“Grands Reportages” : « Le casse-tête des Maisons de familles », samedi 15 février sur TF1

Mis en ligne par jeudi 13 février 2020 1028
“Grands Reportages” : « Le casse-tête des Maisons de familles », samedi 15 février sur TF1

De nombreux Français héritent de maisons de leurs aînés. Lieux de mémoire, patrimoine transmis de génération en génération, ces demeures sont souvent la pierre angulaire d’une histoire familiale. Un endroit où l’on peut réunir chaque année tous ses proches, pour les grandes et les petites occasions : vacances, repas de fêtes, retrouvailles. Un lieu chargé de souvenirs et d’émotions. Mais les maisons de familles peuvent aussi devenir des charges financières, un héritage encombrant dont il faut parfois se séparer, souvent à contrecœur.

En Corse, Paul a décidé de redonner sa splendeur à l’immense palais que son arrière-arrière grand-oncle, Pierre-Marie, avait fait construire, il y a 140 ans. Sa maison de famille est l’un des précieux Palais d’Américains qui jalonnent les routes du Cap Corse. Avec sa femme, Aline, ils ont quitté leur travail et ont décidé de cultiver cet héritage : « Les maisons d’Américains font partie intégrante de l’histoire de la Corse au même titre que la langue, les chants et nous sommes dépositaires de cette connaissance. C’est à nous de transmettre leur histoire pour ne pas qu’elle disparaisse » Ils ont transformé le palais en maison d’hôte et ont décidé, cette année, de rénover tous les jardins qui bordent la maison.

Dans le petit village de Ferrassières, au cœur de la Provence la famille Blanc se bat pour conserver son château, au milieu des champs de lavande. Inès, 26 ans ne manque pas d’imagination pour faire vivre le domaine, hérité de sa grand-mère. Mais avec ses 300 mètres carrés habitables et ses 3 hectares de terrain, l’héritage est parfois lourd et couteux à porter. Les charges quotidiennes sont colossales et il lui faut trouver de l’argent pour conserver le domaine dans le giron familial. Enthousiaste et déterminée, la jeune fille s’est lancée à corps perdu dans cette mission : « Renoncer à cette maison, ça pourrait arriver mais on préfère ne pas y penser… Et en tout cas, on pourra se dire qu’on aura tout essayé, tout fait, qu’on aura tout donné pour que ça marche »

Louis vient d’hériter de la demeure de son papa en région parisienne. Estimée à plusieurs millions d’euros, elle est aussi le sanctuaire d’une collection hors normes. Pendant plus de 50 ans, son père, architecte et navigateur, a amassé, à travers le monde, des œuvres d’arts et des objets insolites. Des milliers de verres à bières, 28 000 briquets, des boîtes de sardines… mais aussi des sculptures et tableaux d’une très grande valeur. Avant sa mort, il a demandé à son fils de vendre ce trésor. Louis va devoir faire estimer ces objets et vendre aux enchères les souvenirs de toute une vie. « Au delà de l’objet en soi et de sa valeur, c’est comme si la maison perdait un peu de son âme en lui retirant tous ces objets qui ont fait son histoire. Il y a un peu de tristesse »

A Nemours, la famille d’Emmanuel se réunit cette année au grand complet pour célébrer ses 50 ans. L’occasion de rappeler l’attachement de tous à leur maison de famille, chargée de souvenirs et d’émotions. Mariages, baptêmes, anniversaires… la demeure est le lieu de tous les rendez-vous.. « J’ai découvert l’attachement qu’on pouvait avoir à de la pierre et j’ai envie de garder, de faire vivre, de conserver cet endroit. Cette maison elle vit avec nous et c’est important de la faire vivre. » Mais cette grande et belle bâtisse se détériore… Tout le premier étage et la dizaine de chambres qu’il accueille est en piteux état. Emmanuel et sa famille vont devoir lancer de grands travaux de rénovation qui vont durer plusieurs mois.