« Influence », les armes de la com, mardi 5 octobre sur ARTE

Mis en ligne par lundi 4 octobre 2021 788
« Influence », les armes de la com, mardi 5 octobre sur ARTE

L'ascension et la chute du défunt magnat de la com politique Timothy Bell, qui a promu tour à tour Margaret Thatcher et Jacob Zuma, Pinochet et Asma el-Assad. Une vertigineuse incursion dans la géopolitique de la désinformation à découvrir sur ARTE mardi 5 octobre à 22:30.

Anobli pour ses hauts faits de communicant politique après des débuts fracassants en 1979 auprès de Margaret Thatcher, Timothy Bell (1941-2019) aura travaillé quarante ans à "vendre" aussi, avec un succès inégal, le dauphin de Pinochet, le dernier président du régime sud-africain d'apartheid Frederik De Klerk, l'épouse du dictateur syrien Asma el-Assad ou le projet américain de "nation building" en Irak.

Mais en 2017, les basses œuvres de sa multinationale, Bell Pottinger, rappelée en Afrique du Sud pour redorer le blason des corrupteurs frères Gupta et de leur homme de paille, le président Jacob Zuma, sont exposées en pleine lumière.

Vingt ans après avoir attisé en 1994 les rivalités entre le mouvement zoulou Inkatha et l'ANC de Mandela, au prix de sanglants affrontements, sir Bell a tenté cette fois d'orchestrer la colère des déshérités noirs contre les propriétaires blancs. Le scandale entraîne sa chute et celle de ses clients.

 

"Les gens qui réussissent"

Recueillant l'effarant testament du vieux mercenaire déchu, Richard Poplak et Diana Neille confrontent sa parole à une fascinante pléiade d'anciens alliés, clients et adversaires. Si Lord Bell, refusant de s'avouer vaincu, déroule un an plus tard avec une forfanterie de façade ses précédents faits d'armes ("J'éprouve une sympathie innée pour les gens qui réussissent"), un autre spin doctor dévalué, Nigel Oakes, expose sa vision quasi mystique de la manipulation “scientifique” des masses. Ébloui dans les années 1980 par les performances du KGB russe, “trente ans en avance sur tout le monde”, il est le fondateur de la société SCL, dont la filiale Cambridge Analytica a siphonné en 2016 les données de millions d'utilisateurs de Facebook dans le but de faire élire Donald Trump.

Face à ces “vieux hommes blancs riches” (dont Frederik De Klerk), deux des tombeuses sud-africaines de Bell Pottinger, la pétulante ex-députée Phumzile Van Damme et la journaliste Marianne Thamm, apportent une touche d’espoir combatif. Tissées avec un art consommé du cadre et du montage, les voix de cette vingtaine de témoins de première main racontent l’émergence et l'essor d’un des secteurs commerciaux les plus lucratifs de notre temps, souvent légal, toujours occulte : la subversion de la démocratie. Une incursion vertigineuse dans la géopolitique mondiale de la désinformation.

Publié dans Documentaires
vignette primes a venir
vignette week end tv