“Les bracelets rouges” : Azize Diabaté (Mehdi) parle de son rôle dans la série de TF1

Mis en ligne par samedi 9 mars 2019 3069
“Les bracelets rouges” : Azize Diabaté (Mehdi) parle de son rôle dans la série de TF1

Drôle et expansif, Mehdi est une figure clé dans la bande des Bracelets. Avec son franc-parler, sa candeur et sa révolte, il fait fondre tous ceux qui le côtoient. Car sous ce bouillonnement permanent se cache un cœur tendre. Mais qu’en est-t-il de son comédien Azize Diabate ? Rôle de composition ou réalité ? A retrouver lundi 11 mars à 21:00 sur TF1 dans la seconde saison des “Bracelets rouges”.

Le personnage de Mehdi est-il très éloigné de votre véritable personnalité ?
Mehdi c’est moi. Je ne joue pas ! Pour autant, je fais l’effort de rester concentré pour les autres, plus éloignés de leur personnage. Je ne veux pas les pénaliser. C’est un travail d’équipe. Je fais le con quand l’ambiance se relâche.

On est devenus une famille et on met le feu !

La bande de copains que vous formez aujourd’hui dans la vie, c’est venu tout de suite ?
On avait des affinités dès le début. Il y avait le truc. On rigolait ensemble, avec le régisseur, le caméraman, nous avions cette même envie de légèreté. Pour le tournage de la saison 2, on se connaît encore mieux. On est devenus une famille et on met le feu !

Quid de la nouvelle dans la bande, Louise ?
Effectivement, Mona Berard (alias Louise) intègre le tournage à la saison 2, mais c’est comme si elle avait toujours fait partie de l’équipe ! Pour Mehdi par contre c’est plus difficile d’accepter qu'une autre personne dorme dans le lit de Sarah.

Comment êtes-vous arrivé sur ce tournage au départ ?
Via un casting. A l’origine, pour Mehdi, la production cherchait plutôt un maghrébin qu’un "renoi", mais mon agent voulait que je le tente, car je correspondais bien au personnage. Il a fait le forcing et ça a fonctionné. Sur le casting, je les ai fait rigoler. C’était pourtant la première scène où j’arrive à l’hôpital avec mon grand-père et j'ai lancé : «Y a une télé 4 étoiles ici ?». Ils ont kiffé !

Vous rajoutez des expressions, des mots ?
Tout le temps et ça leur plaît ! Ils les gardent.

Par rapport à la saison 1, comment vivez-vous l’évolution de votre rôle ?
Il y a des émotions que je n’ai jamais jouées ! Quant à ma performance, ce sont les téléspectateurs qui vont me juger, je ne peux pas le faire moi-même ! Je pense avoir apporté un petit truc…

Dans la saison 2, Mehdi ne décolère pas et a besoin de dire au revoir à Sarah. C’est important de dire au revoir à quelqu’un pour faire son deuil ?
Dans la vraie vie, c’est dur. C’est vrai. Lorsque Sarah meurt, c’est la première fois que ça arrive au sein de l’équipe. Ils ne savent pas comment gérer le deuil. Ils cherchent tous des solutions pour accepter son départ.

Avez-vous rencontré Albert Espinosa, l’auteur qui a inspiré cette histoire ?
Son histoire est franchement touchante. Il sourit comme s’il n’avait jamais eu aucun problème de santé dans sa vie. Il a un mental de ouf ! Respect.

«Calmitude – zénitude» pour quelqu’un d’énervé en permanence, c’est possible ?
Pour Mehdi, c’est impossible. Il y a tout le temps quelqu’un pour l’énerver. Personne ne le prend au sérieux et il ne comprend pas pourquoi. Méhdi, c’est comme moi dans la vraie vie, mes potes non plus ne me prennent pas au sérieux !

Comprenez-vous la proximité de Mehdi et de son grand-père ?
Je n’ai pas connu mon grand-père, mais je vis la même relation avec ma mère. Comme je suis fils unique, je partage des choses que personne d’autre ne peut partager avec elle. Elle est adorable, c’est comme une copine. Mes amis ne me comprennent pas car ils ne vivent pas la même relation avec leur mère. Si je n’avais pas eu cette complicité, ça n’aurait pas été facile à jouer pour moi.

On vous reconnaît dans la rue depuis le rôle dans Les Bracelets ?
Ça dépend. A Arcachon, les habitants savaient que le tournage des Bracelets se faisait à l’hôpital de La Teste. Du coup, là-bas, tout le monde me reconnaît. Tom et Audran, c’est pire. On les repère à des kilomètres… C'est assez pratique d'ailleurs. Je me souviens du jour de la fête de la Musique, la plage était bondée et je n’avais plus de batteries. Je cherchais à contacter Audran. Il suffisait de regarder un crâne rasé pour le retrouver !

Quel regard avez-vous sur l’hôpital et les malades aujourd’hui ? 
L’hôpital et la maladie ne sont pas quelque chose de nouveau pour moi. De manière générale je n’arrive pas à considérer différemment les malades des biens portants. Je les regarde avec le sourire comme s’ils n’avaient rien ! Ma devise est : «C’est rien, c’est la vie, souris !»

Propos recueillis par Sophie Ricaume, TF1

Voir également :

  1. “Les bracelets rouges” : Tom Rivoire (Clément) parle de son rôle dans la saison 2 sur TF1
  2. “Les bracelets rouges” : Marius Blivet (Côme) parle de son rôle dans la série de TF1
  3. “Les bracelets rouges” : les 1ères minutes de la saison 2 diffusée à partir de lundi sur TF1 (vidéo)
  4. “Les bracelets rouges” : Audran Cattin évoque la saison 2 diffusée à partir du 11 mars sur TF1
  5. “Les bracelets rouges” : TF1 dévoile les coulisses du tournage de la saison 2 diffusée à partir du 11 mars (vidéo)
Dernière modification le samedi, 09 mars 2019 14:34