“Reportages découverte” : « Un été en Corse », dimanche 19 juillet sur TF1

Mis en ligne par samedi 18 juillet 2020 3336
“Reportages découverte” : « Un été en Corse », dimanche 19 juillet sur TF1

La Corse est l’une des plus belles régions Françaises… mais des cimes enneigées du GR20, aux petites routes sinueuses du Cap Corse, l‘île de beauté se mérite. Son charme sauvage et sa culture vibrante séduisent chaque été près de deux millions de visiteurs. Cet été encore, l’ile de beauté a fait le plein de touristes. De cette destination prisée se dégage une impression de bout du monde. Du Nord au Sud, entre plages cristallines et refuge de montagne, nous embarquons pour les joies d’un été en Corse.

Cet été, l’aventure corse commence en empruntant, avec la jeune Morgane, le mythique GR20, l’arête dorsale de l’île. Morgane a 23 ans, elle est bijoutière à Paris…et n’a jamais fait de randonnée. Elle se prépare pourtant depuis près d’un an. « Je fais ça parce que j’aime les défis, parce que maintenant que j’ai dit que je le ferai j’ai envie d’aller au bout, de le finir, je ne lâcherai rien… »
Son défi : boucler seule et « en autonomie » les 180 kilomètres du trek considéré comme le plus difficile d’Europe, qui traverse la Corse du Nord au Sud. Son tracé est jalonné de passages techniques. Morgane gravira ces sommets, dévalant les éboulis, triomphant des névés, pour plonger dans l’âme corse! « Je voulais de la difficulté! Là, c’est bon j’ai tout gagné! »

Au détour du mythique sentier, se dessinent au loin les plages cristallines qui ourlent le littoral corse, et attirent chaque année plus de 2 millions d’estivants. Parmi ces chanceux, une joyeuse tribu originaire de Moselle. Nés dans le même petit village de Moselle, ils s’offrent pour leur première fois en Corse - la villa de leurs rêves : une maison d’architecte logée dans le maquis, dont la piscine à débordement domine le golfe d’Ajaccio. La petite équipe attend ces vacances depuis longtemps. Fanny est comptable. Elle a préparé minutieusement ces vacances et veille sur le budget du groupe. « On avait un petit peu peur d’être déçus parce qu’on a tellement attendu, on a tellement pensé, tellement réfléchi à ce voyage ! Là, c’est un peu vis ma vie de milliardaire pendant une semaine, comme si on avait gagné au Loto, ça va être difficile de retomber après! Mais on en profite un max. »

Tout au nord de l’île, le Cap Corse. Une terre d’aventuriers qui au 18è siècle partirent faire fortune aux Amériques! Sylvain Giudicelli descend d’une longue lignée de ceux qu’on appelle ici, les Américains. Il a hérité de leur audace. À 37 ans, Sylvain a fait le pari de rénover un hôtel mythique. Fermé depuis trois ans, Le Caribou fut le temple de la jetset corse, dans les années 60. Le jeune homme est sur tous les fronts. Ce jeune entrepreneur orchestre depuis un an, un chantier colossal. Sylvain emploie plus d’une centaine d’ouvriers, pour transformer 30 hectares en rase campagne, en hôtel 5 étoiles, le premier du Cap Corse. Quand il n’est pas sur le chantier, l’enfant du pays arpente l’île pour s’assurer du soutien de ses producteurs : Sylvain a voulu jouer la carte du « 100% corse » et les volumes pour la restauration vont être importants. Il doit se rendre personnellement auprès de ses fournisseurs. « On a hâte, on en peut plus. On a envie que ça ouvre. Je dirais que c’est comme un accouchement, on est en fin de gestation! C’est un travail passionnant, mais stressant aussi. C’est pas comme si on construisait un hôtel en plein centre-ville, où y a une manne touristique, on est dans un village! »

Parmi les producteurs avec lesquels Sylvain va peut-être travailler, une jeune bergère, un peu anxieuse, attend avec impatience de lui faire déguster ses formages. Annabelle, 30 ans, était commerciale, à Bastia, pour une compagnie maritime. La jeune femme a changé radicalement de vie quand elle a rencontré son mari, Laurent. Ce fils d’éleveurs a hérité il y a onze ans de l’exploitation familiale et de ses 300 brebis. « Je crois que j’étais à mille lieux de m’imaginer épouser un agriculteur, ce n’était pas du tout dans mes projets! Je pense que c’est la vie qui m’a imposée ce genre choix et je lui dis merci parce j’ai vraiment trouvé mon équilibre autant avec lui qu’avec mes enfants ! Et ce dans un cadre particulièrement exceptionnel! » Pour trouver sa place à la tête de l’exploitation avec son mari, Annabelle a appris un nouveau métier. Elle fabrique de délicieux formages au lait de brebis. « Moi j’y mets tout mon cœur dans mes fromages. Le max ce serait qu’ils me disent que tous mes fromages sont bons, et qu’ils soient partants pour les mettre à la carte de l’hôtel! Là ce serait vraiment super ! ».

Dernière modification le jeudi, 13 août 2020 17:19