“Grands Reportages” - « Voisins : au bord de la crise de nerf », dimanche 29 novembre sur TF1

Mis en ligne par vendredi 27 novembre 2020 1823
“Grands Reportages” - « Voisins : au bord de la crise de nerf », dimanche 29 novembre sur TF1

On choisit ses amis… Mais rarement ses voisins ! Nuisances sonores, entretien, travaux, droit de passage… Les conflits de voisinage touchent près d’un français sur deux. Sur l’île d’Oléron, dans l’arrière-pays niçois ou en banlieue parisienne, une équipe de “Grands Reportages” a suivi pendant un an le quotidien de ces français au bord de la crise de nerfs.

Depuis 2 ans, la vie de Martine, 68 ans, est devenue un enfer. Pour entrer ou sortir de chez elle, à Peillon près de Nice, elle doit jouer les équilibristes sur un pont de fortune qu’elle a fabriqué elle-même au-dessus d’une rivière. Elle et son mari sont déjà tombés plusieurs fois à l’eau. Tout cela parce que leur voisine Mireille a décidé de fermer la route qui leur permettait autrefois d’accéder à leur maison, enclavée au fond d’un vallon. Un portail cadenassé, des pieux… La situation s’est envenimée jusqu’à la violence entre les deux familles. « Leur fils m’a tapé dessus. Sur tout le visage et le corps, j’avais des hématomes. J’ai eu des menaces de mort envers moi et toute ma famille », accuse Mireille, la voisine. La paix peut-elle revenir entre ces ennemis jurés ?

Sur l’île d’Oléron, Maurice chante comme tous les jours à 6 heures du matin, réglé comme une horloge. Ce coq est au cœur d’un conflit de voisinage qui résonne dans la France entière, même le « New York Times » a fait son portrait ! L’animal appartient à Corinne, 67 ans, une figure de l’île qui s’est retrouvée assignée en justice il y a 2 ans par ses voisins qui ne supportaient plus le chant de son gallinacé. Ce couple de retraités de Limoges ne vient que trois semaines par an sur l’île mais compte bien faire taire l’animal. Ils demandent que les nuisances cessent, ainsi que 1 000 euros de dommages et intérêts. « Ce sont des touristes et ils veulent le silence. Soit vous venez à la campagne et vous acceptez les bruits de la campagne, soit vous repartez », explique Corinne.

Pour essayer de résoudre les conflits de voisinage, les tribunaux font désormais intervenir systématiquement médiateurs et conciliateurs de Justice, comme Gilles Felhio. Pour tenter de régler les différends, l’homme a de l’autorité et beaucoup de sang-froid. Sa première affaire : une palissade qui penche dangereusement depuis que la voisine d’un retraité a entassé de la terre dans son jardin. Le conciliateur réunit tout le monde pour tenter de trouver une solution mais la discussion tourne mal : « Ce monsieur me harcèle. Il n’a qu’à aller voir ses enfants, ses petits-enfants, mais qu’il arrête de me harceler ! », ose la dame mise en cause. Pas sûr que l’affaire se règle si facilement…

Dernière modification le vendredi, 27 novembre 2020 18:47