"La grande librairie" mercredi 7 février 2024 : les invités reçus par Augustin Trapenard sur France 5 - Vidéo

Mis en ligne par Jean-Marc VERDREL dimanche 4 février 2024 2215
"La grande librairie" mercredi 7 février 2024 : les invités reçus par Augustin Trapenard sur France 5 - Vidéo © Jean-Philippe Baltel / Delphine Ghosarossian

Mercredi 7 février 2024 à 21:05 sur France 5, Augustin Trapenard présentera un nouveau numéro de "La grande librairie". Voici les invités qui seront reçus cette semaine dans l'émission.

Présenté par Augustin Trapenard, le magazine littéraire de France 5 est le grand rendez-vous de l'actualité littéraire sous toutes ses formes : romans, essais, histoire, polars, bandes dessinées, jeunesse, etc.

Chaque mercredi soir sur France 5, Augustin Trapenard convie des auteurs d'univers différents qui font l'actualité littéraire.

Mercredi 7 février 2024 , Augustin Trapenard recevra :

Jean-Christophe Rufin, pour son libre « D’or et de jungle » (Calmann-Levy).

Que deviendrait le monde si les GAFAM avaient leur propre État ? Jean-Christophe Rufin imagine un monde où les grands patrons du numérique s’emparent, après un coup d’État, du Sultanat de Brunéi, pays d’or (noir) et de jungle. Ce grand roman d’aventure contemporain met en scène à la fois le basculement d’un pays et le parcours d’une femme, habitée par un irrépressible goût de l’action, de l’interdit et du danger. L’écrivain déploie ici son expérience internationale et sa capacité à saisir les enjeux de demain.

Raphaël Enthoven, pour son livre « L’esprit artificiel » (L’Observatoire).

Dans une ère où l’intelligence artificielle (IA) semble repousser les frontières du possible, le philosophe nous interpelle sur les limites éthiques. Il démonte l’illusion selon laquelle une IA pourrait philosopher et pourquoi une machine, aussi sophistiquée soit-elle, ne saurait se substituer à la profondeur de la pensée humaine.

Nathalie Azoulai, pour son livre « Python » (POL).

La romancière raconte sa plongée dans le monde des codeurs. Un univers qui lui est totalement inconnu et dont elle souhaite comprendre les rouages, puisqu’aujourd’hui les machines du monde tournent grâce à des programmes informatiques qu’on appelle le code. Dans cette autofiction, elle raconte sa fascination pour le « nouveau monde » informatique, son langage, la puissance et la jeunesse qui lui sont associées. L’enquête se fait progressivement plus intime et trouble, jusqu’à révéler une autre séduction.

Raphaël Gaillard, pour son livre « L’homme augmenté » (Grasset).

Le psychiatre et chercheur en neurosciences montre que l’intelligence artificielle, née en imitant notre cerveau, a toutes les raisons de s’hybrider avec notre propre intelligence. Le défi n’est pas de rivaliser avec l’IA mais de réussir cette hybridation. D’ores et déjà, les interfaces cerveau-machine permettent à un homme paralysé de marcher ou de transmettre ses pensées. Demain nous utiliserons l’IA comme nous utilisons nos smartphones, partout et tout le temps. Faut-il en avoir peur ? Comment nous préparer à cette nouvelle ère ?

Asma Mhalla, pour son livre « Technopolitique. Comment la technologie fait de nous des soldats » (Seuil).

Intelligence artificielle, réseaux sociaux, implants cérébraux, satellites, métavers… Le choc technologique sera l’un des enjeux clés du xxie siècle et les géants américains, les « BigTech », sont à l’avant-garde. Entités hybrides, ils remodèlent la morphologie des États, redéfinissent les jeux de pouvoir et de puissance entre nations, interviennent dans la guerre, tracent les nouvelles frontières de la souveraineté. S’ils sont au cœur de la fabrique de la puissance étatsunienne face à la Chine, ils sont également des agents perturbateurs de la démocratie. De ces liens ambivalents entre BigTech et « BigState » est né un nouveau Léviathan à deux têtes, animé par un désir de puissance hors limites. Mais qui gouverne ces nouveaux acteurs privés de la prolifération technologique ? A cette vertigineuse question, nous n’avons d’autre choix que d’opposer l’innovation politique !

S’attaquant à tous les faux débats qui nous font manquer l’essentiel, Asma Mhalla ose ainsi une thèse forte et perturbante : les technologies de l’hypervitesse, à la fois civiles et militaires, font de chacun d’entre nous, qu’on le veuille ou non, des soldats. Nos cerveaux sont devenus l’ultime champ de bataille. Il est urgent de le penser car ce n’est rien de moins que le nouvel ordre mondial qui est en jeu, mais aussi la démocratie.

Dernière modification le dimanche, 04 février 2024 14:34
mail

L'actualité TV Newsletter
Pour ne rien louper...
Chaque semaine, recevez en avant-première une sélection de programmes qui seront bientôt diffusés à la TV.

vignette primes a venir
vignette week end tv