« Sur le front » des forêts avec Hugo Clément, dimanche 21 mars France 5 (vidéo)

Mis en ligne par vendredi 19 mars 2021 7853
« Sur le front » des forêts avec Hugo Clément, dimanche 21 mars France 5 (vidéo)

Dans ce nouvel épisode de « Sur le Front », diffusé dimanche 21 mars à 21:05 sur France 5,Hugo Clément nous emmène à la rencontre des combattants qui dédient leur vie à la protection de nos forêts.

 

Éditorial d'Hugo Clément - Journaliste

J’ai toujours trouvé que les forêts étaient le meilleur endroit pour se ressourcer. J’étais loin d’imaginer que les forêts françaises se trouvaient dans un état aussi préoccupant.

Ce qui m’a le plus choqué pendant le tournage, ce sont les coupes rases. Cette pratique consiste à couper entièrement un coin de forêt avec des abatteuses industrielles, aussi impressionnantes que dévastatrices. Là où elles passent, tout est récuré, il ne reste plus rien et tout le sol est totalement retourné.

Nous avons aussi découvert que, de plus en plus souvent, le bois n’était plus utilisé pour fabriquer des meubles mais pour être brûlé dans des chaudières. Cette transformation en « bois énergie » est subventionnée par l’Etat. Il est même prévu d’utiliser les arbres pour remplacer le charbon dans les centrales électriques. La ville de Gardanne dans les Bouches-du-Rhône, pourrait lancer la production dans les semaines qui viennent. Pour effectuer les premiers tests, ils ont déjà fait venir des arbres… du Brésil ! Il faut arrêter cette folie.

On entend dire fréquemment que la superficie de la forêt ne cesse de s'agrandir en France mais ce sont surtout des plantations qui se développent, des rangées de résineux, de vastes champs d'arbres. Or ces plantations ne jouent pas du tout le même rôle pour la planète. Selon une étude menée par une université anglaise, les champs d'arbres captent 40 fois moins de CO2 qu'une forêt naturelle. Ces arbres ne résistent pas au changement climatique, ils sont de plus en plus secs, ils tombent à la moindre tempête. La chaleur favorise le développement des parasites qui anéantissent des plantations entières. Quelle tristesse de voir une forêt d'épicéas entièrement morte qu'il faut raser au plus vite.

Mais heureusement une prise de conscience existe. Des citoyens se battent pour protéger les arbres, notre meilleur bouclier contre le changement climatique. Nous avons été émus par Lucienne, 79 ans, la première militante du Morvan qui n'a jamais reculé face aux menaces. Elle a même pu racheter une forêt pour la laisser se développer. Le combat de Sylvain lui aussi nous a redonné de l’espoir. Il a créé un réseau de lanceurs d’alerte dans toutes les forêts de France pour s’opposer aux coupes rases et lutter contre le développement non maitrisé du « bois énergie ». Partout en France, une nouvelle génération de propriétaires tente d’exploiter la forêt en revenant à des pratiques respectueuses de la nature. Ils replantent de vieilles essences, des charmes, des tilleuls, des hêtres en mesure de mieux résister au changement climatique.

Il faut se battre pour convaincre les élus d'interdire les coupes rases. Il est urgent de réapprendre à exploiter les forêts sans détruire l'écosystème. L'industrie doit s'adapter aux ressources et non pas le contraire.

Des séquences exceptionnelles

Nos chênes partent par bateau en Chine

La preuve par l’image s’obtient difficilement pourtant cette activité est en plein développement. Nous avons pu filmer des chênes et des hêtres abattus dans nos forêts, envoyés par containers entiers vers la Chine. Ils vont effectuer des milliers de km pour finir en parquet en Asie. L’export du chêne depuis la France a été multiplié par 10 en 10 ans. Or les exploitants les expédient à contre cœur. Encore plus absurde : les menuisiers pour se procurer du chêne et du hêtre doivent l’importer depuis l’Europe de l’est ! Comment expliquer une telle aberration ? La raison est simple, la filière française s’étant spécialisée dans le pin, il est désormais très difficile de trouver des scieries en mesure de débiter les autres variétés.

Le tabou de nos forêts : la coupe rase

La plupart des exploitants forestiers ont recours à des abatteuses industrielles pour couper en quelques heures des parcelles entières. Après le passage de ces impitoyables machines, il ne reste plus rien, le sol est décapé. De plus en plus souvent, de belles forêts riches en biodiversité sont décimées puis remplacées par des plantations de Douglas (une essence venue d’Amérique du Nord). Ainsi, au fur et à mesure, les forêts laissent la place à des champs d’arbres, d’une seule variété. Dans les campagnes, la résistance s’organise. Les habitants ne veulent plus assister impuissants au saccage de notre patrimoine forestier.

Consternant constat dans une usine de granules de bois

Les membres de l’association « Canopée » pénètrent à la dérobée sur le site d’une usine de granulés de bois pour apporter la preuve de pratiques aberrantes. Des arbres issus de coupe rase vont finir en granulés. Or ce type de produit est vendu sous le label développement durable. Le consommateur pense en toute bonne foi utiliser pour sa chaudière, une énergie verte. Il croît avoir la garantie que ce produit provient uniquement de rebuts de scieries industrielles ou de petit bois.

Brûler du bois à la place du charbon pour produire de l’électricité

La centrale électrique à charbon de Gardanne (Bouches-du-Rhône) vient tout juste de fermer ses portes. Malgré tout elle espère redémarrer prochainement en brûlant cette fois-ci des arbres à la place du charbon. Des riverains révèlent qu’une partie du bois utilisé pour les tests est importé… du Brésil. Ils lancent un cri d’alerte, si le projet voit le jour, il n’y aura pas assez d’arbres en France pour l’alimenter.

Des arbres victimes du changement climatique

Les arbres sont de plus en vulnérables. Ceux en manque d’eau ne sont plus en mesure de résister aux tempêtes même les moins violentes. Certaines espèces sont quant à elles décimées par la prolifération d’insectes au moment des fortes chaleurs.

Dernière modification le %19/%03/%2021
vignette primes a venir
vignette week end tv