“100% Bio” sur France 3 avec Catherine Jacob & Didier Bourdon, mardi 5 janvier à 21:05

Mis en ligne par dimanche 3 janvier 2021 1117
“100% Bio” sur France 3 avec Catherine Jacob & Didier Bourdon, mardi 5 janvier à 21:05

A ne pas manquer mardi 5 janvier à 21:05 sur France 3, “100% Bio”, une comédie inédite de Fabien Onteniente au cœur du Pays basque où se confrontent deux traditions culinaires… radicalement opposées !

L'histoire en quelques lignes...

Gabi Moreno, charcutier « très, très » basque et « très, très » têtu, s’est refermé au fil des ans, désespéré qu’aucun de ses trois enfants ne veuille reprendre sa charcuterie. Un jour, sa fille Marie, une jeune trentenaire qui avait fait une croix sur la maternité, revient au pays pour lui annoncer qu’il va être grand-père d’un… « pas basque » !

Choc sous le béret ! Mais quand Thomas Dubreuil, le copain de Marie, un kiné parisien, qui n’a jamais été présenté à sa belle-famille, débarque chez les Moreno sans prévenir et annonce qu’il est… vegan, les salades vont vraiment commencer…

Charcutier basque vs vegan, lequel convertira-t-il l’autre ? Pour le bien de Marie et des Moreno, Gabi et le vegan arriveront-ils à cohabiter sans s’entretuer ?

Avec : Didier Bourdon (Gabi), Catherine Jacob (Hortensia), Lolita Chammah (Marie), Nicolas Bridet (Thomas), Olivier Barthelemy (Peio), Thomas Goldberg (Mikel).

Note d'intention du réalisateur, Fabien Onteniente

« Je me presse de rire de tout, de peur d’être obligé d’en pleurer. »
On connaît la formule de Beaumarchais dans son Barbier de Séville. Je la fais volontiers mienne, comme une maxime de vie.

J’ai toujours aimé l’expression du rire. D’abord à l’école : ma petite taille m’empêchait d’aborder les filles. Puis, au collège, je dessinais sous forme de BD les personnages de la classe, toujours dans le même but : faire sourire pour être accepté, aimé peut-être…

C’est pour moi une façon pudique de regarder le monde et d’en parler.

J’adore les « pudiques », ceux qui sont dans l’épure du mot et du moi. D’ailleurs, dans le Panthéon de mes acteurs préférés, mes goûts se portent sur les taiseux. Gabin, Ventura, Signoret, ceux qui privilégient le regard au mot. Gabin disait ainsi d’un acteur avec un regard : il a les « carreaux » ! À cette époque existaient ceux qui avaient les carreaux et ceux qui ne les avaient pas.

J’ai eu la chance depuis d’affirmer, de Jet Set à Camping, mon goût pour ce genre. Mais je rêvais aussi, moi, le gamin du Val-de-Marne, de trouver une terre qui m’aille bien, une terre où je puisse poser mes valises, une terre qui veuille bien m’adopter.

Et un jour j’ai découvert le Pays basque !

Alors que je tournais du côté de Pau, ma fiancée, devenue ma femme, qui passait des vacances dans sa maison familiale d’Urrugne, m’a demandé de la rejoindre. J’ai découvert un pays tonique et contrasté, entre océan et montagne, un pays aux couleurs minérales, un pays où les gens sont pudiques et respectueux de l’autre. Et la pudeur des Basques n’est pas un vain mot. Bref, je suis tombé amoureux de cette terre du Sud-Ouest.

J’ai trouvé « espadrille à mon pied » comme on dit et me suis senti chez moi dans ce pays chaleureux, fréquenté par Pierre Loti et Maurice Ravel.

À force d’arpenter ces collines et ses prairies vertes à pied ou à vélo, je me suis mis en tête de faire un film dans cette région mais sans en faire une carte postale. Ainsi est né 100 % Bio, l’histoire de ce charcutier basque dont aucun de ses enfants ne veut reprendre le commerce et qui, un jour, voit arriver sa fille accompagnée d’un… vegan.

Le scénario écrit, je me suis mis en recherche de mon charcutier, mon acteur pudique, mon Basque. Et cela a fait tilt !

Au début de ma vie professionnelle, j’écrivais des sketches pour Smaı̈n, qui voulait se lancer dans une carrière solo après avoir quitté Les Inconnus, que je croisais, tout comme les autres membres du Petit Théâtre de Bouvard. Des années insouciantes, on riait beaucoup. Celui que j’adorais par-dessus tout, c’était Didier Bourdon.

Lui aussi, pas un grand bavard, et qui, en plus, a les « carreaux ».

Je l’ai appelé et il a tout de suite été partant, m’avouant même qu’il avait vécu jusqu’à l’âge de 15 ans à Biarritz. Nous étions l’un en face de l’autre, des années après, bien décidés à rendre hommage à ce pays et à ses habitants.

Alors bienvenue pour un voyage en terre basque !

Fabien Onteniente

Publié dans Fictions