“Grands Reportages” : 6ème épisode de la collection « Il était une fois : leurs plus grandes affaires », dimanche sur TF1

Mis en ligne par samedi 30 novembre 2019 986
“Grands Reportages” : 6ème épisode de la collection « Il était une fois : leurs plus grandes affaires », dimanche sur TF1

La collection « Il était une fois : leurs plus grandes affaires » propose à des « Grands Flics », des légendes de la Police Judiciaire, de raconter l’enquête qui a bouleversé leur vie, qui a marqué un tournant dans leur carrière. Celle qui hante encore aujourd’hui leur esprit et continue à agiter leurs nuits.

Dans ce 6ème épisode, le commandant Alain Vasquez, chef de groupe à la mythique Brigade Criminelle de Paris où il a passé 25 ans, raconte l’enquête qui l’a obsédé pendant plus de six ans : l’affaire Catherine Choukroun. Cette jeune policière de 27 ans, qui était également maman d’une petite fille de 6 mois, a été froidement assassinée une nuit de février 1991, à bord de sa voiture de Police alors qu’elle surveillait tranquillement un radar sur le bord du périphérique parisien. C’est la première fois, en France, qu’une policière est abattue dans l’exercice de ses fonctions. Tous les moyens sont mis en œuvre pour retrouver le ou les auteurs, mais l’absence de mobile et le peu d’éléments matériels (aucune empreinte, pas d’élément balistique, très peu de témoignages), rendent le travail des policiers très difficile. L’enquête s’enlise…

Jusqu’au 31 décembre 1996, soit plus de 5 ans après le meurtre de Catherine Choukroun, où un certain Henri, un flic de Seine St Denis qui n’a rien à voir avec l’affaire Choukroun, recueille les confidences de « Madame Simone », 62 ans, ancienne prostituée devenue « mère maquerelle ». En quelques minutes à peine, cette conversation –surréaliste- va relancer l’affaire Choukroun, et semer le chaos jusque dans les hautes sphères de la Police Judiciaire parisienne…

Après plus de six ans d’enquête ayant déclenché une véritable guerre des polices, Alain Vasquez et ses hommes finiront par identifier et interpeller trois suspects. Mais un ultime coup de théâtre va faire basculer leur procès…

L’autre histoire de ce 6ème épisode, l’affaire du Bagagiste de Roissy, aurait pu devenir l’une des pires erreurs judiciaires des années 2000. Elle nous est racontée par Frédéric Péchenard, qui était à l’époque, patron de la Brigade Criminelle de Paris.

Le 28 décembre 2002, des armes, des explosifs et des documents pro-palestiniens sont retrouvés dans la voiture d’un jeune bagagiste travaillant à l’aéroport de Roissy.

Pour la Police, la presse, et la France entière, c’est une évidence : le jeune-homme est un terroriste qui s’apprêtait à faire sauter un avion en plein vol. Mais lui clame son innocence, et affirme même être victime d’un complot monté par sa belle-famille. Même s’il la trouve un peu « loufoque », Frédéric Péchenard demande à ses hommes de vérifier la théorie du jeune bagagiste. Ils se retrouvent alors plongés dans une autre affaire au scénario digne des meilleures séries noires : celle d’un incendie survenu cinq mois plus tôt, et qui couta la vie à la femme du bagagiste… alors que celle-ci s’apprêtait à le quitter…