“13h15, le dimanche” : « Allons, enfants de la Patrie » ce 25 octobre sur France 2

Mis en ligne par samedi 24 octobre 2020 1870
“13h15, le dimanche” : « Allons, enfants de la Patrie » ce 25 octobre sur France 2

A voir ce 25 octobre dans “13h15, le dimanche” sur France 2, « Allons, enfants de la Patrie », un reportage signé Peggy Leroy, Henri Desaunay et Mathilde Rougeron.

Il y a 80 ans, la France rendait les armes face aux Allemands et le Général de Gaulle appelait à la résistance. Une poignée d'hommes a décidé de le rejoindre à Londres pour continuer à se battre contre les Allemands. Ils étaient souvent très jeunes, à peine sortis de l'adolescence. Les équipes de 13h15 sont allées à la rencontre de trois d'entre eux : Hubert Germain, et les frères Alexis et Jacques Le Gall. Ils nous ont confié les souvenirs de leur jeunesse « sacrifiée » comme ils disent…

Leur vie a basculé entre le 17 juin et le 21 juin 1940. Ils avaient moins de 20 ans. Ils auraient pu choisir de passer leur jeunesse dans la France occupée. Par idéal et par patriotisme, ils ont fait le choix de combattre les nazis, en rejoignant le général de Gaulle et les rangs des Français libres.

A re(découvrir) également, « Récif en danger », un document de Jean-Sebastien Desbordes, Matthieu Martin et Anthony Santoro / Rediffusion.

L'équipe de 13h15 s'est rendue en Nouvelle-Calédonie, auprès de l'une des plus belles barrières de corail au monde, longue de 1600 kilomètres. Le corail est un élément essentiel de la vie sous-marine, que le réchauffement climatique fragilise beaucoup. Les chocs de température sont si violents que certains coraux pourraient disparaître d’ici la fin du siècle. Or une barrière de corail agit comme un rempart, et en Nouvelle-Calédonie, elle protège un lagon de 24000 km2. Cet univers paradisiaque est aujourd’hui menacé.

Quelles conséquences pour la faune et la flore ? Comment limiter les impacts ? Les kanaks peuvent-ils les maîtriser ? Comme le dit le grand chef coutumier Robert, militant écologiste et fils d’un grand chef kanak, « la mer nous parle, il faut savoir l’écouter et la protéger ».