“Grands Reportages” : « Les artisans de l’impossible », samedi 27 novembre sur TF1

Mis en ligne par jeudi 25 novembre 2021 1440
“Grands Reportages” : « Les artisans de l’impossible », samedi 27 novembre sur TF1

Le savoir-faire Français est réputé dans le monde entier. Qu’ils soient artisans d’art, des métiers de bouche ou de la construction, certains artisans s’attaquent à des défis qui les poussent à dépasser leurs limites. Orfèvre, pâtissier, ébéniste-restaurateur ou joaillier, ils sont bien décidés à porter hauts les couleurs de l’artisanat français. Pendant plusieurs mois une équipe de “Grands Reportages” les ont suivis dans des projets hors du commun.


Perché sur un échafaudage de quinze mètres du sol, Gilles Tournillon est un ébéniste de l’extrême ! Sa mission : déposer et restaurer l’immense retable du 17ème siècle de la cathédrale de Cavaillon, entièrement recouvert de feuille d’or. Certaines pièces de ce puzzle géant pèsent jusqu’à 200 kg, et sont rongées de l’intérieur. « C’est impossible, c’est ce que tout le monde me dit ! Mais mon métier est d’arriver à faire que cela devienne possible », s’enthousiasme-t-il. Pour la première fois, ses deux fils, Florian, 24 ans, et Clément, 20 ans, travaillent avec lui sur un chantier d’envergure. Mais la découverte d’une mystérieuse châsse contenant les reliques d’un saint va leur compliquer la tâche...

A Paris, sur la célèbre place Vendôme, Claire Choisne, 43 ans, crée des bijoux de luxe. Habituellement, elle manie le métal et les pierres précieuses. Mais cette fois, elle a décidé de fabriquer une bague avec une matière aussi fragile qu’éphémère : des pétales d’hortensias. Les défis techniques sont nombreux : conserver leur couleur bleu-violacé éclatante, et les solidifier pour l’éternité. Mais Claire n’est pas prête à renoncer : « Il y a 20 ans, ma fille m’a offert un petit bouquet d’hortensias pour la fête des mères. J’étais très émue. Créer cette bague, c’est garder auprès de moi ce moment de bonheur ».

Fabien Emery, lui, réalise d’incroyables sculptures en sucre. Il fait partie de l’équipe de France sélectionnée pour la Coupe du monde de pâtisserie. « Quand on porte le drapeau français sur les épaules, on se doit d’être les meilleurs ; donc c’est impossible de perdre ! ». Rien ne prédestinait ce Breton élevé loin des fourneaux à participer un jour à l’une des compétitions les plus difficiles au monde. Le Jour-J, il aura dix heures pour réaliser une sculpture de sucre et de chocolat qui approchera les deux mètres de haut. Pourra-t-il l’emporter face à de redoutables concurrents venus de dix pays ?

A Paris, Jean-Pierre Cottet-Dubreuil, fabrique des couverts en argent massif que l’on retrouve sur les tables des meilleurs restaurants ou des palaces. Mais une commande hors norme passée par un mystérieux client américain, est venue chambouler le rythme tranquille de sa maison d’orfèvrerie qui perpétue un savoir-faire vieux d’un siècle. « Cela m’arrive de me réveiller dans la nuit en me disant : je ne vais pas y arriver !!» - Jean-Pierre va devoir fabriquer une ménagère de plus de 200 couverts en deux mois, un temps record. D’autant que la matrice des cuillères à thé qui date du 19ème siècle s’est cassée, et qu’il n’a aucun moule pour forger les couteaux à poissons exigés par son client… Comme ses confrères, il va devoir faire preuve de technicité et d’inventivité pour mener à bien son projet.

“Grands Reportages” a suivi pendant un an ces artisans déterminés à prouver que pour eux… rien n’est impossible.

vignette primes a venir
vignette week end tv