Inédit : “Coût de chance” avec Yves Rénier prochainement sur France 3

Mis en ligne par vendredi 18 avril 2014 4328
Inédit : “Coût de chance” avec Yves Rénier prochainement sur France 3
Prochainement, France 3 diffusera “Coût de chance” avec Yves Rénier, à contre emploi, dans une comédiedramatique et sociale.
L'histoire en quelques lignes...

Claire, veuve élevant seule ses deux enfants, accumule les petits boulots et mène une vie très précaire. Alors qu’elle est menacée par l’Aide Sociale à l’Enfance d’être
séparée de ses enfants, son fils se fait renverser par une voiture.

Rien de grave, mais le couple à la retraite, à l’origine de cet accident, se sent coupable et décide d’aider cette famille en difficulté. Claire n’en revient pas : la chance lui sourit enfin… Elle est loin de se douter qu’en acceptant de venir vivre dans la maison d’amis des Lacharrière, un piège se referme sur
elle…

Note d'intention du réalisateur Denis Malleval

Cette comédie dramatique sociale confrontant deux univers opposés, qui vont se combattre et finir par s’unir, m’a séduit. Il s’agissait de mettre en scène d'un côté le quotidien de Claire, jeune veuve qui, pour offrir une vie décente à ses enfants, en oublie sa vie de femme, au détriment d'une quête forcenée de petits boulots qui lui permettent juste de survivre.

De l'autre, Colette et Michel, couple de jeunes retraités fortunés vivant dans une opulence apparemment sereine vont vouloir venir en aide à cette jeune famille en difficulté, en lui proposant un marché bienveillant mais pernicieux.

J'ai voulu illustrer avec une mise en scène sans fioriture le parcours de Claire que le hasard d'une rencontre va bouleverser. Puis glisser progressivement vers un film de genre teinté de suspense et d'émotion en adoptant un point de vue plus ''fictionnel'' lorsque se profilent les différents dangers émotionnels qui mettront en péril l'équilibre des deux familles.

Enfin, j’ai été séduit par la toile de fond du téléfilm : ce contexte économique et social très compliqué de notre époque, où vouloir, lorsque l'on est dans la précarité, gagner sa vie honnêtement et élever ses enfants en leur donnant une éducation citoyenne, relève parfois de l'impossible.

Dernière modification le vendredi, 18 avril 2014 11:39