“Sale temps pour la planète” « Cotentin, l'effet mer », mercredi 4 août sur France 5 (vidéo)

Mis en ligne par lundi 2 août 2021 1549
“Sale temps pour la planète” « Cotentin, l'effet mer », mercredi 4 août sur France 5 (vidéo)

Mercredi 4 août à 20:50, France 5 diffusera un nouvel inédit de la 15ème saison de la collection documentaire “Sale temps pour la planète” qui nous emmène cette semaine dans le Cotentin.

Derrière le Mont Saint Michel, le Cotentin regorge de merveilles. Des plages du débarquement, aux falaises du Nez de Jobourg, vieilles de 2 milliards d’années, c’est un voyage au bout du monde que nous offre ce département de la Manche.

Ce petit bout de France est cerné par les eaux. 350 kilomètres de littoral qui font vivre ce territoire normand, au gré des marées et des tempêtes. Mais, depuis 2010, les phénomènes extrêmes se multiplient et malmènent la façade occidentale de la presqu’île. C’est la plus exposée aux assauts de la mer. Entre érosion et submersion marine, des villes comme Gouville-sur-Mer, Agon-Coutainville ou Blainville-sur-Mer, essaient tant bien que maîtresse des lieux, pour d’autres, il faut tenir et s’arquebouter coûte que coûte !

La réflexion est en cours et si les élus et l’Etat vont au bout de leurs desseins, le Cotentin pourrait faire figure de référence, un pionnier en France pour cette nouvelle politique que veut mettre en place le gouvernement. Une politique plus résiliente à l’image des pêcheurs de bulots qui ont fait le choix d'instaurer des quotas pour limiter leur impact sur la ressource. Le réchauffement des eaux fait peser de graves menaces sur la reproduction de ce mollusque, produit phare de la baie de Granville.

A la suite de cet inédit, France 5 rediffusera le numéro « Pays Basque, peril en la demeure ».

Chaque année, le Pays Basque attire riverains et touristes sur ses 40 kilomètres de côte sauvage. Un décor de carte postale mais  pour combien de temps encore ? A bien des endroits, la falaise s'effrite... Symbole de ce recul : la route de la corniche... Pour les experts du BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières), il faudra d'ici à 2050 trouver un plan B pour se rendre de Cibourre à Hendaye et déplacer cette route mythique.

La ville de Biarritz, propriétaire de la majorité du cordon littoral, a décidé de protéger à tout prix ses infrastructures installées en bord de mer. Son patrimoine architectural reste un atout majeur pour le tourisme. L'idée serait de renforcer les protections contre les assauts des vagues et d'en limiter l'impact. Chaque année, le trait de côte recule de près d'un mètre.

A Bidart, les élus locaux préfèrent éviter le choc frontal avec l'océan. Au plus grand désespoir parfois des riverains.

Dernière modification le lundi, 02 août 2021 10:24
Publié dans Documentaires
vignette primes a venir
vignette week end tv