“Reportages découverte” : « Devenir propriétaire : rêves et galères », dimanche 26 janvier sur TF1

Mis en ligne par samedi 25 janvier 2020 1661
“Reportages découverte” : « Devenir propriétaire : rêves et galères », dimanche 26 janvier sur TF1

Près de 60% des Français sont propriétaires de leur résidence principale. Un chiffre en constante augmentation. Ces douze derniers mois, grâce à la baisse historique des taux d’emprunt, plus d’un million de transactions immobilières ont été réalisées. Mais qu’il s’agisse d’acheter un bien existant, de rénover une vieille bâtisse ou de construire sa maison, devenir propriétaire est un long chemin souvent semé d’embûches. Et parfois, cela peut même se transformer en galère. Des visites pour dénicher la perle rare, en passant par les travaux qui n’en finissent pas : pendant plus d’un an, une équipe de “Reportages découverte” a suivi des futurs propriétaires dans leur parcours tumultueux pour mener à bien le projet de leur vie.

En Auvergne, Frédéric et Emilie, parents d’un petit garçon de 4 ans, se sont lancés un défi de taille : alors qu’ils n’ont aucune expérience en travaux, ils vont réaliser eux-mêmes tout le second œuvre de leur future maison. « Pour nous, c’était la seule solution, pour s’offrir la maison dont on rêvait, 150 mètres carré avec jardin, sans dépasser notre budget de 300 000 euros. Si on avait fait construire, on n’aurait pas pu avoir si grand, alors on s’est dit, tant pis, on se retrousse les manches ! » Malgré l’aide du beau-père d’Emilie, ancien plombier, le couple va devoir faire face à beaucoup d’imprévus.

En Haute Savoie, Cécile et Gabriel, eux, pensaient être à l’abri des soucis en confiant la construction de leur maison à un promoteur immobilier. Mais les travaux ont déjà plus d’un an de retard et ils désespèrent de pouvoir y emménager un jour. « Les travaux avancent au ralenti et on ne sait toujours pas quand nous aurons les clés. Le problème, c’est que nous n’avons droit à aucune indemnité en contre-partie. » Chaque mois, en comptant le loyer et l’emprunt à la banque, le couple doit débourser près de 3000 euros. Avec d’autres propriétaires du lotissement, Gabriel et Cécile vont se lancer dans un long combat pour obtenir réparation et obliger le promoteur à leur livrer leur maison rapidement.

De son côté, à Paris, Pauline, cherche depuis plus d’un an un appartement. A 35 ans, elle a 350 000 euros de budget. Mais dans la capitale, où les prix dépassent les 10 000 euros le mètre carré, cela veut dire 30 mètres carré environ. Et avec un marché de plus en plus tendu, elle ne parvient pas à dénicher son bonheur. « C’est très frustrant, car les petites surfaces sont très demandées et partent très vite, alors il faut être hyper réactif. Lorsque je vois une annonce qui me plaît, j’appelle tout de suite, mais souvent, en à peine une heure, le bien est déjà vendu. C’est désespérant ! » Pour l’aider dans sa quête, elle va faire appel à une chasseuse d’appartement.

Enfin, pour devenir propriétaire, Charlotte et Quentin sont contraints de quitter Bordeaux, devenu trop cher. Le couple a déniché la maison de ses rêves pour 200 000 euros, près de la petite ville de Langon, presque moitié moins cher qu’à Bordeaux. « Avec l’arrivée de la ligne à grande vitesse reliant Paris en à peine deux heures, les prix ont flambé ces dernières années. Nous n’avions pas le choix que de nous éloigner si nous voulions un minimum d’espace. » Leur maison, entièrement de plain-pied, fait 90 mètres carré et possède un grand terrain de 1200 mètres carré entièrement à défricher. Un changement de vie pour le jeune couple et surtout pour Charlotte, infirmière au CHU. Pour aller travailler, la jeune femme va devoir parcourir plus de 100 kilomètres par jour.