« Ma vie dans l'Allemagne d'Hitler », vendredi 19 novembre sur ARTE (vidéo)

Mis en ligne par mercredi 17 novembre 2021 527
« Ma vie dans l'Allemagne d'Hitler », vendredi 19 novembre sur ARTE (vidéo)

À travers un saisissant montage de films amateurs et de témoignages de réfugiés ayant fui la dictature, la chronique intime et inédite du basculement de l'Allemagne dans le nazisme. Un document en deux parties, réalisé par Jérôme Prieur, à découvrir jeudi 18 novembre à partir de 23:40 sur ARTE.

Partie 1 La conquête du pouvoir

À la veille des années 1930, Berlin vit les derniers feux d'une enivrante période de fêtes et de bouillonnement artistique. Entre explosion du chômage, institutions fragilisées et tensions politiques exacerbées, l'Allemagne sombre dans une grave crise. Ce climat délétère profite à Adolf Hitler, dont les idées contaminent peu à peu l'ensemble de la société. Par conviction ou simple opportunisme, les travailleurs réduits à l'indigence, comme une partie des élites, se tournent massivement vers le Parti national-socialiste (NSDAP).

Après le choc du 30 janvier 1933, qui a vu le maréchal Hindenburg nommer Hitler au poste de chancelier, beaucoup croient encore que le leader nazi ne résistera pas à l'exercice du pouvoir. Pourtant, moins d'un mois après, l'incendie du Reichstag lui offre l'opportunité de mener une sanglante campagne de répression contre les communistes.

Après sa victoire aux législatives du 5 mars, Hitler se voit attribuer les pleins pouvoirs par le Parlement. Les SA, le bras armé du parti, font régner la terreur dans les rues en poursuivant leur entreprise de persécution des ennemis du régime, jetés dans les premiers camps de concentration. Tandis que les sociaux-démocrates sont brutalement écartés de la vie publique, les boycotts, autodafés et lynchages à l’encontre des Juifs se généralisent.

Partie 2 La mise au pas

L'État contrôle désormais toutes les sphères de la société. L'école et les mouvements de jeunesse inculquent à des foules d'enfants embrigadés l'amour absolu du nazisme. Collègues et voisins s'espionnent jusque dans leurs loisirs, encadrés par la puissante organisation KDF (Kraft durch Freude, "la force par la joie").

Joseph Goebbels, ministre de la Propagande du Reich, orchestre une succession incessante de parades et de spectacles qui relève de l'"hypnose de masse". Avec la promulgation, en septembre 1935, des lois de Nuremberg, qui autorisent une classification biologique de la population, les Juifs sont exclus de toute vie sociale et leurs contacts avec le reste des citoyens, proscrits.

En novembre 1938, Hitler se saisit du meurtre du secrétaire d'ambassade Ernst vom Rath, tué à Paris par un Juif polonais, pour déclencher une vague de représailles d'une violence inouïe. Après l’effroyable Nuit de cristal, des dizaines de milliers de personnes s’engagent sur les routes tortueuses de l'exil.

De l’intérieur

En 1939, trois chercheurs de l’université américaine de Harvard lancent, par voie de presse, une vaste enquête auprès des Allemands ayant fui le nazisme, afin qu’ils racontent l’avant et l’après-30 janvier 1933.

Admirablement transmis par une seule et même voix, celle de la comédienne et chanteuse Ute Lemper, les témoignages inestimables et largement méconnus de ces déracinés – hommes et femmes, issus de confessions et classes sociales différentes – rendent palpable, entre détails du quotidien et recul analytique, la vie sous le joug nazi, entièrement soumise "au credo et au veto de l’État".

Délaissant les habituelles images de propagande, Jérôme Prieur conjugue leurs récits avec de fascinants fragments de films amateurs, au pouvoir plus évocateur qu’illustratif, pour tisser la chronique intime de ces années de basculement.

Dernière modification le mercredi, 17 novembre 2021 09:26
Publié dans Documentaires
vignette primes a venir
vignette week end tv