"C dans l'air" mardi 24 janvier 2023 : les invités de Caroline Roux sur France 5

Mis en ligne par mardi 24 janvier 2023 600
"C dans l'air" mardi 24 janvier 2023 : les invités de Caroline Roux sur France 5

Ce mardi 24 janvier 2023 à partir de 17:30 sur France 5, Caroline Roux présentera en direct un nouveau numéro de "C dans l'air". Voici les invités qui seront reçus aujourd'hui dans l'émission.

17:30 L'invité de "C dans l'air"

Caroline Roux reçoit chaque jour en direct une personnalité qui fait l'actualité. Hommes et femmes politiques, écrivains, philosophes, scientifiques ou l'économistes : 10 minutes de dialogue pour donner un éclairage en prise directe avec l'information du jour.

Ce mardi 24 janvier 2023, Caroline Roux recevra : Frédéric Dabi, directeur général Opinion de l'institut IFOP.

La Fondation Reboot et la Fondation Jean-Jaurès ont commandé à l'IFOP une enquête auprès des jeunes visant à mesurer leur porosité aux contre-vérités scientifiques et ceci au regard de leur usage des réseaux sociaux. Cette étude montre la sécession d’une partie de la jeunesse avec le consensus scientifique : les adeptes des thèses conspirationnistes et plus généralement des croyances irrationnelles sont particulièrement nombreux chez les jeunes, notamment chez ceux qui utilisent beaucoup les réseaux sociaux. L’enquête révèle par exemple que près de 70 % des jeunes entre 18 et 24 ans adhèrent aux fake news.

Selon l’étude, alors qu’elle reste marginale chez les seniors (3%), l’idée que la Terre puisse être plate plutôt que ronde recueille un assentiment non négligeable de la part des 18-24 ans. Les jeunes affichent une posture nettement plus critique que dans le passé à l’égard de la science. Ils sont un sur trois à penser qu’elle apporte plus de mal que de bien.

Dans le brouillard informationnel « post-Covid » des plus propices à l’essor des théories complotistes, une part significative de jeunes semble perméable au récit poutinien sur la guerre en Ukraine : plus d’un jeune sur quatre (26%) estime que « le massacre de civils à Boutcha était une mise en scène des autorités ukrainiennes ». Et dans le même registre complotiste, ils sont près d’un sur trois (31%) à estimer que « le résultat de l’élection présidentielle américaine de 2020 a été faussé aux dépens de Donald Trump ».

Une autre étude a été publiée hier par le Haut Conseil à l’Égalité. Malgré la sensibilisation qu’a provoquée le mouvement #MeToo, le sexisme perdure en France, notamment avec des « réflexes masculinistes » chez les jeunes hommes, déplore le Haut Conseil à l’Égalité, qui demande notamment de « réguler les contenus numériques ». « Le sexisme ne recule pas en France. Au contraire, certaines de ses manifestations les plus violentes s’aggravent et les jeunes générations sont les plus touchées », écrit le HCE qui explique que « l’opinion reconnaît et déplore l’existence du sexisme mais ne le rejette pas en pratique, majoritairement chez les hommes ».

Frédéric Dabi, directeur général Opinion de l'institut IFOP reviendra sur cette jeunesse et sur son rapport à la science, au sexisme et au travail.

17:45 "C dans l'air"

Caroline Roux décryptera en direct l'actualité en compagnie de quatre experts. En fin d'émission, ils répondent aux questions des téléspectateurs.

Les invités :

François Clemenceau, rédacteur en chef international - Le Journal du Dimanche.

Guillaume Ancel, ancien officier de l’armée française.

Daphné Benoit, Correspondante Défense à l'AFP.

Paul Gogo, correspondant en Russie.

Le thème de l'émission : Afrique, Ukraine…jusqu’où iront les mercenaires Wagner ?

Après le Mali, le Burkina Faso vient de demander à l’armée française de quitter son territoire. Arrivée au pouvoir à la suite d’un coup d’Etat, le 30 septembre 2022, le deuxième en huit mois, la junte burkinabée dénonce l’accord qui permet aux forces spéciales françaises d’être présentes dans le pays pour lutter contre les groupes jihadistes. Ouagadougou dit notamment vouloir diversifier ses partenaires et envisagerait un rapprochement avec… Moscou. Paris a répondu attendre des clarifications de la part du président de transition, le capitaine Ibrahim Traoré. Le Burkina Faso héberge actuellement un contingent de près de 400 hommes de la force française « Sabre ».
Ce scénario rappelle celui de Bamako, dans un contexte qui a vu depuis le putsch de septembre, les manifestations contre la présence militaire française se multiplier à Ouagadougou sur fond de désinformation qui émanerait d’organisations financées par Moscou, avec un objectif : faire de la Russie la puissance d'influence au Sahel à la place de la France. Des dessins animés de propagande russe circulent ainsi sur les réseaux sociaux. Dans l'un d'eux, on peut voir des soldats français représentés en zombies et en serpents, se présentant comme des « démons de Macron ». De l'autre côté, les mercenaires du groupe russe Wagner, eux, sont dépeints comme des libérateurs.
Véritable cheval de Troie de l’influence de la Russie sur le continent africain, les hommes de Wagner, un groupe paramilitaire russe sans existence légale, ont été signalés au Burkina Faso mais leur présence n’est pas confirmée. Ils sont en revanche désormais bien implantés au Mali ainsi qu’en Centrafrique. Dans ce dernier pays, les mercenaires russes, proches de Vladimir Poutine, « intimident et harcèlent les civils », créant un climat de peur. À tel point que, selon l'ONU, les victimes des violences de ces paramilitaires sont terrifiées à l'idée de saisir la justice par crainte de représailles.

Wagner, une armée de l’ombre qui vient d’être classée par les Etats-Unis « organisation criminelle transnationale », sème la violence partout sur la planète depuis 2013. Avec souvent une même méthode pour s’implanter dans un pays : assurer la sécurité des pouvoirs en place en échange d’une prise de contrôle des mines d’or et de diamant. Avec derrière ces juteux contrats : Evgueni Prigojine. Surnommé le « cuisinier de Vladimir Poutine », le patron de Wagner est sorti de l’ombre pendant la guerre en Ukraine. Il a reconnu en septembre dernier avoir fondé le groupe de mercenaires et il multiplie depuis les apparitions dans les médias ainsi que sur le front ukrainien où ses hommes sont présents. Des déclarations et une omniprésence qui questionnent sur les ambitions de l’homme devenu milliardaire, qui n’a pas hésité ces derniers temps à critiquer l’efficacité de l’armée russe.

Alors Evgueni Prigojine serait-il en train de concurrencer son ami Vladimir Poutine ? Quelles sont les ambitions du patron de Wagner ? Que se passe-t-il au Burkina Faso ? Comment les hommes de Wagner sont-ils devenus incontournables en Afrique ? Enfin si RT France ferme, la chaîne russe est très active en Afrique. Quelle est sa stratégie sur le continent africain ?

Le sujet vous questionne ?

Posez votre question par SMS au 41 555 (du lundi au samedi de 15h30 à 19h00 | 0,05 € / SMS), sur Twitter avec le hashtag #cdanslair.

Dernière modification le mardi, 24 janvier 2023 16:33
Publié dans Magazines
vignette primes a venir
vignette week end tv