"C dans l'air" lundi 22 mai 2023 : les invités reçus par sur France 5 par Caroline Roux

Mis en ligne par lundi 22 mai 2023 2347
"C dans l'air" lundi 22 mai 2023 : les invités reçus par sur France 5 par Caroline Roux

Caroline Roux vous donne rendez-vous ce lundi 22 mai 2023 à 17:30 sur France 5 pour un nouveau numéro de “C dans l'air”. Voici le thème de l'émission et les invités qui seront reçus.

17:30 L'invité de "C dans l'air"

Caroline Roux reçoit chaque jour en direct une personnalité qui fait l'actualité. Hommes et femmes politiques, écrivains, philosophes, scientifiques ou l'économistes : 10 minutes de dialogue pour donner un éclairage en prise directe avec l'information du jour.

Ce lundi 22 mai 2023, Caroline Roux recevra : Pierre Rabadan, adjoint aux sports de la Ville de Paris.

Pierre Rabadan reviendra sur la présentation de demain du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin au sujet des conditions d’accueil et de sécurité pour la parade nautique sur la Seine du 26 juillet 2024. Il fera également le point sur les 500 jours qu’il reste avant le top départ de ces Jeux olympiques 2024.

17:45 "C dans l'air"

Caroline Roux décryptera en direct l'actualité en compagnie de quatre experts. En fin d'émission, ils répondent aux questions des téléspectateurs.

Les invités :

Guillaume Perrier, reporter au service international du Point, auteur du livre « Les loups aiment la brume ».

Frédéric Encel, docteur en géopolitique, maître de conférences à Sciences Po Paris et Paris School of Business, auteur du livre « Petites leçons de diplomatie ».

Agnès Levallois, consultante spécialiste du Moyen-Orient, maître de recherche à la Fondation pour la Recherche Stratégique.

Claude Guibal, grand reporter à la rédaction internationale de Radio France.

Delphine Minoui (en duplex à Istanbul), journaliste, correspondante à Istanbul pour Le Figaro.

Le thème de l'émission : Drogue, fusillades... les petites villes aussi

Une nouvelle fusillade a fait trois morts ce dimanche 21 mai à Marseille. D’après les premiers éléments, il s’agirait d’un règlement de comptes sur fond de trafic de drogue. Un de plus, alors que les autorités craignent une année particulièrement meurtrière dans la deuxième ville de France. 39 personnes sont décédées à la suite d’une fusillade en 2021, 37 l’année dernière, et déjà 21 depuis janvier seulement. Un record qui témoigne d’un regain de violence entre bandes rivales qui se livrent depuis des mois une guerre sans merci pour le contrôle des points de deal. Chacun pouvant rapporter jusqu'à 80.000 euros par jour. L’enjeu financier est énorme. Et les règlements de comptes autrefois réservés aux métropoles touchent désormais également des villes de taille moyenne où le trafic de stupéfiants, du cannabis aux produits de synthèse, s’étend. Villerupt, Verdun, Nantes, Valence, Avignon… Autant de communes de taille intermédiaire qui ont été ces dernières semaines le théâtre d’une fusillade sur fond de trafic de drogue.

Selon le ministère de l’Intérieur, qui a fait de la "guerre" à la drogue sa priorité et martèle qu’être consommateur reviendrait à être complice des trafiquants, il existerait près de 4 000 points de deal en France, soit un business estimé à 3 milliards d’euros par an. Avec côté consommateurs, environ 18 millions de fumeurs occasionnels de cannabis, 1,5 million d’usagers réguliers et 2,1 millions de consommateurs de cocaïne, dont 600.000 réguliers.
Plus de 156 tonnes de drogue ont été saisies en France en 2022, dont 128 tonnes de cannabis et 27 tonnes de cocaïne. Un niveau "historique" dont s’est félicité le gouvernement mais qui témoigne aussi de l’essor du trafic de drogue dans le pays. Selon Frédéric Vaux, directeur de la police nationale, "la production mondiale de produits stupéfiants augmente régulièrement. Ces trafiquants-là cherchent à écouler leur marchandise le plus possible, et sur toute l'étendue du territoire national". Le trafic de drogue gagne du terrain et s'implante ainsi au fil des mois dans les villes moyennes et dans des zones rurales.

Or plus de points de deal, c’est aussi plus de bandes rivales qui pour marquer leurs territoires misent sur la terreur. Qu’importe si les règlements de compte font des victimes collatérales. A Marseille, environ 3 000 blessés par balles et par arme blanche ont été pris en charge ces cinq dernières années par les hôpitaux. Des soignants qui se sentent aujourd’hui bien souvent débordés par la situation.

Alors que se passe-t-il à Marseille ? Pourquoi les petites villes, jusqu'ici épargnées, sont-elles aujourd'hui gangrénées par le trafic ? Comment améliorer la lutte contre la drogue ?

Le sujet vous questionne ?

Posez votre question par SMS au 41 555 (du lundi au samedi de 15h30 à 19h00 | 0,05 € / SMS), sur Twitter avec le hashtag #cdanslair.

Dernière modification le lundi, 22 mai 2023 17:52
vignette primes a venir
vignette week end tv