“Grands Reportages” : « Convois exceptionnels et routes de l’extrême », dimanche 25 octobre sur TF1

Mis en ligne par vendredi 23 octobre 2020 1367
“Grands Reportages” : « Convois exceptionnels et routes de l’extrême », dimanche 25 octobre sur TF1

Chaque jour, des professionnels se chargent de transports hors du commun. Course contre la montre pour transplanter un cœur, convoi XXL pour transporter un catamaran de 7 mètres de large, ou numéro d’équilibriste pour déplacer des troncs d’arbres de plus de 20 mètres sur des routes vertigineuses : le quotidien de ces as du volant est semé d’obstacles et de dangers. Qu’importe la destination, ces convoyeurs de l’extrême doivent apprendre à gérer leur stress pour mener à bien leurs missions. Les équipes de “Grands Reportages” ont suivis durant six mois tout au long de leurs voyages exceptionnels.

Charles Juvin est chirurgien cardiaque à l’hôpital de La Pitié Salpêtrière à Paris. Depuis plusieurs années il attend un cœur sain pour tenter de sauver l’un de ses patients gravement malades. Le jour où le cœur est disponible, le jeune médecin de 34 ans a moins de 4 heures pour aller le chercher à l’autre bout de la France. « Plus le temps passe, plus le greffon se dégrade. C’est pour ça qu’on est pressé. Ça se joue à la minute ». Pour récupérer ce cœur, Charles va devoir employer les grands moyens. Un chauffeur hors pair, une escorte policière et même un avion privé. Mais des embouteillages à quelques kilomètres de la destination finale mettront ses nerfs à rude épreuve.

Arnaud et Alexandre, eux, sont des experts des convois géants. Les deux collègues doivent remorquer un catamaran de luxe de sept mètres de large de La Rochelle jusqu’au Salon du nautisme à… Paris. La moindre faute de conduite peut leur coûter très cher : « Le risque c’est de casser le bateau ou de le rayer parce qu’on n’est pas au bon endroit. On n’a pas le droit à l’erreur ». Ce transfert extrêmement délicat va leur prendre trois jours. Entre la colère de villageois, les travaux et un quiproquo avec la police, leur voyage sera semé d’embuches.

Jonathan Achard, dit « Jon », exerce le dangereux métier de chauffeur grumier dans le massif du Vercors. Sa spécialité : remorquer de gigantesques troncs de bois sur son camion. Pour les amener jusqu’aux scieries de la vallée, il doit emprunter des pistes forestières détrempées et des axes vertigineux, dont la fameuse Route du vertige : « On m’a toujours dit qu’il fallait avoir les yeux soudés aux rétros ». Pour l’aider lors de ses missions, Jon va tenter de former Bastien, un jeune apprenti de 17 ans. « Le personnel est en voie de disparition donc quand il y a des jeunes un peu motivés, c’est important de les familiariser dans ce domaine là. » Pour rejoindre l’entreprise familiale de Jon, Bastien devra faire ses preuves et manœuvrer son imposant camion.

Enfin, Sylvie. Elle est une vétérinaire au zoo de Plaisance-du-Touch. Elle va devoir escorter une fratrie de quatre guépards de la Suède jusqu'à son zoo près de Toulouse. Au programme : 26 heures de route. Pour ne pas mettre la vie des fauves en danger, elle va devoir faire le moins d’arrêt possible. « Le but c’est d’aller le plus rapidement d’un point A à un point B ». Heureusement, la vétérinaire pourra compter sur Corentin, un chauffeur spécialisé dans les transferts animaliers, pour la relayer sur le trajet.

Dernière modification le vendredi, 23 octobre 2020 12:25