“Reportages découverte” : « Système D pour vacances au bout du monde », dimanche 28 juin sur TF1

Mis en ligne par samedi 27 juin 2020 877
“Reportages découverte” : « Système D pour vacances au bout du monde », dimanche 28 juin sur TF1

Les vacances représentent un budget important pour les Français. Pourtant, ils sont de plus en plus nombreux à voyager à petit prix. Fini le temps où il fallait casser sa tirelire pour s’offrir des vacances de rêve ! Mode de transport économique, comme le vélo, nouvelle forme de troc où il faut accepter de mettre la main à la pâte en échange du gite et du couvert… Pendant près d’un an, les équipes de “Réportages découverte” ont suivi de drôles de Français, intrépides et débrouillards. Ils s’offrent de grandes vacances avec de tout petits budgets et réinventent la notion de voyage en lui donnant une saveur plus authentique.

A 33 ans, Aurélie a décidé de pédaler de Dijon à Pékin, en suivant la mythique route de la soie. Un défi presque surhumain pour cette jeune femme : plus de 10 000 kilomètres à vélo, seule et sans assistance ! « Le but est d’avancer à mon rythme, de savoir jusqu’où je peux aller et de voir si je vais être assez forte pour ne pas craquer. » Conditions climatiques extrêmes, contrées hostiles… Pour mener son épopée solitaire, Aurélie va devoir repousser ses limites. Réussira-t-elle à rejoindre Pékin, sa destination finale ? les équipes de “Réportages découverte” l'ont accompagnée, dans sa traversée de l’Europe, puis en Turquie, mais aussi dans les steppes désertiques du Kazakhstan jusqu’en Chine. Un périple avec ses joies et ses galères qu’elle a également filmées avec sa petite caméra, étape après étape. Et comme si cela ne suffisait pas, une fois à Pekin, la jeune femme va se lancer dans son premier marathon.

A 27 ans, Terence et Sehriban n’avaient jamais fait de grand voyage. Pendant quinze mois, ce couple de jeunes Français est parti sillonner la planète en mettant en pratique un projet atypique : faire uniquement de l'auto-stop ! Et quand il s’agit de traverser une mer, ils ne dépensent rien non plus, ils font du bateau-stop. Leur truc ? « On rencontre des compagnies de ferry, on leur explique que leur navire va d’un point A à un point B et qu’on peut donc monter à bord, s’il y a des places de libres. Ils n’y gagnent pas d’argent mais ils ont cet avantage de soutenir notre projet de voyage en stop autour du monde. »  L'équipe de “Réportages découverte” a suivi Terence et Sehriban à travers la Corée et la Chine où ils nous ont fait part de leurs astuces pour voyager pas cher. Une aventure pleine de surprises et de rencontres étonnantes qui les a mené jusqu’en haut de la Muraille de Chine.

Samuel, lui, a fait un choix encore plus radical. Cet ancien enseignant de quarante-et-un ans voyage seul et absolument sans argent, sur les cinq continents, et cela fait trois ans que ça dure ! En échange du gîte et du couvert, il raconte des histoires aux enfants du monde entier et à tous ceux qui croisent son chemin. Samuel, le conteur est toujours optimiste : « Je pars du principe que dans toutes les maisons du monde il y a de la place pour un voyageur, que ce soit dans une famille, chez des enseignants, chez le maire du village, chez les commerçants. » Après trois années de marche et de rencontres à travers le monde, Samuel, va enfin rentrer chez lui, en Bretagne. Non sans appréhension : « Il y a à la fois la joie d’aller retrouver ma famille et la tristesse de quitter ce voyage car ce mode de vie, c’est ce qui me plaît le plus. » Reprendre une existence plus réglée en France, c’est peut-être son plus grand challenge.

Partout dans le monde, ces voyageurs étonnants ont fait des contraintes économiques un atout pour vivre l’aventure. Partis sans argent, ils sont tous revenus plus riches et grandis par leurs incroyables expériences.