“Grands Reportages” : « Les nouveaux Robinsons », dimanche 7 mars sur TF1

Mis en ligne par vendredi 5 mars 2021 1680
“Grands Reportages” : « Les nouveaux Robinsons », dimanche 7 mars sur TF1

De plus en plus de Français plaquent tout et changent de vie. Mais certains d’entre eux choisissent de partir vivre loin de tout…au bout du monde. Passer d’une grande ville à de vaste espaces, d’une vie à mille à l’heure à un isolement total, d’un métier de cadre à celui d’agriculteur…sur une ile au large de la Bretagne, une région perdue au Nord du Brésil ou même…sur un atoll des Maldives. Ce sont les « nouveaux Robinson », aventuriers modernes, en couples, entre amis ou en famille, ils veulent aller à contre-courant, être plus proches de la nature et vivre avec d’autres valeurs. Pendant près d’un an, une équipe de “Grands Reportages” a suivi ces changements de vie pour le moins radicaux.

Pour Capucine « C’est petit à petit que les choses sont arrivées. Mes enfants me disaient tout le temps que j’étais fatiguée… C’est plein de choses comme ça cumulées qui ont fait qu’un jour on y va, on saute. » Yann et Capucine sont donc partis dans un village perdu tout au nord du Brésil, avec leurs deux ados de13 et 15 ans. Ils ont tout quitté, leur travail, leur famille, leurs amis et l’école des enfants. Ils ont eu un coup de cœur, ont acheté un terrain vierge pour y construire l’hôtel de leur rêve, une pousada brésilienne. Les travaux ont pris du retard. Capucine : « Nous on a un budget précis, on compte sur une ouverture dans six mois maximum. Après ça va être compliqué, on a deux enfants… On a beaucoup investi, on a travaillé tous les deux 20 ans. On a pris des risques… ». L’arrivée des premiers clients sera synonyme de stress mais aussi du réel début d’une nouvelle vie.

Quand Christian débarque à Rihiveli au cœur des Maldives, il n’hésite pas : « Bienvenu au paradis, c’est le plus bel endroit du monde ! ». Il vit encore à Paris mais sa femme Cathy a pris les devants, elle a tout quitté pour vivre sur l’atoll. Une drôle d’aventure : avec d’autres Français (ils ont 52 co-propriétaires) ils ont réuni l’argent nécessaire, 1 680 000 euros, pour acheter une île et exploiter son petit hôtel, une quinzaine de bungalow. Une vie les pieds dans le sable. Ils préparent leur première saison et leur premier réveillon. Cathy court en permanence pour tout gérer mais elle s’extasie en permanence sur sa nouvelle vie : « Je ne me suis jamais lassée pas de ce paysage qui est différent tous les jours. Pour moi c’est la nature, c’est l’illustration parfaite de la vie parce qu’on voit l’évolution des nuages, des couleurs, là c’est magnifique. Et je m’extasie à chaque fois de la beauté des lieux. »

Amélie et Etienne deux trentenaires de Saint Brieuc, eux, ont simplement répondu à une annonce du Conservatoire du Littoral : « Cherche locataires pour l’île de Quemenes. Durée minimale, 9 ans ». Tous deux ingénieurs ils ont été choisis. « Si on a candidaté, c’est pour revenir à des choses simples, plus calées sur la nature, les saisons... Là on est complètement dépendants des marées, on n’est plus dans le même rythme que lorsqu’on est sur le continent avec un travail de bureau » dit Amélie alors qu’elle se rend en bateau dans sa nouvelle demeure. Ils recevront des hôtes mais seront la plupart du temps en tête à tête… Ils vont devoir se nourrir de ce qu’ils cultivent. Beaucoup de travail, mais beaucoup de satisfaction aussi.

“Grands Reportages” a  suivi ces trois aventures hors du commun pendant un an. Leurs choix radicaux ne sont pas faciles et les obstacles nombreux, mais à aucun moment ils ne regrettent leur nouvelle vie.

Dernière modification le %05/%03/%2021
vignette primes a venir
vignette week end tv