“Reportages découverte” : Crédit municipal « Allons chez ma tante », dimanche 7 mars sur TF1

Mis en ligne par vendredi 5 mars 2021 2312
“Reportages découverte” : Crédit municipal « Allons chez ma tante », dimanche 7 mars sur TF1

Depuis sa création en 1637, le crédit municipal est devenu une institution, un ultime recours pour plus de 100 000 personnes chaque année. Gager un bien précieux en échange d’une somme d’argent immédiate ? Mauvaise passe financière ou accident de la vie, avec la crise sanitaire et ses conséquences sociales dramatiques, le prêt sur gage n’a jamais été autant à la mode !

Depuis 1637, la vocation sociale de cet organisme autrefois appelé « chez ma tante » perdure et elle recèle d’histoires de vies incroyables. Pour le découvrir, une équipe de “Reportages découverte ”a décidé d’y passer un peu de temps ! Trois agences ont exceptionnellement accepté d'ouvrir leurs portes : Toulon, Auxerre et Tours. Plongez avec nous dans cet environnement plein de mystères, qui a son vocabulaire propre et ses codes si particuliers.

A Toulon, nous ferons la connaissance de Grégory Ghelfi, le responsable du prêt sur gage au cœur tendre. Ce toulonnais de 38 ans est arrivé il y a seulement 2 ans ! Intégrer cette entité relève du prestige « Je suis tombé amoureux de « ma tante ». J’éprouve de la tendresse pour cette institution. Ce mélange de modernité et d’histoire m’a tout de suite plu ». Seulement, pour travailler au crédit municipal, mieux vaut avoir les épaules solides : « Le plus difficile, c’est la mère de famille qui vient avec sa poussette et qui pose son alliance pour recevoir de l’argent. Les retraités, les veuves très âgées, personne ne veut leur prêter de l’argent. Sans nous, ils seraient foutus ! ». Chaque jour, Grégory est tiraillé entre les destins parfois tragiques de ses clients et les procédures qu’il doit suivre. Au crédit municipal, malheureusement, tous les prêts ne peuvent être accordés.

Du côté de Tours, Bertrand Jabot est un commissaire-priseur qui ne mâche pas ses mots, petite célébrité de son agence ! C’est lui qui a la lourde tâche de vendre les objets que les clients ne peuvent pas récupérer faute d’argent : « Regardez ça, c’est émouvant, c’est une gourmette d’enfant. Elle n’a pas de nom mais souvent il y a le nom et la date de naissance. Derrière, il y a des cassures de vie, des ruptures sociales, ce n’est jamais très agréable ». Dans les prochaines semaines, il devra vendre aux enchères un objet très atypique. Pour le commissaire-priseur et le crédit municipal de Tours, c’est probablement LA vente de l’année !

Puis, de l’autre côté du guichet, nous rencontrerons Kacem, un sympathique déménageur qui compte sur le crédit municipal pour nourrir ses folles ambitions ! « On vient pour gager de l’or parce que notre entreprise a évolué, on grossit et on veut prendre un plus gros entrepôt mais il me manque des fonds pour faire la rallonge ».

Il y aura aussi Louis-Marie et Béatrice Mauvais, un couple de doux rêveurs qui espère restaurer son abbaye en gageant un trésor de famille… : « Ma grand-mère allait au crédit municipal, mes parents. A chaque fois qu’on avait un besoin d’argent, on n’avait pas la tradition d’aller chez notre banquier demander de l’argent ou dans les magasins faire des crédits à la consommation, c’était pas notre truc ! ».

Au Crédit Municipal, ce sont deux mondes qui se rencontrent ! Plongez avec nous dans cet univers si particulier !

vignette primes a venir
vignette week end tv