“Reportages découverte” : la concierge est-elle encore dans l'escalier ? Samedi 7 septembre sur TF1

Mis en ligne par vendredi 6 septembre 2019 1313
“Reportages découverte” : la concierge est-elle encore dans l'escalier ? Samedi 7 septembre sur TF1

En France, 60 000 concierges gardent toujours les portes de nos immeubles. Si leur première mission consiste à faire le ménage sur les pas-de-porte, c’est loin d’être leur seule fonction. Vecteur de lien social, leur présence et leurs petits services créent toute l’ambiance d’un immeuble voire d’un quartier. Mais selon les lieux, le métier de concierge englobe des réalités bien différentes.

A Paris, Loulou est toujours de bonne humeur, prête à rendre service du matin au soir pour le bien-être de ses locataires. Elle est la dernière gardienne de sa rue et veut cultiver le lien social dans son quartier. C’est pourquoi elle organise chaque année la fête des voisins. « C’est une grande satisfaction de voir tout le monde heureux, et je suis contente de pouvoir partager ça avec eux. Et de réaliser que finalement on est uni quoiqu’il arrive, malgré la pluie. » Cette année, Loulou veut marquer les esprits en réunissant dans sa rue près de 1000 personnes.

Loulou pourrait être un exemple pour les élèves concierge, qui vont suivre quatre mois de formation afin de devenir gardiens d’immeuble. Un challenge pour Coulsomy, 50 ans, mère de 8 enfants, et qui entame sa reconversion professionnelle.
« Comme j’ai commencé à faire des bébés tôt, c’est maintenant ma jeunesse. Je n’ai pas pu avoir mon bac, or cette formation, c’est une équivalence de Bac Pro. Normalement, j’ai quatre chances sur cinq pour trouver du travail. » Tout au long de sa formation, elle va apprendre à se rendre indispensable. Son école forme ces élèves au nettoyage mais aussi à la peinture, ou encore à la gestion des situations conflictuelles avec les locataires. Si elle réussit son examen, Coulsomy pourra entamer une nouvelle vie… de concierge.

Dans les cités la tâche des gardiens demande du tact. « Rachid est un très bon gardien. Il est attentif à ce qu’on lui dit» affirme une des locataires de la cité des Alagniers, à Rilleux-la-pape, près de Lyon. C’est là que Rachid a grandi. Pour veiller sur les habitants de son quartier, il organise une grand diner solidaire, toutes les deux semaines. « On va pas changer leur vie, on en est conscient, mais c’est un moment qu’on partage ensemble, très court, mais c’est un moment intense. »

Le métier comprend de multiples facettes. Dans les hôtels de luxe qui longe le vieux port de Marseille, le contexte est bien différent pour ces employés qui sont au petit soin pour les clients qu’ils reçoivent. C’est là que Marius travaille. Il doit répondre à toutes les demandes de ses clients. En moins de 24 heures, il va devoir trouver trois places pour un match OM/PSG… qui affiche déjà complet. « Les demandes pour le match comme ça, ça se fait normalement un peu à l’avance. Ça c’est un petit peu spécial. À la dernière minute c’est compliqué. Un petit peu compliqué ! » L’objectif pour Marius sera ensuite d’obtenir un diplôme qui validera ses 12 années d’expérience.