“Grands Reportages” : « Agriculteurs, la passion de la terre », samedi 25 janvier sur TF1

Mis en ligne par jeudi 23 janvier 2020 1860
“Grands Reportages” : « Agriculteurs, la passion de la terre », samedi 25 janvier sur TF1

Partout en France, le monde agricole est en crise et le nombre d’exploitations ne cesse de diminuer. Crise du lait, aléas climatiques, retards de subventions, manque de valorisation de leur travail sont autant de difficultés auxquelles les agriculteurs font face au quotidien. Un métier-passion qui use les corps et les esprits. Confrontés à des conditions de travail pénibles et à un revenu toujours plus bas, certains agriculteurs tentent néanmoins de réinventer leur métier. Pendant un an, une équipe de “Grands Reportages” a accompagné ces hommes et ces femmes qui creusent leur sillon par amour de leurs terres et trouvent parfois des solutions surprenantes pour que leurs exploitations survivent.

Dans le Rhône, Jérémy a quitté son métier de chauffeur routier pour devenir éleveur de chèvres il y a trois ans. Un rêve pour ce jeune trentenaire qui fabrique du fromage grâce au lait de son troupeau. Mais aujourd’hui, sa ferme est en grande difficulté financière et il ne parvient pas à se verser un salaire : “On est dans une course perpétuelle à l’argent. C’est tellement une passion qu’on en fait du bénévolat. On va s’impliquer tous les deux à fond, il faut sauver cette exploitation et on va tout faire pour”. Avec l’aide de sa compagne Laëtitia, Jérémy s’est donné un an pour redresser la barre, pour cela il doit doubler sa production de fromages et démarcher de nouveaux clients.

A Vesoul, Romain éleveur laitier, s’est lancé dans la production de glaces artisanales il y a peu, pour valoriser le lait de son troupeau. Pour se faire connaître et vendre ses glaces, le jeune homme participe à un projet innovant : il va créer un supermarché paysan aux côtés d’une vingtaine d’autres agriculteurs. Leur objectif : vendre en direct aux consommateurs. “Ce qui est beau dans ce projet, c’est d’être tous réunis, cela donne du sens à notre métier et on espère prouver à la grande distribution qu’on peut faire aussi bien qu’eux. Même mieux” explique Romain. L'équipe de “Grands Reportages” a suivi la création de ce supermarché, le succès sera-t-il au rendez-vous ?

A Saint-Martin-de-Blagny, dans le Calvados, Hélène, tout juste 20 ans, reprend les rênes de la ferme paternelle. Elle est à la tête d’un troupeau d’une soixantaine de vaches laitières. Mais Hélène et son père Eric ne peuvent pas se tirer chacun un salaire avec une exploitation de cette taille. Alors Hélène a décidé de se diversifier en lançant une nouvelle activité : l’élevage de poulets. Un pari risqué pour la jeune fille : “A 20 ans, ce n’est pas facile de s’imposer. Je m’y connais en vache, mais pas en volaille. J’ai tout à apprendre dans ce domaine. C’est sûr que lorsque les poussins vont arriver, le premier jour, je vais dormir dans le poulailler pour être sûre que tout va bien”. Hélène n’a que quelques mois pour construire son poulailler et réussir son installation.

Dans le Berry, Laurent est à la tête d’une petite ferme biologique depuis dix-huit ans. Après un burn-out, épuisé par les horaires à rallonge et la difficulté à gagner sa vie, l’éleveur a pris la douloureuse décision de vendre son exploitation. Laurent va participer à une initiative mise en place par la Chambre d’Agriculture : il s’est inscrit à un « farm dating », une rencontre entre vendeurs et acquéreurs potentiels. Comme dans un speed-dating classique, l’éleveur n’aura que sept minutes pour séduire et trouver un repreneur : “Ca va être très dur de vendre dix-huit ans de vie en sept minutes. Je l’ai construite cette ferme, je l’ai bâtie, je l’ai aimée. J’espère trouver un repreneur qui continue dans mon chemin et qui reste en agriculture biologique”.