“Grands Reportages” : « Cap sur les Marquises, le paradis du bout du monde », samedi 15 janvier sur TF1

Mis en ligne par jeudi 13 janvier 2022 1401
“Grands Reportages” : « Cap sur les Marquises, le paradis du bout du monde », samedi 15 janvier sur TF1

Terre d’exil ou « pays des merveilles » ? Les Marquises ont inspiré de nombreux artistes, de l’aventurier Robert-Louis Stevenson jusqu’au chanteur Jacques Brel en passant par le peintre Paul Gauguin. D’île en île, c’est par la mer que l’équipe de “Grands Reportages” aborde cet archipel magique, en embarquant à bord du seul navire qui les relie en permanence, l’Aranui V, un cargo mixte fret-passagers de 125 mètres de long, pour les ravitailler chaque mois au départ de Tahiti.

Ce bateau est devenu la ligne de vie des insulaires. A bord, outre les Marquisiens revenant au pays, il y a 254 vacanciers venus réaliser le « voyage de leur vie » et 113 membres d’équipage. Le trajet entier, une boucle de 3000 kilomètres depuis Tahiti, dure quatorze jours. Au programme, escale sur deux atolls de l’archipel des Tuamotu, puis cabotage aux Marquises et enfin un détour par Bora Bora la légendaire. Embarquement immédiat… pour le paradis.

A bord de l’Aranui, deux couples de passagers ont préparé ce voyage au bout du monde un an à l’avance. Gilles et Ghislaine, originaires du Mans, sont venus célébrer leurs quarante ans de mariage aux Marquises. Peintre amateur, Ghislaine va réaliser un tableau durant son voyage au bout du monde. « Ce que j’aime, c’est les strates de couleurs, bleu, turquoise, bleu ciel, c’est magnifique, ça m’inspire… ».

Fernande et Gilles, un autre couple de passagers sont venus depuis l’île de la Réunion. « Pour fêter nos 42 années de mariage, nos noces de nacre, alors ce ne sera pas un collier de nacre mais mon cadeau sera un collier de perles ».

Parmi les passagers, il y a aussi Maryse, Marie-Hélène et Christiane, trois copines « d’un certain âge » venues du Tarn et de Perpignan, sans leurs maris. Elles dorment en dortoir sur le mythique cargo. Après avoir vu les Marquises, elles se sont lancé un défi, celui de nager au milieu des requins à Bora Bora, dernière escale de la traversée. « Mes petits-enfants pourront dire que leur Mamina a nagé avec les requins ! ».

L'équipe de “Grands Reportages” a aussi suivi les coulisses de cette traversée dans le Pacifique.

Le capitaine Arnaud Demesy, tout nouveau commandant de l’Aranui, est originaire du Loir-et-Cher. « J’ai fait toute ma carrière de marin en Polynésie et sur l’océan Pacifique, ce navire est un peu une consécration ! ».

Parmi les membres de son équipage, une jeune femme a un rôle essentiel ; Aurélie Simon, est l’infirmière à bord. Âgée de vingt-huit ans, elle effectue sa dernière rotation à bord de l’Aranui, avant de partir en mission ailleurs pour l’OMS. D’astreinte 24 heures sur 24 pendant les quatorze jours de traversée, elle peut compter sur la présence d’un docteur à bord, une passagère médecin qui en échange de la gratuité de la croisière s’est engagée à une permanence médicale et effectue des consultations matin et soir pour les 370 passagers et membres d’équipage. « En théorie, nous ne soignons pas les îliens, mais chaque escale est l’occasion d’aller apporter notre aide dans les dispensaires sur chaque île. En Polynésie, les infirmiers locaux sont souvent seuls, sans médecin, ils doivent être autonomes, savoir déclencher des évacuations sanitaires, médicaliser des atolls éloignés de tout, prescrire des médicaments là où certains Marquisiens ne voient un médecin que tous les trois mois ! ».

Au-delà du lien vital entre les îles Marquises, cette croisière unique en son genre est pour tous les passagers une expérience inoubliable dans des paysages grandioses.

Dernière modification le jeudi, 13 janvier 2022 11:09
vignette primes a venir
vignette week end tv