« L’autre pandémie : La résistance aux antibiotiques » mardi 21 juin sur ARTE (vidéo)

Mis en ligne par dimanche 19 juin 2022 564
« L’autre pandémie : La résistance aux antibiotiques » mardi 21 juin sur ARTE (vidéo)

Comment contrer la perte d’efficacité des antibiotiques ? Un tour d’horizon très documenté sur un enjeu médical majeur à découvrir mardi 21 juin à 20:55 sur ARTE.

Découverts il y a près d’un siècle, les antibiotiques, outils providentiels dans la lutte contre les infections bactériennes, sont devenus un élément presque banal de notre quotidien. Grâce à cette classe de médicaments, des maladies autrefois mortelles sont désormais faciles à traiter. Mais pour combien de temps encore ?

Les molécules sur le marché ont en effet progressivement perdu en efficacité, face aux résistances développées par bon nombre de pathogènes. À l’origine de leurs mutations, un usage excessif des antibiotiques à l’échelle des individus ou des populations, mais aussi leur omniprésence dans l’environnement via l’agriculture intensive.

Si la surconsommation d’antibiotiques à titre préventif dans les élevages a fait émerger des souches résistantes de colibacilles, les antifongiques sont également concernés : l’épandage dans l’industrie florale de fongicides azolés – normalement réservés à un usage médical –, ont favorisé la multiplication d’une souche létale de champignon, l’Aspergillus fumigatus. Responsable de plus de 700 000 décès par an, la multirésistance serait la troisième cause sous-jacente de mortalité au monde… Un phénomène face auquel les autorités tardent encore à agir.

Pandémie silencieuse

Déjà auteur en 2018 d’un documentaire sur l’antibiorésistance (Antibiotiques, la fin du miracle ?), Michael Wech fait un nouveau point sur une pandémie silencieuse, dans une enquête approfondie qui donne la parole à des chercheurs, des médecins et des patients, entre les États-Unis, l’Allemagne, le Pakistan et l’Ouganda.

S’il importe d’investir dans la recherche de nouveaux antibiotiques – un secteur peu rentable, délaissé par les grands laboratoires –, les spécialistes sont unanimes : il faut réduire drastiquement notre consommation de ces précieuses molécules.

Cette diminution passe par de meilleures pratiques en médecine et dans l’agriculture, un affinage des techniques de diagnostic, mais surtout, en amont, par la prévention des infections via un accès élargi aux vaccins et aux mesures d’hygiène.

Publié dans Documentaires
vignette primes a venir
vignette week end tv
© 2004-2022 Les coulisses de la télévision - Jean-Marc VERDREL