“Reportages découverte” : « Le made in France aux États-Unis », dimanche 23 août sur TF1

Mis en ligne par vendredi 21 août 2020 3055
“Reportages découverte” : « Le made in France aux États-Unis », dimanche 23 août sur TF1

Aux États-Unis, le « made in France » est un art de vivre qui fascine les Américains. Ils sont prêts à dépenser de petites fortunes pour s’offrir l’artisanat français, le comble du chic. Quelques artisans français ont fait le pari d’exporter leur savoir-faire d’exception et de conquérir l’Amérique. De New York à la Floride jusqu’à Charleston, ces fiers ambassadeurs décrochent les plus beaux chantiers du pays et font vivre cet héritage français au-delà de l’Atlantique.

À 43 ans, Philippe Courtois n’en finit plus d’élever l’art de la peinture décorative vers les sommets. Après avoir embelli les plus beaux appartements de New York, il s’attaque au plus grand chantier de sa carrière. Il met cap sur la Floride où il doit, à coups de pinceaux, transformer une gigantesque villa en véritable château français. « C’est Versailles sur mer ! Moi qui ai quand même vu un paquet de chantiers et d’endroits un peu exceptionnels, franchement c’est vraiment à part ». Sa mission est colossale, il faut recouvrir les moindres recoins de la demeure d’or 22 carats grâce à une technique d’antan que la vingtaine d’artisans de Philippe maîtrisent à la perfection. Un chantier qui vaut des millions. « C’est grâce à des chantiers comme ceux-là qu’on peut faire vivre ces métiers-là qui sans ça péricliteraient et disparaitraient ».

Bruno Sutter, un charpentier alsacien, a trouvé son eldorado à Charleston, une ville réputée pour son architecture coloniale intacte mais qui manque cruellement d’artisans. « Il y a énormément de vieilles maisons qui ont 200, 300 voire 400 ans et donc il y a besoin d’artisans qui puissent réparer ces maisons, les maintenir. C’est toujours une fierté d’aider à garder le patrimoine, que ce soit en France ou peu importe dans quel endroit du monde ». Grâce à son savoir-faire français unique et son expertise des découpes traditionnelles, il vient d’être appelé par la plus vieille plantation coloniale des États-Unis pour construire à l’ancienne la charpente de leur nouveau centre d’accueil touristique. Un défi qu’il va devoir relever en temps et en heures dans ce haut-lieu de l’histoire américaine.

Enfin, Arnaud Depondt, lui, rêve de conquérir les Etats Unis…il n’a que 19 ans. Il n’a jamais mis les pieds en Amérique, parle à peine la langue et pourtant, il va tenter de défendre l’emblème de la France : la baguette. Il s’envole pour un an à New York, la plus impitoyable des villes américaines où il va travailler dans un empire de la boulangerie. « C’est vraiment le sentiment de fierté de retrouver son pain sur la table de gens inconnus et de se dire que c’est le résultat de mon travail. Perpétuer ce savoir-faire, cette tradition c’est une des raisons pour lesquelles je vais à New York. Et puis apporter ma pierre à l’édifice, ça c’est excitant ». Pour y parvenir, Arnaud va devoir être à niveau en anglais et surtout supporter le rythme et la pression de la Grosse Pomme.

Entre galères de chantier, barrière de la langue et cadences infernales, une équipe de “Reportages découverte” a suivi pendant plusieurs mois ces irréductibles passionnés de l’artisanat français en mission de l’autre côté de l’Atlantique.

vignette primes a venir
vignette week end tv