« Sur le front » des dauphins, dimanche 21 février sur France 5 avec Hugo Clément (vidéo)

Mis en ligne par vendredi 19 février 2021 1412
« Sur le front » des dauphins, dimanche 21 février sur France 5 avec Hugo Clément (vidéo)

Dans ce nouvel épisode « Sur le Front », diffusé dimanche 21 février à 20:50 sur France 5, Hugo Clément nous emmène à la rencontre des combattants qui dédient leur vie à la protection des dauphins. Ils sont français, américains, hollandais ou encore balinais, ils mettent toute leur énergie dans la sauvegarde de ces cétacés.

Le dauphin souvent perçu comme l’icône des océans est une espèce protégée. Pourtant, il est aujourd’hui en grand danger sur différents fronts. Il est maintenu en captivité dans des parcs aquatiques car la France compte encore des delphinariums sur son territoire alors qu’ils sont interdits dans de nombreux pays européens. Il est aussi menacé dans son milieu naturel, il se fait piéger dans les filets de pêche dans le Golfe de Gascogne. La situation est alarmante car cette pêche pourrait remettre en cause la survie de l’espèce. Malgré les mises en garde répétées de la Commission Européenne, les pouvoirs publics français ne légifèrent pas. .

Ce combat se joue chez nous, sous nos yeux, beaucoup préfèrent détourner leur regard. Pourtant comment l’ignorer ? L’industrie de la pêche tourne à plein régime, au moment le plus critique, pendant les mois où les dauphins sont les plus nombreux le long de nos côtes.

Comme dans les précédents numéros « Sur le Front » met en lumière celles et ceux qui se battent sur le terrain. Leur détermination force le respect et redonne de l’espoir car leurs actions finissent par payer.

Révélation : le dauphin est consommé en France

Il s’agit d’un sujet tabou mais bien réel. En Bretagne, le dauphin bien que protégé fait l’objet d’un commerce illégal, il est vendu pour être mangé.
Un pêcheur, nous révèle, de façon anonyme, ce qu’il a vu pendant des années. Des dauphins péchés accidentellement finir sous forme de steaks. Le capitaine d’un bateau de pêche reconnait par téléphone, alors qu’il ne sait pas qu’il est enregistré, qu’il consomme lui-même de la chair de dauphin.
Autre preuve, cette séquence consternante où l’on voit deux marins se réjouir à l’idée de prélever des steaks à partir des flancs du dauphin qu’ils sont en train de découper.

L’interdiction de la captivité des cétacés : une décision historique

L'équipe de « Sur le Front » était en train de suivre Morgane dans ses actions pour la remise en liberté de dauphins captifs, lorsque la décision tant espérée est arrivée sur son téléphone. Le 29 septembre dernier, Barbara Pompili, Ministre de la Transition écologique a annoncé officiellement que la captivité des cétacés dans les delphinariums prendra fin au plus tard en 2027. Morgane exulte devant notre caméra, son combat porte enfin ses fruits.

Le flagrant délit que Sea Shepherd attendait depuis des mois

L’été dernier, l'équipe de « Sur le Front » a pu prendre part à une mission risquée de Sea Shepherd dans le Golfe de Gascogne.
L'équipe de « Sur le Front » a embarqué à bord du Clémentine, leur petit zodiac, de 7 mètres avec lequel les militants vont au contact des pêcheurs pour avoir la confirmation que des dauphins se retrouvent piégés dans leurs filets. Ces prises accidentelles, une fois relâchées viennent s’échouer nos plages du littoral Atlantique.

Lamya et les autres combattants doivent faire face à des situations d’extrême tension, ils sont confrontés à des insultes et à des menaces de représailles. Les pêcheurs se montrent virulents car ils savent que Sea Shepherd recherche une situation de flagrant délit.

A force de persévérance, ils vont pouvoir filmer la preuve qu’ils attendaient. Un fileyeur artisanal, en train de pêcher du merlu, remonte aussi dans ses filets cinq dauphins d’un coup.

Aucun d’entre eux n’est en vie, en cherchant à s’échapper, ils se sont étouffés. Cette vidéo consternante va leur permettre d’alerter les pouvoir publics sur la nécessité de prendre d’urgence des mesures.

