amoureux de leur femme ou de leur homme. Ils se trouvent bien loin de la détresse économique et affective des paysans que l’on nous présente habituellement. D’une humilité incroyable, Morgan nous dit : « On est un grain de sable dans la nature et on fait ce qu’on peut. » Il ne juge pas et n’essaye pas de faire du prosélytisme. Il avance sur son chemin. Comme lui, toutes les personnes que nous avons rencontrées ont réalisé leur rêve : celui de créer une châtaigneraie, d’élever des chevaux, de vivre de la rivière, etc. et ce malgré les obstacles. Leurs expériences m’ont retourné le cerveau.

Pourquoi avoir choisi les Cévennes comme première destination ?
En France il y a dix parcs nationaux, tous des sanctuaires pour la faune et la flore ; celui des Cévennes est l'un des rares habités en son cœur, la zone la plus protégée. Il a été façonné par l’agropastoralisme et une grande partie est classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Le fait que Malik Bentalha ait vécu non loin n’est que pure coïncidence. Mais quand il dit « C’est fou, j’ai grandi à côté de ce parc sans le connaître », il valide d’emblée le concept de l’émission. 

Que saviez-vous de Malik Bentalha avant de l’inviter à vivre cette aventure ?
J’ai eu la chance de le rencontrer il y a huit ans. Son sens de l’humour m’a estomaqué. Il est hallucinant, une vraie machine à vannes. Mais nous avons pris un très gros risque car, en grand fan de Rendez-vous en terre inconnue, il me relançait depuis des années pour y participer ; or lorsqu’il a compris qu’il ne partait pas au bout du monde, il a été très déçu ! Tout était trop inédit pour lui : dormir dans un sac de couchage, faire de la randonnée, du cheval, du canyoning… À chaque fois, il commençait par faire un refus devant l’obstacle puis après, avouait être content de l’expérience. Il est extrêmement attachant et tellement drôle. C’est terrible, mais il a fallu couper énormément de blagues au montage. Malik représente bien cette génération de citadins décrite par Michel Serres dans Petite Poucette*. Il fait beaucoup référence au monde virtuel. Pourtant, lorsque je lui ai rendu son portable à la fin, il n’avait pas envie de l’allumer. 

De quels moments en particulier vous souvenez-vous ?
J’ai adoré lorsque Malik découvre le refuge où nous allons dormir, ou encore, dans la voiture, quand il refait Michaël Jackson.  Vous n’en voyez que trois minutes, mais il se lâche totalement pendant une heure. Là, j’ai su que c’était gagné ! Mais, je crois que mon meilleur moment arrive quand l’instructeur de canyoning explique que jeune, il était bègue et qu’il a été guéri par l’amour de sa femme et la rivière. 

Dans le film, Malik vous demande « Vous aimez tout, il y a bien quelque chose que vous n’aimez pas ? » mais vous ne répondez pas…
J’aime tout ce que je ne connais pas. J’adore sortir de ma zone de confort. Il y a donc peu de chose que je n’aime pas, c’est vrai. À Paris, je n’aime pas ceux que Michel Serres appelle « les ronchons ». Ces citadins qui se plaignent tout le temps sans avoir de véritables raisons. Alors que dans mon émission Mille et une vies, j’ai rencontré tant de personnes résilientes et pourtant si lumineuses. Ceux qui râlent après la pluie, qui est une bénédiction dans tous les pays que j’ai traversé, m’ennuient. 

Quelle était votre plus grande crainte pour ce premier numéro ?
Au début de l’aventure, j’ai eu peur que le film filtre la beauté et la sincérité,  la pureté en somme des personnes que nous rencontrons. Mais mon équipe, la même que sur Rendez-vous…, est extraordinaire. Pierre Stine, le réalisateur, réussit à divulguer leur naturel et à montrer l’impalpable. De mon côté, je me devais d’être à la hauteur de leur confiance. Morgan, le fils de Sabine, connaissait l’émission et il n’en revenait pas d’être un héros de « terres inconnues ». Sa mère restait dubitative sur la télévision. 

Quelle est la différence fondamentale entre Nos terres inconnues et Rendez-vous en terre inconnue ?
J’ai pu réaliser un rêve… celui de retourner voir mes « héros » et même de leur présenter mes proches. Je n’avais bien sûr pas pu le faire auparavant. Je suis donc revenu présenter la famille « Châtaigne »  comme on les a surnommé affectueusement - à mes parents, et mon père a préparé une paëlla géante pour tout le monde. J’étais bouleversé de les voir ensemble !

Propos recueillis par Diane Ermel, France Télévisions

Retour en haut

Également dans l'actu des Documentaires

Invités des émissions TV

16 juin 2018 - 11:29 | Divertissements

Gala du “Marrakech du rire” 2018 le 5 juillet sur M6 : les invités de Jamel Debbouze

Gala du “Marrakech du rire” 2018 le 5 juillet sur M6 : les invités de Jamel Debbouze

Point d'orgue du Marrakech du Rire, le Gala est la pierre fondatrice du festival. L'édition 2018 sera à découvrir sur M6 jeudi 5 juillet à 2...

09 juin 2018 - 12:58 | Magazines

“Salut les terriens !” samedi 9 juin : les invités reçus par Thierry Ardisson sur C8

“Salut les terriens !” samedi 9 juin : les invités reçus par Thierry Ardisson sur C8

Thierry Ardisson vous donne rendez-vous à 18:50 sur C8 pour suivre un nouveau numéro de son émission “Salut les Terriens !”. Voici les invit...

09 juin 2018 - 12:52 | On n'est pas couché

“On n'est pas couché” samedi 9 juin : les invités reçus par Laurent Ruquier sur France 2

“On n'est pas couché” samedi 9 juin : les invités reçus par Laurent Ruquier sur France 2

Ce samedi 9 juin en seconde partie de soirée sur France 2, Laurent Ruquier vous proposera de suivre sur France 2 un nouveau numéro de son ta...

En savoir plus...

L'actu TV

Vidéos

En coulisses...

Les dossiers