“Reportages découverte” : « Les arnaques de l'été », samedi 12 juin sur TF1

Mis en ligne par jeudi 10 juin 2021 382
“Reportages découverte” : « Les arnaques de l'été », samedi 12 juin sur TF1

Pour beaucoup de français, l’été est peut-être la seule période de l’année où ils font un peu moins attention aux dépenses. Maisons de vacances, restaurants, loisirs ou achats de souvenirs : en juillet-août, une famille consacre en moyenne plus de 2000 euros à ses vacances. Une manne financière de plus de 30 milliards d’euros qui fait vivre de nombreux professionnels mais dont profite aussi quelques commerçants ou individus peu scrupuleux.

Arnaques aux fausses locations, articles de plages dangereux, produits soi-disant « du terroir » à l’origine douteuse ou problèmes d’hygiène dans les restaurants : sous le soleil, les pièges ne manquent pas et sont souvent difficiles à détecter pour les touristes. Une équipe de « Reportages découverte » a suivi des femmes et des hommes qui durant tout l’été traquent les petites comme les grandes tromperies. Inspecteurs de la répression des fraudes, policiers, juristes se battent contre ces arnaques qui peuvent rapidement transformer vos vacances en cauchemar.

Entre Nantes et la Baule, Liliane et Jean-Yves de la répression des fraudes vont traquer durant tout l’été les mentions trompeuses chez les commerçants, les problèmes d’hygiène dans les restaurants ou encore les manquements à la sécurité dans les clubs de plages qui accueillent des enfants. Pour Liliane, « Nos visites inopinées ne font pas toujours plaisir, mais dans l’ensemble, les professionnels savent que nos contrôles sont nécessaires. On ne plaisante pas avec la sécurité et la santé des vacanciers ». Ce qu’ils vont découvrir fait parfois froid dans le dos.

Yves et Stéphanie ont eux été victimes d’une arnaque à la fausse annonce sur un site de petites annonces sur Internet. Ils pensaient avoir loué une superbe villa pour une semaine à Bidart mais tout était faux. Ils vont tout faire pour tenter de récupérer les 3200 euros qu’ils ont dépensé et pour sauver les vacances de leurs deux filles. Pour Stéphanie, « Ces gens-là se moquent totalement du mal qu’ils font. Ça ne les gêne pas de gâcher les vacances de familles qui économisent toute l’année pour s’offrir un séjour ».

A Antibes Juan-les-Pins, Bruno, Chef du groupe de sécurité de proximité, veille tout l’été à la sécurité et à la tranquillité des nombreuses familles dans le secteur des plages. Dans son viseur, toutes sortes de petits jobs illicites qui fleurissent aux beaux jours, comme les massages ou les tressages de nattes clandestins, effectués sans aucun respect de l’hygiène. Mais sa hantise, ce sont surtout les nombreux vendeurs à la sauvette qui proposent des articles de plages à l’origine incertaine et potentiellement dangereux. Les produits saisis lors des interpellations de vendeurs – souvent des contrefaçons - sont systématiquement détruits. Comme l’explique Bruno, « La plupart des vacanciers se sentent harcelés par les nombreuses sollicitations sur les plages et les commerçants, la vente à la sauvette constitue une concurrence déloyale ».

Enfin à Marseille, Michel, l’un des derniers maîtres savonniers, se bat pour préserver la recette de l’authentique « savon de Marseille », aux qualités reconnues. Un combat difficile. L’été, plus de 9 savons sur 10 achetés par les vacanciers sur les marchés locaux sont fabriqués à base de pâte importée de Malaisie. La plupart sont mélangés à des parfums et colorants comportant des allergènes. Avec l’aide d’Adrien, un jeune marseillais qui a lancé une vaste pétition pour créer une appellation protégée, nous remonterons les filières de ce business lucratif. Selon lui, « il faut trouver une solution pour que les produits réalisés à base de pâte importée n’aient plus le droit de porter le nom de « savon de Marseille ».

Dernière modification le 10/06/2021 à 09:01
vignette primes a venir
vignette week end tv