“Reportages découverte” : à la recherche de pierres précieuses, samedi 10 août sur TF1

Mis en ligne par jeudi 8 août 2019 1620
“Reportages découverte” : à la recherche de pierres précieuses, samedi 10 août sur TF1

De tous temps les pierres ont fait rêver, fantasmer, elles ont parfois rendu fous. Pendant plusieurs mois une équipe de “Reportages découverte” a suivi trois gemmologues un peu particuliers. Tous passionnés de pierres précieuses ils nous emmènent à la recherche des plus belles pierres à travers le monde.

A travers son aventure, chacun d’eux nous livre ses aspirations et nous fait découvrir les coulisses d’un marché parmi les plus durs du monde…depuis les mines d’Asie jusqu’aux vitrines des grands joaillers…

Chloé Sarasola est acheteuse de pierres précieuses. Avec son compagnon et sa petite fille de 4 mois, elle nous emmène en Asie à la recherche du saphir « Black Star » et du rubis. Chloé n’emprunte pas les chemins classiques de la recherche des gemmes. La jeune femme va à la source afin de garantir la provenance des pierres à ses clients et les conditions dans lesquelles celles-ci sont extraites : dans le respect de l’homme et de l’environnement.

En Thaïlande, Chloé et sa famille ont repéré un premier site d’extraction. Sur place, l’espace est apocalyptique : aucune végétation, la terre est brûlée… Ils décident d’aller à la rencontre d’un agriculteur qui détient une mine non loin, à échelle humaine « on vient de loin, on fait le chemin, on veut toujours tout, tout de suite et là c’est la vie qui m’envoie le message : « non, non… prend patience » et je suis sûre que je vais trouver. Mais on verra quand et comment. ». Et Chloé trouvera le précieux saphir ! Négociations faites, elle repart avec plusieurs pierres pour les faire tailler.

Avec Philippe Humbeeck, maître-joailler, nous suivons la trace du diamant et du saphir. L’occasion de suivre intégralement les étapes de la création d’une bague originale. A Anvers, au cœur du quartier de la Bourse, Philippe a rendez-vous avec son négociant, Alexandre Baronian. « Le chiffre d’affaire de la rue est de 40 milliards d’euros par an donc c’est ultra sécurisé. ». Il vient acheter un diamant blanc, pièce maitresse de sa prochaine création, selon des critères précis, expertisés en laboratoire. Malgré toutes ces démarches, ses clients sont déçus ! La reine des pierres est… trop petite à leur goût. Philippe présente alors des saphirs de couleurs. Nous découvrons auprès de lui et de son négociant, la multitude de couleurs que propose le saphir : « A toutes les couleurs auxquelles vous pouvez donner un nom, il correspond un saphir. C’est fascinant. ». Plus de 20 heures de travail attendent le créateur pour concevoir cette bague de haute-joaillerie composé d’un saphir entouré de cinquante petits diamants sertis.

« Pour acquérir les capacités suffisantes à la création d'un bijou, il faut des années d’expérience, il faut beaucoup s’entrainer, beaucoup travailler, donc il y a de grands moments de frustration parfois mais il ne faut pas lâcher, il faut continuer parce que ça mène à de grands moments de bonheur. Dés qu’on accroche au monde de la joaillerie et des pierres précieuses, c’est plus qu’un métier, c’est une passion, c’est quelque chose que l’on fait jusqu’à la fin de ses jours ».

Patrick, lui, a un profil atypique. Ce pharmacien parisien de 59 ans est passionné de pierre mais il est avant tout un chasseur de belles aventures. Depuis 30 ans, il parcourt la planète pour collecter les plus belles gemmes du monde et rencontrer les peuples qui vivent auprès d’elles. « Ce qui m’intéresse surtout c’est l’histoire autour de ces pierres, c’est ce qu’elles peuvent apporter à l’Homme et plus qu’une collection de pierres, c’est une collection d’histoires et d’aventures ».

Son nouveau challenge : partir à la recherche d’une opale rare, noire, mystérieuse, que l’on ne trouve qu’au cœur de la jungle indonésienne. Patrick va devoir mettre les moyens financiers en place pour accéder aux mines d’opales dont les exploitations sont illégales. Il lui faudra descendre à 25 mètres sous terre pour découvrir les précieux filons, du moins les traces de ces filons : aujourd’hui, rien n’a été dégagé des tréfonds de la terre. Une salle des ventes est alors improvisée en pleine jungle, avec les mineurs. L’ambiance est électrique : « Les pierres ça rend fou, ils sont tous fous, moi aussi d’ailleurs. ». Le collectionneur repart avec un lot d’opale. Son accompagnatrice, Rini, l’emmène présenter ses pierres à un chamane qui nous explique les pouvoirs naturels de l’opale et les croyances de son peuple. Patrick est toujours aussi passionné par ces rencontres uniques : « La pierre a tout donné à l’homme. »

Un numéro de “Reportages découverte” à revoir sur TF1 ce samedi 10 août à 14:45.