“13h15, le samedi” : familles face aux JAF, Ordre du temple solaire en rediff ce 20 juillet sur France 2

Mis en ligne par vendredi 19 juillet 2019 705
“13h15, le samedi” : familles face aux JAF, Ordre du temple solaire en rediff ce 20 juillet sur France 2

A revoir ce 20 juillet dans “13h15, le samedi” sur France 2, deux reportages : « Je t'aime, moi non plus », de Morgane du Liege, Maxime Souville et Fanny Martino, et « L'ordre du temple solaire » de Sarah Oultaf, Jean-Baptiste Jacquet, Richard Monrobert, Guillaume Salasca.

« Je t'aime, moi non plus »

En quinze ans, le nombre de couples qui se séparent a augmenté de plus de 60%. Et bien souvent avec des enfants, de plus en plus jeunes au moment de la séparation. Il faut alors réorganiser la vie de chacun, et malgré les rancœurs et les déceptions, continuer à dialoguer.

Ce fil à renouer, ces tensions à apaiser : tout cela est au cœur du métier des JAF, les juges aux affaires familiales. 13h15 le samedi plonge dans ces huis clos où les ex-époux se disputent ce qu’il leur reste en commun : les enfants.

L'équipe du magazine a filmé pendant plusieurs semaines ces moments parfois douloureux. Précisément dans le bureau de Cécile Mamelin, juge aux affaires familiales depuis 18 ans, à Béthune, près d'Arras. Ancien bassin minier, les béthunois se marient sensiblement plus jeunes que dans les autres villes françaises. Ils divorcent plus tôt, avec des enfants en bas âge. Et ici la garde est majoritairement attribuée à la mère car les pères la réclament peu.

« L'ordre du temple solaire »

L’OTS, l’Ordre du Temple Solaire, a été fondé en 1984 par le français Jo Di Mambro et le Belge Luc Jouret, médecin homéopathe de formation. A l’époque, leur secte a rencontré un tel succès que des « filiales » avaient été créées un peu partout dans le monde.

Leurs adeptes vivaient selon les préceptes des deux gourous, dans des fermes communautaires. Ils se préparaient au voyage ultime vers la mystérieuse étoile Sirius...

Résultat : entre 1994 et 1997, 74 femmes, hommes et enfants sont morts en Suisse, en France et au Canada. Pour la plupart immolés par le feu. Ont-ils été poussés au suicide ou exécutés ? A ce jour, toute la lumière n'a pas été faite sur les conditions de ces morts sous emprise sectaire.