“Tout compte fait” : les reportages au sommaire samedi 4 juillet sur France 2

Mis en ligne par jeudi 2 juillet 2020 834
“Tout compte fait” : les reportages au sommaire samedi 4 juillet sur France 2

Ce samedi 4 juillet, France 2 vous proposera de voir ou de revoir deux numéros du magazine “Tout compte fait” présentés par Julian Bugier qui ont pour thème : « Alimentation: comment sortir de la mondialisation ? » et « Loisirs : ils promettent de vous surprendre ! ».

14:00 « Alimentation: comment sortir de la mondialisation ? »

Miel : ils se battent pour le retour du "made in France"

L'image est insolite : un apiculteur récolte du miel sur des ruches installées sur les toits de Paris. La France des villes et des champs va-t-elle progressivement se couvrir de ruches ? C'est en tous cas la volonté de certains qui veulent inverser la situation du marché du miel en France : on produit seulement 20 000 tonnes pour une consommation totale de 40 000 tonnes.

Résultat : les 20 000 tonnes manquantes sont importées de Chine. Un déficit qui s'explique aussi par le nombre d'abeilles qui a baissé en France.

Arnaud Montebourg qui a quitté la politique veut inverser la tendance. Il a créé "Bleu Blanc Ruche" qui se propose de relancer la production de miel en France en rémunérant plus convenablement les apiculteurs et en créant une école de formation. Les résultats sont-ils probants ?

Il existe aussi un autre phénomène qui pourrait permettre d'augmenter la production de miel tricolore : ces milliers d'amateurs toujours plus nombreux qui se lancent dans l'apiculture par passion. Tout un marché s'est développé : stages, vente de ruches en kit, etc...

Est-ce si facile? Quelles sont les joies et les déboires de ces apprentis apiculteurs ?

Cuisiner local: les grands chefs montrent l'exemple

Des produits locaux et de saison, une approche responsable et « durable » de la cuisine. Depuis quelque temps, une gastronomie éthique s’est invitée dans les restaurants des chefs étoilés.

A Annecy, Laurent Petit, trois étoiles au Michelin, propose désormais une carte 100% locale. Le chef ne cuisine que des produits des Alpes et utilise dans son propre jardin des aromates cultivés en permaculture.

A Lille, Nicolas Pourcheresse, lui, ne jure que par ses propres potagers situés à moins de 30 kilomètres de son restaurant.

Tous ces chefs ont décidé d’aller au-delà de la traditionnelle cuisine de marché, en privilégiant le local, le bio et en minimisant si possible l’impact carbone !

Surnommé le chef « zéro carbone », François Pasteau est un pionnier de cette cuisine éco-responsable. Ce chef parisien privilégie l’agriculture urbaine. Potagers sur les toits, murs végétalisés, ce concept s’installe tout doucement dans la capitale.

Mais comment ces maestros des fourneaux réussissent-ils à proposer une carte de haut vol en cuisinant uniquement des produits locaux et de saison ?

Pourquoi ne jurent-ils désormais que par le local, après avoir longtemps fait la course aux produits rares à travers le monde ?

Portrait de ces grands chefs convaincus que la défense de l’environnement se joue aussi dans nos assiettes.

14:50 « Loisirs : ils promettent de vous surprendre ! »

Le boom des séjours en pleine nature

Se retrouver en famille ou en couple quelques jours en pleine nature dans une cabane écolo, une belle expérience qui séduit de plus en plus de Français.

Aux quatre coins de la France, on peut louer pendant une nuit ou une semaine un refuge en bois, niché dans les arbres, calé sur des pilotis ou au-dessus d'un étang.

Un couple est d’ailleurs en train de bâtir une belle réussite sur ce marché. Ils s'appellent Céline et Philippe Bossanne et ont crée le groupe Huttopia. Sur 37 sites en France, ils proposent notamment des hébergements éco-responsables et sans wifi pour environ 600 euros la semaine par famille. Ils ont eu l'idée de proposer cette immersion dans la nature au début des années 90, après un séjour dans la forêt canadienne. Depuis, cette entreprise familiale qui se pose en "anti-Center Parcs" connait une croissance fulgurante de 20% par an.

Quelle expérience vit-on dans leur camping d'un nouveau genre ?

Enquête sur cette nouvelle offre de séjours qui vous permet de jouer les "Robinson".

Escape games : payez pour trouver la sortie !

Fini le bowling ou le paintball, place aux escape games, nouveau jeu pour adultes ! Entre amis ou entre collègues, à deux ou à six, ce concept japonais de jeux d'évasion consiste à réunir dans une même pièce une équipe qui doit résoudre une série d'énigmes en moins d'une heure. Si elle y parvient, elle sort gagnante ! Depuis 4 ans, ces jeux d'évasion se multiplient : pas moins de 650 enseignes en France. Avec un tarif de 20 à 30 euros en moyenne par joueur, les salles d'escape games sont devenues un business très rentable.

Plus étonnant encore, des entreprises ont intégré ce nouveau jeu de société dans leurs méthodes de recrutement ou pour prévenir les burn-out par exemple.

Comment est imaginé un escape game ? Ces jeux d’évasion grandeur nature sont-ils tous bien conçus ?