“Grands Reportages” : « Internats, à l'école de la vie », dimanche 6 septembre sur TF1

Mis en ligne par samedi 5 septembre 2020 3842
“Grands Reportages” : « Internats, à l'école de la vie », dimanche 6 septembre sur TF1

A découvrir ce dimanche 6 septembre à 13:35 sur TF1, un inédit de “Grands Reportages” qui diffusera en cette période de rentrée scolaire le document « Internats, à l'école de la vie » signé Cathelyne Hemery.

Durant des décennies l’internat, le « « pensionnat comme on l’appelait, était une étape obligatoire pour les enfants qui habitaient à la campagne, loin des établissements scolaires ou pour ceux dont les parents n’étaient pas satisfaits. Aujourd’hui les problématiques ont un peu évolué : comment faire pour mettre son enfant au travail ? Comment gérer la crise d’adolescence ? Comment limiter la consommation de téléphone et d’ordinateur ? Pour beaucoup l’internat est le dernier recours. Pendant un an “Grands Reportages” a suivi le quotidien des pensionnaires de deux internats français. L’un dans le Gers, l’autre dans l’Eure réputé pour son niveau d’excellence…et sa rigueur.

Dans la campagne gersoise, Pierre 12 ans s’apprête à intégrer l’internat La Salle- Saint-Christophe à Masseube. C’est sa première entrée en internat, il ne l’a pas choisi : « Je préfèrerais rester à la maison mais il faut que j’apprenne à me débrouiller tout seul, c’est pour cela que mes parents me mettent ici ». L’intégration va être difficile pour Pierre mais à la fin de l’année l’enfant sera métamorphosé.

Marie-Lou 15 ans entre en seconde. Elle arrive de la région parisienne, elle est là pour échapper à ses mauvaises fréquentations et se mettre au travail. « Je suis une ado, je n’ai pas fait les bons choix, je demandais à sortir, je ne parlais pas hyper bien à mes parents, j’ai pas été la personne peut-être qu’ils voulaient que je sois ! ». Mais en pleine adolescence Marie Lou va avoir de grandes difficultés à s’adapter aux règles de l’internat et son année ne sera pas un long fleuve tranquille.

Elle va faire la connaissance de Mathilde, 14 ans, passionnée de chant, qui aborde sa seconde année d’internat avec enthousiasme. C’est elle qui a voulu venir à l’internat. Sa mère a fini par céder : « J’ai dit ok mais cela a un coût et je ne te vois pas la semaine donc il me faut des résultats. Et en 4ème j’ai eu de super résultats donc j’espère qu’en 3ème j’en aurai encore des mieux ! ». La mère de Mathilde espère bien que sa fille aura la mention Bien à son Brevet en fin d’année.

A l’autre bout de l’Hexagone Marceau 18 ans est un habitué de l’Ecole des Roches, en Normandie, l’un des pensionnats les plus chics de France : il a 5 ans d’internat derrière lui, cette année il passe le Bac et espère accéder à la Grande Ecole de ses rêves. « On dit que l’internat c’est pour punir les élèves, c’est faux. Au contraire c’est mieux, on peut grandir en même temps que nos copains ! »

Sofiia et Arsenii, 10 et 7 ans, arrivent de Saint-Pétersbourg et vont rester de longues semaines loin de leur famille : « Nous nous faisons violence, soupire Youlia la maman. Nous souffrons de cette séparation. Pour nous c’est un défi de ne pas être égoïstes, de ne pas vouloir les accaparer … »

Un cadre strict, des études surveillées de près, téléphones et ordinateurs au compte-goutte, comment vont vivre ces jeunes derrière les murs du pensionnat ? Y réussiront-ils mieux qu’ailleurs ? L’éloignement de leur famille leur pèsera-t-il ?

Une année scolaire pleine de surprises pour Marceau, Sofiia et son petit frère Arsenii , Pierre, Marie-Lou et Mathilde.

Dernière modification le samedi, 05 septembre 2020 11:14