“Des volcans et des hommes”, série documentaire avec Arnaud Guérin sur Arte du 18 mars au 12 avril

Mis en ligne par lundi 11 mars 2019 2507
“Des volcans et des hommes”, série documentaire avec Arnaud Guérin sur Arte du 18 mars au 12 avril © Picasa / Arnaud Guérin

Du 18 mars au 12 avril 2019, du lundi au vendredi à 17:35, ARTE diffusera la série documentaire “Des volcans et des hommes”, un tour du monde en vingt volets des liens uniques tissés par les hommes avec les géants de feu, guidé par le géologue Arnaud Guérin.

Au pied des volcans, les hommes ont tissé des liens uniques avec les géants de feu. S’ils craignent leur pouvoir destructeur, ils louent aussi leur puissance bienfaitrice et créatrice. Leurs spectaculaires éruptions fascinent et leurs cratères abritent, depuis l’Antiquité, les demeures de dieux vénérés. Le géologue Arnaud GUÉRIN parcourt les volcans actifs de la planète à la rencontre de celles et ceux qui vivent au plus près d’eux.

Arnaud GUÉRIN nous en dit davantage sur cette série documentaire :

Comment cette série est-elle née ?
Huit cents millions d’humains vivent dans l’environnement direct d’un volcan. Aussi l’idée de raconter les relations entre les différents cratères de la planète et les populations qui vivent à proximité s’est-elle imposée. L’Europe en a une vision négative, associée à un risque mortel et à une mythologie liée à l’enfer. Une image liée par exemple à l’éruption du Vésuve, en 79 après J.C., qui a détruit Pompéi et Herculanum. Mais en de nombreux endroits du monde, on loue d’abord leur puissance bienfaitrice. Le plus souvent, on les dote d’un surnom féminin, associé à une image maternelle ou divine, en tout cas protectrice.

Il y aurait plus de bénéfices que de risques à habiter près d’un volcan ?
Oui, car sur la durée d’une vie humaine, vous avez peu de chances d’être exposé à une éruption, alors que le volcan peut apporter beaucoup, en particulier une fabuleuse fertilité des sols. En Indonésie, par exemple, les paysans du Bromo, un volcan très actif, font trois ou quatre récoltes par an sur une terre enrichie par les cendres. Les entrailles du Kawah Ijen, en Indonésie toujours, nourrissent une population de mineurs, grâce à l’extraction du soufre. Au Japon, sur les flancs du Sakurajima, les paysans cultivent les plus gros radis du monde. Quant aux oranges mûries près de l’Etna, elles ont un goût extraordinaire.

Beaucoup de populations vénèrent ainsi «leur» volcan…
Les paysans gravissent les pentes du Bromo dans une spectaculaire procession hindouiste pour lancer dans le cratère fumant une offrande symbolisant leurs récoltes. Catane, en Sicile, abrite l’une des plus importantes fêtes chrétiennes au monde : pendant trois jours et trois nuits, un demi-million de personnes prient dans une ferveur extrême la patronne de la ville, Sant’Agata, pour qu’elle les protège des colères de l’Etna.

Quels tournages vous ont impressionné ?
À Hawaii, au-dessus du lac de lave du Kilauea, encore actif, l’hélicoptère s’est approché si près que j’ai mesuré physiquement la chaleur de ces coulées incandescentes. En Auvergne, je garde un souvenir très fort de ma descente à vingt-cinq mètres de profondeur dans une vaste cavité de basalte. Dans une atmosphère plus détendue, j’ai adoré me faire enterrer à Ibusuki, au Japon, dans un sable chauffé par les eaux volcaniques souterraines… Dans ces environnements volcaniques, tous uniques, on a le sentiment de retrouver une relation primordiale avec la terre.

Propos recueillis par Maria Angelo, Arte

Dernière modification le lundi, 11 mars 2019 00:56