« Trésors de Mésopotamie, des archéologues face à Daech », samedi 25 septembre sur ARTE (vidéo)

Mis en ligne par jeudi 23 septembre 2021 820
« Trésors de Mésopotamie, des archéologues face à Daech », samedi 25 septembre sur ARTE (vidéo)

La Mésopotamie fut une cible de choix pour Daech, déterminé à effacer toute trace de cette civilisation fondatrice. Mais des anonymes se sont dressés sur leur chemin, luttant pour la sauvegarde d'un patrimoine unique. Un document à découvrir samedi 25 septembre à 20:50 sur ARTE.

Sumer, Babylone, l’épopée de Gilgamesh, la légendaire tour de Babel... : tous ces noms incarnent la Mésopotamie, (littéralement "pays entre les fleuves", à savoir le Tigre et l’Euphrate).

C’est dans cette plaine connue sous le nom de croissant fertile, là où se trouve actuellement l’Irak, qu’est née notre civilisation et où l’humanité s’est organisée en société de plusieurs dizaines de milliers de personnes, a inventé l’écriture et donné à l’agriculture et à l’architecture un développement sans précédent.

Que raconte cette histoire, pour qu’un groupe terroriste à l’influence mondiale ait décidé, entre autres crimes, de vouloir en effacer définitivement la trace ?

L'union des hommes

En 2014, la Mésopotamie s’est rappelée à nous par la folie destructrice de Daech. L’armée terroriste a fait de son héritage sa cible privilégiée, presque obsessionnelle. Les principaux sites de la Mésopotamie du Nord ont été rasés de la carte archéologique.

Mises en scène, les images des exactions ont fait le tour du monde et ont convaincu Jawad Bashara, écrivain et journaliste irakien exilé en France sous la dictature de Saddam Hussein, de rentrer dans son pays pour agir. Il entame alors une course de vitesse contre la destruction programmée de ces piliers fondateurs de notre civilisation.

Aventuriers archéologues, étudiants, enfants des villes et des marais, soldats au combat ou gardiens de sites perdus au milieu du désert se joignent à lui pour sauver ces trésors d’une énième calamité. Grâce aux nouvelles technologies, Jawad Bashara espère ainsi sauvegarder et reconstituer numériquement les sites, les monuments et les œuvres éparpillées dans cet Irak en proie aux conflits.

Entre les mines et les lignes de front, son expédition fait revivre à sa façon cette civilisation qui, des premières assemblées villageoises aux sommets vertigineux de sa tour de Babel, a voulu à ses risques et périls construire un monde privilégiant l’union des hommes à la paix des dieux.

Dernière modification le jeudi, 23 septembre 2021 09:54
vignette primes a venir
vignette week end tv