“Enquête Exclusive” en Chine sur les nouvelles routes de la soie, ce soir sur M6 (vidéo)

Mis en ligne par dimanche 8 décembre 2019 3187
“Enquête Exclusive” en Chine sur les nouvelles routes de la soie, ce soir sur M6 (vidéo)

De l'Asie centrale à la France, en passant par Djibouti et le Pakistan, enquête sur les routes du nouvel expansionnisme chinois à travers le monde avec Bernard de la Villardière ce dimanche 8 décembre dans “Enquête Exclusive” à 23:10 sur M6.

C'est le « projet du siècle » selon Xi Jinping, le président chinois. Depuis 2013, la Chine a investi plus de mille milliards de dollars pour devenir le nouveau poumon économique du monde. Nom de code : les « Nouvelles Routes de la Soie ». Ce gigantesque réseau terrestre et maritime doit permettre aux produits « made in China » d'inonder la planète le plus rapidement possible. Une paire de basket peut désormais aller de Chine en France par le train en moins de dix jours.

Depuis la mégapole de Wuhan, au cœur du pays, partent tous les jours des trains immenses bourrés à craquer de marchandises vers l'Asie centrale, la Russie, jusqu'en Europe. Pour le reste du monde, cela passe aussi par les voies maritimes. Les cargos partent des grands ports chinois, ou du port géant de Gwadar, au Pakistan, pour rejoindre la Corne de l'Afrique. À Djibouti, l'état chinois vient même de construire un port militaire, à deux pas des bases militaires américaines et françaises. Il a aussi financé et construit un chemin de fer ultra moderne pour desservir le continent africain. Et les entreprises chinoises en profitent pour gagner de nouveaux marchés en Ethiopie et faire de la région l'un des nouveaux ateliers du monde.

Depuis la mégapole de Wuhan, au cœur du pays, partent tous les jours des trains immenses bourrés à craquer de marchandises vers l'Asie centrale, la Russie, jusqu'en Europe. Pour le reste du monde, cela passe aussi par les voies maritimes. Les cargos partent des grands ports chinois, ou du port géant de Gwadar, au Pakistan, pour rejoindre la Corne de l'Afrique. À Djibouti, l'état chinois vient même de construire un port militaire, à deux pas des bases militaires américaines et françaises. Il a aussi financé et construit un chemin de fer ultra moderne pour desservir le continent africain. Et les entreprises chinoises en profitent pour gagner de nouveaux marchés en Ethiopie et faire de la région l'un des nouveaux ateliers du monde.

Problème, du Pakistan à l'Afrique, cette intrusion des intérêts chinois fait grincer les dents. Pour construire les installations portuaires de Gwadar et un gigantesque axe routier à travers l'Himalaya, la Chine s'est fait de nombreux ennemis. Les violences envers les expatriés chinois se multiplient, notamment de la part de mouvements rebelles, et les chantiers chinois sont contraints de travailler sous haute surveillance de l'armée pakistanaise. En Afrique de l'Est, c'est le choc des cultures entre les petites mains africaines et leurs chefs chinois, dont les méthodes autoritaires ne sont pas toujours comprises. Et beaucoup ne veulent plus se faire « acheter » et « dévorer » par l'ogre chinois.