La remise en liberté de dauphins captifs : une première mondiale

Cette initiative fait renaître l’espoir. A Bali un sanctuaire a été créé en pleine mer pour offrir une nouvelle vie à trois dauphins retenus en captivité pendant des années pour assurer des spectacles. Les cétacés réapprennent à se nourrir seuls. Très prochainement, ils vont retrouver la mer où ils sont nés.

Rocky, Rambo et Johnny ont été capturés lorsqu’ils étaient jeunes dans la mer de Bali en Indonésie pour devenir les attractions d’un hôtel. Il y a un an et demi, Femke s’est battue pour les délivrer. Depuis, elle veille sur eux dans ce tout premier sanctuaire pour dauphins.

Pour le moment, elle fait en sorte que les cétacés se réadaptent étape par étape à leur milieu naturel.

​Rencontre exclusive avec le dresseur de flipper le dauphin. Repenti, il est désormais un militant très engagé

Ric a été dans les années 60, le soigneur d’une star : Flipper le dauphin.
Le jour où Flipper meurt dans ses bras, il prend conscience des ravages de la captivité qu’il avait refusé de voir pendant des années. Il raconte avec beaucoup d’émotion toute cette période de déni.

Depuis, il se mobilise en faveur du ré-ensauvagement des cétacés, abîmés par la captivité. Il est le fondateur du tout premier sanctuaire pour dauphins à Bali où sous l’œil bienveillant de Femke, ils se réadaptent à leur milieu d’origine.

Note d'intention d'Hugo Clément - Journaliste

Lorsque nous avons commencé à tourner cette enquête sur les dauphins l’été dernier, jamais nous n’aurions imaginé que nous allions assister quelques semaines plus tard à une décision historique : l’interdiction des delphinariums en France. Rien ne le laissait présager. C'est la preuve que les luttent portent leurs fruits. Des combattants dans toute la France ont œuvré, les associations impliquées dans le référendum pour les animaux ont alerté sans relâche.

Quel moment incroyable, d’assister à cette victoire tant attendue aux côtés de militants qui consacrent tellement d’énergie à cette cause, depuis des années.

La prochaine étape est de réadapter les cétacés à la vie sauvage pour qu’ils puissent vivre en pleine mer. Nous savons que c’est possible car il existe un tout nouveau sanctuaire à Bali. Trois dauphins qui ont vécu des années en captivité sont en train de se réhabituer à leur espace naturel. Ils seront totalement libres et autonomes dans quelques semaines. Cette initiative permet de reprendre espoir.

Mais il reste encore tellement à faire. Chaque semaine en France des dizaines de dauphins morts sont retrouvés sur notre côte Atlantique. L’année dernière, plus de 10 000 cadavres ont été recensés entre Penharch dans le Finistère et Biarritz au Pays Basque. Cette surmortalité est à la fois terrifiante et dramatique. Ces chiffres sont pourtant connus des autorités françaises mais le gouvernement fait la sourde oreille et les citoyens eux, sont rarement au courant de l’ampleur de ce massacre.

L’origine de cette hécatombe est clairement identifiée, sont pointés du doigt, les filets de pêche. En hiver, lorsque la saison de pêche atteint des pics, il est possible de compter jusqu’à 600 fileyeurs ayant tous des filets de plusieurs kilomètres de long. Ils forment un labyrinthe mortel pour les dauphins. Piégés, ils meurent étouffés. Pour mettre fin à ce massacre, les associations demandent de limiter la pêche à certaines saisons et sur certains secteurs en fonction des déplacements des dauphins. Elles réclament aussi l’installation de caméras de surveillance à bord des chalutiers, une solution déjà adoptée dans d’autres pays européens.

Ce nouvel épisode de Sur Le Front veut susciter une prise de conscience et inciter les politiques à agir. Le dauphin par sa sociabilité, sa noblesse dans son milieu naturel figure parmi les animaux les plus attachants, pourtant il est menacé. Il est urgent de prendre des mesures concrètes pour assurer sa survie.

Dernière modification le vendredi, 19 février 2021 09:37