“Enquête Exclusive” : Évasion de Carlos Ghosn, enquête sur les prisons et la justice au Japon ce soir sur M6 (vidéo)

Mis en ligne par dimanche 19 janvier 2020 4581
“Enquête Exclusive” : Évasion de Carlos Ghosn, enquête sur les prisons et la justice au Japon ce soir sur M6 (vidéo)

Ce dimanche 19 janvier à 23:05, Bernard de la Villardière vous proposera dans “Enquête Exclusive” de revenir sur l'évasion de Carlos Ghosn avec une enquête sur les prisons et la justice au Japon.

Le 8 janvier dernier, à Beyrouth (Liban), Carlos Ghosn dénonçait lors d'une conférence de presse retransmise dans le monde entier, le système judiciaire et carcéral japonais. Un système qu'il juge injuste et inhumain. Pour Enquête Exclusive, l'ex-PDG de Renault-Nissan, ainsi que son épouse Carole Ghosn, ont accordé à Bernard de La Villardière un long entretien où ils reviennent, en détail, sur ce qu'ils ont vécu au Japon. Pour Carlos Ghosn, une seule issue : l'évasion.

Selon la ministre de la Justice japonaise, l'ex-PDG de Renault-Nissan est pourtant un justiciable comme un autre et Carlos Ghosn est un fugitif. La justice de son pays respecte les droits des prévenus et des détenus. Vrai ou faux ? Pour le savoir, “Enquête Exclusive” a mené l'enquête au Japon.

Après plusieurs mois de négociations, les équipes du magazine ont pu filmer à titre exceptionnel au cœur de deux prisons japonaises. À l'intérieur, la vie quotidienne est réglée au millimètre. Tout doit être rangé, des sandales aux brosses à dents, et les détenus nettoient chaque jour leur cellule à fond. Ils se rendent au travail obligatoire en marchant au pas, souvent attachés par une corde, et n'ont pas le droit de regarder les gardiens dans les yeux. La règle la plus folle sans doute, du point de vue occidental, est l'obligation de silence absolu. Les prisonniers doivent demander l'autorisation pour se parler en dehors des heures prévues de repos et de loisirs.

Autre travers du système japonais, la politique des aveux. Les policiers peuvent maintenir pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, un suspect en garde à vue, et le poussent à reconnaître sa faute, parfois sous une pression insupportable. Résultat, certains avouent des crimes qu'ils n'ont pas commis. C'est le cas notamment d'un homme qui a passé 46 ans dans le couloir de la mort. Il en est sorti il y a 6 ans, totalement brisé.

“Enquête Exclusive” va, enfin, tenter d'expliquer pourquoi le Japon a choisi un système si répressif et quels sont ses effets. Partout, et pas seulement derrière les barreaux, l'idée d'ordre et d'harmonie est primordiale. Il faut se plier aux règles et ne pas déranger le reste de la société. Dans les rues, il est interdit de fumer et mal vu de manger en public. Résultat, le taux de criminalité est l'un des plus bas du monde.

Autre travers du système japonais, la politique des aveux. Les policiers peuvent maintenir pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, un suspect en garde à vue, et le poussent à reconnaître sa faute, parfois sous une pression insupportable. Résultat, certains avouent des crimes qu'ils n'ont pas commis. C'est le cas notamment d'un homme qui a passé 46 ans dans le couloir de la mort. Il en est sorti il y a 6 ans, totalement brisé.

“Enquête Exclusive” va, enfin, tenter d'expliquer pourquoi le Japon a choisi un système si répressif et quels sont ses effets. Partout, et pas seulement derrière les barreaux, l'idée d'ordre et d'harmonie est primordiale. Il faut se plier aux règles et ne pas déranger le reste de la société. Dans les rues, il est interdit de fumer et mal vu de manger en public. Résultat, le taux de criminalité est l'un des plus bas du monde.

Enquête sur un système judiciaire et pénal qui ne ressemble à aucun autre.

Dernière modification le dimanche, 19 janvier 2020 13:03