“Grands Reportages” - « Vivre sa passion : rêve et réalité », samedi 23 mai sur TF1

Mis en ligne par jeudi 21 mai 2020 1085
“Grands Reportages” - « Vivre sa passion : rêve et réalité  », samedi 23 mai sur TF1

80 % des français rêvent de tout quitter pour changer de vie. L’idée qu’une autre vie est possible s’est immiscée dans toutes les strates de la société. Pendant un an, les équipes de “Grands Reportages” ont suivi trois d’entre eux qui ont décidé de construire enfin une existence en fonction d’une nécessité urgente : la concrétisation d’un rêve envers et contre tout.

Séverine est avocate, Agnès coiffeuse, Pierre-Franck étudiant surdiplômé. Tous, à un moment de leur existence ont décidé de faire le grand saut dans l’inconnu pour changer d’existence. Bien décidés à vivre de leurs passions, ils ont totalement bouleversé leur vie, changé de repères, d’environnements, de pays parfois, obligé leurs proches à suivre le mouvement.

Agnès, 50 ans, abandonne son métier de coiffeuse après vingt-six ans de carrière. Cette mère de deux enfants a troqué ses ciseaux et ses séchoirs de cheveux pour des pinces et des tournevis. Elle sera mécanicienne. Dans cette profession masculine, les épreuves ne manquent pas. « Dans un monde d’hommes, ce n’est pas simple, il faut se battre. » Agnès, femme et senior, va jouer des coudes, revenir sur les bancs de l’école, s’affranchir de codes imposés par la société. Les sacrifices financiers s’accumulent, qu’importe, toute sa famille l’encourage. « Il y a des sacrifices alimentaires. Quand on n’a pas les moyens, on fait attention à ce qu’on peut acheter et à ce qu’on peut consommer. » Se lancer dans la mécanique, c’est une reconversion osée et difficile, qu'elle ne regrette pas une seconde.

A 35 ans, Séverine, elle, est prête à lâcher sa robe d’avocat pour devenir humoriste, Son rêve d'enfant était de monter sur scène. Vient alors le moment où ces rêves refoulés viennent de nouveau hanter son esprit. Elle décide alors de s’engager pleinement dans une nouvelle aventure : le théâtre. « C’est une nouvelle vie qui s’ouvre à moi. C’est, l’aboutissement de beaucoup d’années de travail en amont, d’écriture, de réflexion. » Et pour négocier ce nouveau virage, elle va mettre toutes les chances de son côté. Son but ? Faire rire ! Et lâcher définitivement son métier d’avocat.

Nous allons suivre Pierre-Franck, jusqu’en Colombie. Cet étudiant surdiplômé de 25 ans, avait un avenir tout tracé dans le commerce international. Après un Bac, une licence et un master, il décide de bifurquer et s’inscrire en CAP pour vivre sa passion : la pâtisserie. Il a un projet ambitieux : celui d’ouvrir sa première pâtisserie en Colombie. « Pour certaines personnes, on ne peut pas apprendre le métier en 6 mois, mais je suis prêt à produire, prêt à me lancer. » Toute sa famille l’accompagne dans son projet, se mobilise et se retrousse les manches pour réaliser le rêve d’enfant de Pierre-Franck.

Entre doutes, écueils, et exaltation, le parcours de ces trois candidats au changement de vie, s ‘annonce semé d’embûches. La passion est-elle la clef du succès ? La réalité sera t’elle à la hauteur de leur rêve ?