“Grands Reportages” : « Arnaques, sur la piste des escrocs » dimanche 17 mars sur TF1

Mis en ligne par vendredi 15 mars 2019 949
“Grands Reportages” : « Arnaques, sur la piste des escrocs » dimanche 17 mars sur TF1

Chaque année en France, près de 200 000 personnes sont victimes d’escroqueries et d’abus de confiance. Certaines perdent quelques milliers d’euros, d’autres les économies d’une vie. Un chiffre édifiant, qui ne révèle qu’en partie l’ampleur des faits. Nombreuses sont les victimes à ne pas porter plainte, par honte d’avoir été bernées, ou parce qu’elles pensent que cela ne servira à rien. Pour aider ces particuliers à récupérer leurs biens, des hommes et des femmes se battent au quotidien. Pendant plusieurs mois, une équipe de “Grands reportages” a suivi ces chasseurs d’arnaques.

Dans le Val de Marne, Fatou, chef de service à la répression des fraudes, est à la tête d’une équipe de dix enquêteurs. Un domaine l’occupe particulièrement : le dépannage d’urgence à domicile. Rien qu’en 2016, plus de 7000 plaintes ont été déposées dans ce secteur. « En général, les consommateurs se plaignent du comportement agressif des dépanneurs et du prix excessif de l’intervention. Parfois, cela peut aller jusqu’à 4000 euros pour une simple ouverture de porte, à la place des 39 euros annoncés !». Fatou et ses collègues enquêtent sur une grosse affaire visant des plombiers et des serruriers peu scrupuleux. Un vaste réseau qui concernerait plus de 200 entreprises et qui sévirait depuis plusieurs mois dans toute l’Ile-de-France.

Depuis quatre ans, Nicolas, lui, est à la tête d’une société spécialisée dans la traque aux escroqueries financières sur Internet. Dans sa ligne de mire : l’arnaque aux diamants. « Le principe est simple : inciter les particuliers à investir dans des pierres précieuses en leur promettant un rendement très lucratif, plus de 8% de gain par an. Mais dans la plupart des cas, les escrocs empochent l’argent et disparaissent dans la nature ! » Récemment, Nicolas a ainsi été contacté par Denise, une ancienne institutrice à la retraite, qui a perdu plus de 170 000 euros en pensant investir dans des diamants. Pour l’aider à récupérer son argent, Nicolas a plusieurs leviers de pression : s’attaquer aux organismes bancaires qui ont servi d’intermédiaire, mais aussi remonter la piste des faux diamantaires. Une enquête qui va le mener jusqu’en Israel ou il va retrouver ceux qu’il pense être les responsables. Une rencontre sous haute tension mais qui va en apprendre beaucoup à Nicolas.

A Caen, Emilie, inspectrice à la répression des fraudes, lutte contre toutes les infractions à la consommation et notamment les abus du démarchage à domicile dans le secteur de l’amélioration de l’habitat. Elle vient de recevoir plusieurs signalements de particuliers dénonçant des appels intempestifs et suspects. Il s’agit d’une société qui propose des travaux d’isolation soit disant obligatoires pour réduire la consommation d’énergie. « Pour obtenir un rendez-vous, certains commerciaux n’hésitent pas à user de discours clairement mensongers. Bien souvent, ils s’attaquent à des personnes âgées, isolées et souvent peu méfiantes, et celles-ci se retrouvent parfois surendettées. » Des pratiques commerciales trompeuses, qu’Emilie veut stopper au plus vite. Pour cela…elle va faire un contrôle inopiné dans la société…et relever de nombreuses preuves.

Près de Poitiers, Pascal, lui, a fait de la chasse aux arnaques son passe-temps favori. En plus de son métier de formateur, il est à la tête d’une association dont le but est d’alerter sur les pièges et arnaques en tout genre. Une activité entièrement bénévole qu’il mène avec l’aide de sa femme depuis près de trente ans. Dans son viseur : les ventes de matelas à prix d’or. « Les vendeurs vous attirent le plus souvent avec un cadeau ou un repas gratuit et sur place ils vous tiennent pendant des heures pour vous vanter les mérites d’un matelas soi-disant miracle à un prix exorbitant. » Des techniques bien rodées, qui font de nombreuses victimes, comme Mallory. Pascal va tout faire pour l’aider à se sortir de cette situation suite à l’achat de ce matelas.