Jean-Luc Reichmann parle de la 6ème saison de “Léo Mattéï” sur TF1 à partir du 14 février

Mis en ligne par mardi 22 janvier 2019 536
Jean-Luc Reichmann parle de la 6ème saison de “Léo Mattéï” sur TF1 à partir du 14 février

Nouveau départ pour Léo Mattéï et sa fille... Après huit années de calvaire, Eloïse est retrouvée par son père. Ils vont devoir réapprendre à vivre ensemble, à se connaître. Une réinsertion dans la société difficile, d’autant plus qu’ils sont dans l’attente du procès de David, le prédateur et bourreau d’Eloïse. Jean-Luc Reichmann dévoile les détails de cette sixième saison qui sera diffusée sur TF1 à partir du 14 février.

Comment expliquez-vous le succès de Léo Mattéï ?
Je crois qu’il y a un attachement au personnage, pour les combats qu’il mène. Léo Mattéï est une fiction qui explore des faits de société. Je ne pense pas que les téléspectateurs regardent la série parce qu’ils ont l’habitude de me retrouver tous les midis. Ils l’aiment avant tout pour les valeurs qu’elle transmet. Leo Mattéi est bien plus qu’un personnage, il incarne des histoires qui parlent de notre quotidien et qui touchent tout le monde. Elles parlent de famille, d’enfance, d’éducation... Des sujets au cœur de nos préoccupations pour nos enfants.

Que nous réserve cette sixième saison ?
Avant toute chose, les six meilleurs épisodes de la série ! Une nouvelle vie commence pour Léo Mattéï. Maintenant qu’il a retrouvé sa fille, il fait face à une inconnue. Ils vont devoir réapprendre à vivre ensemble, à se reconstruire. Eloïse n’est plus la petite fille que Mattéï a connue. Elle est aujourd’hui une jeune femme blessée et ses souffrances peuvent la faire basculer vers le pire : délinquance, autodestruction…

Comment Léo Mattéï et sa fille vont-ils se reconstruire ?
Les liens du sang sont plus forts que tout. Ils vont faire face à de nombreuses épreuves qui les rendront plus forts. Parmi celles-ci : le procès de David, celui qui a brisé leur vie. Léo Matteï et sa fille redoutent ce moment plus que tout. Si Eloïse suivra une thérapie, il n’en est rien pour mon personnage. La thérapie de Mattéï c’est le boulot et, avant tout, s’occuper d’enfants. Et forcément, cela posera quelques soucis avec sa fille car elle est très possessive suite à ses huit années de calvaire.

Quels seront les thèmes abordés dans ces nouveaux épisodes ?
Au sein de la Brigade de Marseille dirigée par le commandant Olivia Lambert (Mathilde Lebrequier) et le commissaire Cabelle (Xavier Mathieu), Léo Mattéï explorera plusieurs univers et faits de société. L’équipe enquêtera dans les coulisses des cuisines d’une école hôtelière, fera face à la disparition d’une jeune danseuse prometteuse qui subit la pression de sa mère… Nous pousserons également les portes d’un centre social pour jeunes en réinsertion et aborderons le sujet de la naissance sous X. Enfin, avant le procès du ravisseur d’Eloïse, la Brigade tentera de sauver une adolescente de l’emprise d’un «sugar daddy». Via internet, ce type d’individu incite les jeunes filles à se prostituer.

Vous faites appel à de nombreux guests cette année…
Pour incarner ces histoires, nous avons la joie d’accueillir Gabriel et Esteban, anciens membres du groupe Kids United. Au fil des épisodes, les téléspectateurs pourront apercevoir d’autres visages de la chaîne comme Esther Valding qui joue dans Demain nous appartient et Les Bracelets rouges. Michel Sarran – qui joue pour la première fois la comédie – Patrick Bosso, Rebecca Hampton, Cyrille Eldin, Catherine Marchal et Juliette Arnaud, chroniqueuse chez France Inter, seront également de la partie. Je donnerai également la réplique à deux comédiens de Plus belle la vie : Bryan Trésor et Stéphanie Pareja. La saison 6 de Léo Mattéï marque le retour de Bruno Wolkowitch sur TF1. Il est père de famille et les causes que défend la série lui tiennent à cœur. J’ai aussi été très heureux d’accueillir Véronique Jannot sur le tournage avec qui j’ai joué plus de cent fois au théâtre. Elle joue un rôle très important dans la thérapie compliquée que suit Eloïse. Elle l’aide à combattre ses démons intérieurs.

Un vrai combat pour l’enfance

Qu’est-ce qui vous motive chaque année à reprendre votre rôle ?
Les enfants bien sûr ! Léo Mattéï est une fiction de qualité. J’ai eu la chance de la créer et je ne remercierai jamais assez TF1 de me laisser m’exprimer en prime time sur des sujets qui me tiennent à cœur. Plus on fera de la prévention, moins les cas présentés dans la série arriveront. Léo Mattéï est un vrai combat pour l’enfance.

Léo Mattéï va-t-il définitivement poser ses valises à Marseille ?
Ce qui est bien avec une série, c’est que l’on ne connaît jamais la suite. Entre Bordeaux, Toulouse et Lille, plusieurs régions françaises nous demandent… Mais la région PACA aimerait bien nous garder ! Nous tournons à Marseille et ses alentours depuis la saison 5. Notre souhait était de faire travailler des personnes locales. Entre techniciens, comédiens et figurants, plus de 1 000 personnes de la région ont participé à la réalisation de cette sixième salve d’épisodes. Pourquoi avoir choisi Marseille ? Parce qu’il est important selon moi de faire vivre les régions. Je voulais que l’on découvre la beauté de la France, que l’on voyage et surtout que l’on voit plus loin qu’un réverbère dans notre série !

Vous êtes sur les planches avec votre spectacle «Nuit d’ivresse»…
C’est la première tournée de ma vie, la première fois que je vais à la rencontre des téléspectateurs… J’ai toujours été très pris par mon emploi du temps. Mais j’ai réussi à m’arrêter devant mon planning pour programmer cinq mois de spectacles en France, en Belgique et en Suisse. Une très grande tournée certes, mais j’avais vraiment envie d’aller au contact de ceux qui me font la joie de venir me voir depuis des années. Passer après le film avec Thierry Lhermitte et Josiane Balasko n’était pas chose facile, d’autant plus que jouer un animateur de télévision représentait un risque. Dans la pièce de théâtre, mon personnage passe une nuit arrosée complètement folle et se retrouve le lendemain matin, chez lui, face à un homme qu’il ne connaît pas. Je suis ravi de l’accueil extraordinaire que reçoit Nuit d’ivresse. Cela me permet de continuer mon combat contre l’intolérance et pour les différences.

Propos recueillis par Bastien Vaz, TF1